A Vientiane, le touriste s’emmerde et l’entrepreneur français s’éclate

Écrit par Tony Founs

Content marketer, copywriter freelance et formateur 2.0, j’aide les salariés à se lancer en indépendant en parallèle de leur travail.

Mis à jour le 28/05/2020 | Publié le 19/09/2013

La principale ville du Laos est l’une des capitales les plus calmes de la planète. Calme tout relatif quand on sait que le pays s’offre une croissance de 8% par an. Le lien historique franco-lao fait valser les investisseurs français à Vientiane, favoris de ses futurs grands marchés.

Une ville touristique plate dans tous les sens

C’est une chance pour les cyclistes qui arpenteront ses rues planes et peu encombrées.

Mais quelle tranquillité…

Vientiane est pourtant bien placée.
Tout voyageur arrivant par train de Thaïlande passe par la « ville du santal ». Elle possède son propre aéroport international. Le Mékong longe un tiers de ses frontières.
Elle est le centre de toutes les excursions sillonnant le pays par route et voie fluviale.

Câblage électrique Vientiane Laos

Et oui ! Il y a même l’électricité à Vientiane. :)

10% de la population laotienne y vit et pourtant le centre-ville est pour ainsi dire mort

Je n’y suis que pour quelques jours et je choisis un hôtel dans les rues du quartier touristique proche du Mékong.
Remplies de petits cafés/boulangeries à la française, elles sont pourtant quasi-vides. Le matin je croise plus de croissants que d’êtres humains.

En journée j’ai l’impression d’arpenter un village. Tout y est fermé, les gens ne se bousculent pas dans les rues.

Le soir, si vous n’êtes pas fan des restaurants façonnés pour l’européen, le choix se restreint vite.

Vrai plat du coin

Plus tard dans la nuit, hormis le vendeur d’herbe du coin et quelques racoleurs ventant timidement leur unique prostituée, Vientiane reste paisible.

Quant à y faire la fête… Passé minuit vous avez plutôt intérêt à connaître du monde. Sinon c’est retour à l’hôtel après fermeture de l’inutile marché de nuit du bord du Mékong.
La moitié des stands y vendent pipes et autres ustensiles du fumeur de cannabis… Intelligent dans un pays aussi restrictif en la matière.

Heureusement que quelques fast-foods et boîtes de nuit « branchées » satisfont les clones de la jeunesse occidentale résidant à temps complet dans la capitale.

Etal sur un marché de Vientiane Laos

Sinon il y a ça. A vous de voir.

Bref, vous ne trouverez pas à Vientiane la frénésie à la sauce métropole asiatique moderne.

Non pas qu’il n’y a rien à voir dans le plus grand village d’Asie

Car son mélange de villas coloniales françaises et de temples anciens jalonnant de très larges avenues lui confère un charme certain.

Maison coloniale à Vientiane

Tout comme les rizières et autres champs de légumes cachés derrière les grands boulevards.

Et que dire de ses multiples influences architecturales : Thaïlande, Chine, Vietnam, France, Amérique et Russie ; autant de pays que de jougs dont le Laos à dû s’accommoder.

Vous ne manquerez pas de visiter les monuments incontournables de la ville :

  • le Stupa That Luang, symbole national principal du Laos
Pha That Luang Vientiane Laos

A voir comme ça, ça fait un peu carton pâte. Mais en vrai c’est beau.

  • le Vat Si Saket et ses 6 400 bouddhas
Vat Sisaket Vientiane Laos

Les milliers de Bouddhas… Enfin, 14 sur la photo. C’est déjà pas mal;

  • le Vat Phra Keo, temple royal transformé en musée d’art religieux

Bon, il faut aimer les temples, et il parait que quand on en a vu un…

Vue du Patuxai Vientiane Laos

Ce n’est pas le chateau Disney mais bien le Patuxai

Rassurez-vous ! Il y a le Patuxai, Arc de triomphe Laotien sur une sorte de Champs-Élysées vide.

Créé à la mémoire des victimes de guerre, il est surnommé « piste verticale » car terminé avec du ciment donné par les Américains pour la construction de l’aéroport de Vientiane.

Mais si les bâtiments vous gonflent il vous reste les marchés aux multiples couleurs où l’on trouve tout et n’importe quoi.

Vientiane est encore coincée entre l’archaïsme de son communisme conservateur et le capitalisme impérialiste qui ne manquera pas d’avaler son ennemi. Et les français y contribuent grandement, pour le meilleur et pour le pire.

80 années d’emprise française, ça créé des liens forts !

Drapeau protectorat français Laos

Drapeau du Laos français

Et Vientiane n’a même pas 500 ans d’existence.
1893-1954 : Le Laos subit 60 ans de protectorat et 20 ans de présence culturelle française. On pouvait s’attendre à plus d’évolution pour une ville sous l’influence des mangeurs de grenouilles.

Les plans de construction de Vientiane ont peu d’envergure et elle ne compte que 9 000 habitants en 1928. Dont beaucoup de vietnamiens amenés par les français.

Bien qu’administratrice du pays, la France ne développe pas le Laos

Seule la construction du réseau routier desservant l’ensemble de l’Indochine importe aux français qui mettent à contribution les populations locales les plus pauvres par le biais de « corvées ».

Pagode Vientiane Laos

Pas sûr qu’elle serve encore à enseigner le Lao

Malgré les pagodes qui enseignent le Lao et les 12000 enfants qui fréquentent des écoles primaires françaises, 95 % de la population y est analphabète.

La France étend son influence et gère les infrastructures administratives vitales d’un pays devenu grégaire.

Peu peuplé et sans accès à la mer, Le Laos n’a pas de réel intérêt en temps de paix

Jusqu’à la guerre du Vietnam.
Il sert alors de foyer de mercenaires aux Américains et de base arrière pour les deux camps.

Vientiane voit transiter des tonnes d’opium dans ses murs. La CIA a trouvé un très bon moyen de financer le Vietnam alors que les États-Unis s’engagent officiellement dans la guerre contre la drogue.

C’est beau la démocratie…

Prince Souvanna Phouma Laos

Le Prince Souvanna

 

A partir de 1964, le Laos prend un bombardement sur la gueule toutes les 7 minutes pendant 10 ans !
Un dixième de la population laotienne totale meurt ; un beau dommage collatéral.

Mais la France maintient son influence grâce au soutien du prince Souvanna Phouma. Il obtient ainsi un maximum d’aide étrangère tandis que la France garde son rôle majeur en matière d’éducation, de santé et de justice.

Ses choix judicieux lui vaudront presque 20 années en tant que premier ministre laotien.

Le pays le plus bombardé de l’histoire devient le pays le plus aidé au monde !

Enseignes Franco-Lao

La France est bien présente

Malgré la guerre, le Laos fait des progrès considérables et un bon en avant.
A son indépendance, il signe un traité d’amitié et d’association avec la France et adhère librement à l’Union Française.

Cela n’empêche pas le Pathet Lao, devenu communiste avec le Viêt Minh, de devenir le contre pouvoir d’un pays qui ne demande qu’à se développer.

Vientiane, propulsée au centre des intérêts économiques

Aujourd’hui on parle de République Démocratique Populaire du Laos. C’est un état communiste au parti unique dont la croissance ne cesse d’augmenter pour devenir le plus élevé d’Asie du Sud-Est.

A ce train là Vientiane pourra peut-être rattraper une ville comme Hô-Chi-Minh « la capitaliste ».

Depuis son ouverture sur les marchés, les investissements étrangers pullulent. Même le business du bénévolat des expatriés cartonne.

Le tourisme explose, et je m’emmerde toujours autant dans le centre-ville de la capitale.

Et pourtant, à partir de 2000 l’expansion de Vientiane est brutale

Association_of_Southeast_Asian_Nations_Logo

asean

Derrière sa nonchalance, la ville est en plein essor et multiplie ses habitants au point de presque atteindre le million. Les jeunes y affluent, suivant les traces du développement économique.

  • 2004 Vientiane accueil le 10ème sommet de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est, l’ASEAN.
  • 2010 Pour son 450ème anniversaire, elle inaugure sa bourse et marque le passage du Laos dans l’économie du libre-échange.
  • 2012 C’est la visite historique à Vientiane du Président français et de son Ministre des affaires étrangères.
    F. Hollande à Vientiane Laos - FranceInfo.fr

    Quelle classe ce soldat laotien.

  • 2013 J’arrive trop tard dans la ville… Il ne vous reste pas un petit festival qui traîne ?

Les liens historiques Franco-Lao sont profonds

Et je pense que vous savez maintenant quelle est la plus grande communauté occidentale du pays. :)

Pas étonnant donc que notre ambassadeur français organise « les Rendez-vous de Vientiane » premiers du nom, du 25 au 30 novembre 2013.

EDF_Logo

Logo EDF

CNCCEF

cnccef

Le tout en partenariat avec tout plein d’associations non caritatives, Banque Franco-Lao, Bred, EDF, Essilor, Air France, CCE.

Bon j’arrête là, il y en a 29.

Je passe sur le discours paternaliste et bienfaisant de l’ancien protecteur justifiant son plan de développement socio-économique, et j’en viens directement aux objectifs médiatiques pour le Laos :

  • Croissance annuelle constante de +8%
  • Scolarisation de tous les petits enfants laotiens
  • 2015 – 1 700 US Dollars de revenu annuel/habitant
  • 2020 – Moins de 10% de la population sous le seuil de pauvreté.

Sans oublier les nombreux investissements français à venir dans le pays.

Je me moque un peu, j’avoue, mais Mr. l’Ambassadeur ne cache en rien les prétentions de la France et fait même remarquer que :

Ce pays (le Laos) constitue une destination privilégiée pour nos entrepreneurs et, plus largement, pour notre influence.

Il n’y a pas de honte à ce que deux gouvernements tirent un intérêt économique commun et fasse évoluer le plus pauvre par la même occasion. Le tout est de savoir si les objectifs médiatiques seront remplis comme prévu.

Ils le peuvent sûrement avec une partie des flux financiers générés par ce genre de partenariats. Mais le veulent-ils vraiment ? Nous le saurons fin 2020.

Et qu’ils en profitent pour nous donner plus d’animations à Vientiane. :)

Tony Founs
 
 

Nos guides et stratégies directement dans ta boite mail

CATÉGORIES

PRODUITS

Tu aimeras sûrement aussi…

Vivre en nomade digital : mes 9 ans d’expérience entre travail et voyage

Vivre en nomade digital : mes 9 ans d’expérience entre travail et voyage

Vivre en nomade digital est loin des stéréotypes que tu trouves sur internet. Par exemple ? Ce n’est pas un métier, mais un mode de vie. Et plus tu te déplaces, plus tu casques – moins tu as de temps pour bosser. Comment aborder l’aventure ? Comment Gérer ? Constat réaliste et trucs à savoir (absolument !) à travers mes 9 ans d’expérience.

lire plus
Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Pas que je déteste l’Albanie. Certains paysages sont magnifiques et les gens sont accueillants. Ils ont même un certain style… Mais entre dictature stalinienne et capitalisme sauvage, le pays a oublié de passer par la case civilisée. Un peu comme les américains qui, comme disait Sacha Guitry :
« Sont passés directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation. »

lire plus

62 Commentaires

  1. Rattana@Blog Laos Cambodge

    Il est vrai que la « présence » française y est forte pour avoir visité Vientiane quelques jours. Je ne savais pas que tu t’étais ennuyée à ce point…

    Je suis restée 2-3 jours. J’avais un super guide local qui connait de très bonnes adresses. On a pu se faire tailler une tenue traditionnelle sur mesure avec ma mère…difficilement trouvable en France pour ce genre de textile.

    En fait, tout dépend des activités que tu veux faire. Si l’ennui s’était installé lors de ton séjour à Vientiane, ce n’est pas grave tu l’as quand même visité et compris que cette capitale ne correspond pas à tes attentes :)

    Pour ce qui est des investissements, comme tu dis on verra fin 2020 si ça aura évolué.

    Réponse
    • Tony

      Je crois que cette fameuse présence Française est la même dans toutes les grandes villes du Laos Rattana. A ce niveau, le plus impressionnant fut à Luang Prabang.
      Pour l’ennui, je suis d’accord avec toi ; tout dépend de ce que tu attends de ta visite. Je ne m’attendais à rien de spécial si ce n’est l’effervescence d’une grande ville. C’est la raison de ce fameux ennui dont je parle.
      Dans toutes les capitales où je suis passé, j’ai eu la chance de rencontrer des locaux un peu partout et d’échanger avec eux. Pour le coup ce fut un peu difficile à Vientiane vue la fréquentation de rues.
      Mais j’y ai quand même trouvé mon compte. La ville reste très intéressante à découvrir.

      Je soupçonne que 2020 ne verra pas tous ces objectifs présentés remplis, mais peut-être suis-je trop blasé par les mots des politiques.
      En tout cas nous avons soumis l’article aux chargés de communication de l’ambassade française au Laos. De grâce, faites moi mentir Mr. l’ambassadeur !

    • Sirhom

      Salut,
      je me demandais ce qu’il en était de la présence touristique. Tu en parles assez peu dans l’article.
      Ça donne une image étrange de ville fantôme en pleine lumière. Une sorte de parc à thème exotico-colonial, étrange et tentant à la fois.

    • Tony

      Tu m’étonne que j’en parle peu Sirhom ! Je les cherche encore…
      Je crois que Vientiane est plus un lieux de transit qui permet de dispatcher tous les voyageurs venus au Laos pour le visiter. Ils doivent se cacher le peu de temps qu’ils restent en ville.

      « Une ville fantôme en pleine lumière » C’est tellement bien dit, encore une belle métaphore dont tu es coutumier. J’adore.
      Fais gaffe de ne pas trop m’habituer à tes figures de style, tu risque de provoquer chez moi une accoutumance. :)

    • ccristaudo

      Et bien moi, j’ai adoré Vientiane. Vientiane, c’est la nonchalance même et c’est parfait , aucun stress (comparé à Hanoi par ex.)j’y suis allée en 2004 et ensuite 4 fois encore. en 2004, le centre ville était très animé par les autochtones (enfants et petits marchands). il est vrai que maintenant ils ont désertés le centre laissant place aux touristes ce qui rend cette ville moins attractive et pas vraiment dépaysante, mais malgré tout cela reste une ville très intéressante.

  2. Amandine

    Très chouette article, du beau boulot :)

    Je ne connais pas du tout (n’ayant encore jamais mis les pieds sur le continent asiatique … pour l’instant), à part de réputation.
    Merci pour ce regard critique et cette mise en perspective historique, je pense que c’est d’autant plus important pour une ville comme Vientiane.

    Même si vous vous êtes emmerdés sur place, le lecteur ne s’ennuie pas à suivre vos récits de voyage, un bel exploit ! ;)

    Réponse
    • Tony

      J’ai hâte que tu partes en Asie pour nous faire un article dont tu as le secret Amandine. Nous pourrons alors comparer nos idées comme j’ai pu le faire avec ton billet sur les Mochicas. Tu as sûrement dû lire le mien sur le sujet : https://travelplugin.com/sipan-compare-toutankhamon/

      Oui, Vientiane vaut le coup d’être étudié avec toutes les implications historiques qui s’y rapportent. Quoi de mieux que de connaître le passé d’un endroit pour savoir où l’on met les pieds et comprendre les modes de vie de ses habitants.

      En attendant, tant que je n’emmerde pas tout le monde tu m’en vois ravi !

    • Amandine

      Je dois avouer que non ! :s Je découvre ton article Sur le seigneur de Sipan : très sympa, j’ai l’impression de visiter le musée une seconde fois ! ;) Et j’adore ton infographie à la fin de l’article.

      Merci en tout cas pour tes commentaires positifs et tes encouragements, ça me fait toujours un immense plaisir :)

    • Tony

      Profite de ces retours positifs Amandine. Ils sont mérités.
      Peu de personnes aiment reconnaître ouvertement le bon boulot. La peur de l’ombre j’imagine. :)

  3. Bertrand

    Heureux d’avoir revisité Vientiane sous cet angle. C’est le genre d’infos que je n’irais jamais chercher seul. Merci Tony de m’épargner ce travail colossale :)

    Dès que je suis arrivé à Vientiane, j’ai adoré. J’étais seul sur cette grande avenue, c’était calme, c’était propre, c’était beau, j’ai tout de suite senti que j’allais m’y plaire et je m’y suis plus.

    Le Laos dans l’ensemble est vraiment agréable. Luang Prabang est peut être un peu plus animé que Vientiane. Vang Vieng probablement beaucoup plus encore mais je préfère ne pas m’arrêter dans ce genre de lieux, je n’ai fait que passer en journée !

    Non, Vientiane me convient très bien comme capitale.

    Réponse
    • Tony

      C’est avec grand plaisir que je fouinerai encore et toujours pour partager ces infos que l’on voit peu souvent sur les blogs de voyage.

      Je comprends qu’en tant que cycliste tu aimes déambuler dans ce genre d’endroit Bertrand. C’est parfait pour une ballade culturelle sans se fatiguer. C’est l’avantage de Vientiane : beaucoup de temples et de monuments sur une petite surface.
      Et si je l’avais fait à vélo, j’aurais pu pousser l’exploration à 25 km au sud-est de Vientiane pour visiter le Buddha Park et ses 200 statues bouddhistes et hindoues en béton. C’est un chaman-prêtre-yogi qui l’a construit… rien que ça. L’intérêt historique est presque nul mais ce parc est tellement bizarre qu’il vaut sûrement le détour.

      J’ai beaucoup aimé le Laos aussi.
      Vang Vieng était assez peu fréquenté également lors de mon passage mais j’y ai rencontré des gens de toutes nationalités et nous y avons fait la fête comme rarement ! Le genre de trucs que je ne peux pas étaler dans un article mais qui laisse des souvenirs impérissables et des contacts à vie. :)

  4. Chris @ Tour du monde

    Et que penses-tu du reste du Laos ? J’ai entendu énormément de ce pays pour voyager et je prévois d’y aller dès que j’ai quelques mois à consacrer à l’Asie.
    Le calme et la tranquillité de cette ville n’offrent pas aussi certains avantages ? Il n’y a vraiment pas d’activités, de cours pour s’occuper tout en bloguant par exemple ?

    Réponse
    • Tony

      Sisi Chris, cette quiétude a aussi des avantages et j’ai su en profiter. On trouve toujours des activités à faire quelque part, même sur le plateau du Larzac. En l’occurrence, ce fut de faire le tour complet de la ville et de ses monuments à pieds. Mais pour un touriste en transit comme moi, le fait de ne pas rencontrer foule dans un quartier de voyageurs m’a surpris. Alors comme tu le dis, le mieux est de bloguer. Par contre, pour les cours, je n’y suis pas resté assez longtemps pour me renseigner.

      A part Vientiane, j’ai pu visiter Luang Prabang et Vang Vieng. Le classique touristique en somme. Je ne suis donc pas un expert du pays.
      Mais comme je l’ai dit à Bertrand, j’ai adoré Vang Vieng pour les rencontres que j’y ai faites. Cette ville avait pourtant mauvaise réputation. Sûrement à cause des teuffeurs éclatés aux produits chimiques descendant la rivière en tubbing. Ils étaient tellement allumés que l’un d’eux en est mort. Le genre de truc qui réveille le gouvernement. Des mesures furent prises avant notre arrivée, ce qui nous a permis voir une ville bien plus calme que ce à quoi nous nous attendions. Elle n’en reste pas moins ultra touristique avec ses petites montagnes, ses grottes et cascades et ses tours en ballons. A voir.

      Pour Luang Prabang c’est une autre histoire que je conterai dans un prochain article. Mais j’ai aussi aimé ses spécificités. A visiter également sans réserve.

  5. Rattana@Blog Laos Cambodge

    Tony ton article démontre bien qu il existe des capitales différentes en Asie. Elles n ont pas toutes les mêmes infrastructures , les habitants de Vientiane entre eux n ont pas tous le même niveau de vie.Même si tu t es ennuyé, ce n est pas le cas de tous les touristes. Moi je ne suis allée qu une fois à Vientiane mais j ai beaucoup apprécié. Par contre l’Arc de triomphe n était pas vide! Il y avait pas mal de touristes. Quand y étais-tu à Vientiane?

    Réponse
    • Tony

      Oui Rattana, nous trouverons toujours différents niveaux de vie où que nous allions.

      Pour être honnête je ne me suis pas tant ennuyé que ça. J’avais les yeux grands ouverts et la découverte est toujours un plaisir pour moi.
      C’est simplement ce manque d’animation qui m’a interpellé. Notre principal plaisir, hormis visiter comme de bons petits touristes qui se respectent, c’est l’échange avec les habitants et autres voyageurs. L’interaction qui en découle n’a pas de prix et vaut tous les guides du monde.
      Malgré quelques rencontres intéressantes, c’est ce qui m’a manqué à Vientiane et qui me fait parler ainsi.

      Nous y étions début mars et je peux t’assurer que le Patuxai ne croulait pas sous le nombre de visiteurs, à l’instar de l’avenue Lane Xang que tu peux voir sur la première photo de l’article. Mais ça ne m’a pas dérangé du tout ! Ce n’est pas devant les monuments que l’on croise les locaux les plus intéressants.

  6. Hafid

    Bonjour,

    Une ville que je compte visiter car mon ami y réside et m’invite tout le temps, mais je n’ai pas eu les moyens d’y aller surtout à cause du billet d’avion ( plus de 1 500 euros ). Mais, ça reste dans mes objectifs pour un voyage dans l’avenir.

    Merci pour cet article

    Réponse
    • Tony

      N’attends plus Hafid ! Ton pote va désespérer et tu rateras une belle occasion. Sinon je veux bien que tu me lâche le plan pour ma prochaine visite à Vientiane. :)
      1 500 €… C’est en classe affaires ton billet ? Je t’invite à lire cet article : https://travelplugin.com/astuces-denicher-vol-pas-cher/ ça t’aidera peut-être un peu.
      Au plaisir de te relire ici.

  7. Laurent

    Calme, oui c’est bien le souvenir que j’ai de Vientiane. Je me souviens très bien que j’avais noté dans mon carnet de notes (que j’ai perdu depuis … un drame, mais passons) un truc du genre : « je suis à Vientiane assis à une terrasse, quand soudain, stupeur … une voiture passe ». Jamais vu une capitale aussi calme.
    Je me rends compte par contre à la vue de tes photos que j’ai commis une boulette dans ma galerie photo du Laos, j’ai situé ma photo de Vat Si Saket à … Luang Prabang :-( Tellement convaincu sans doute que décidément, il n’y avait pas grand-chose à faire à Vientiane.
    Par contre, ces jeunes investisseurs qui arpentent les rues semblent être de véritables requins ;-)

    Réponse
    • Tony

      Ahahah ! Une voiture passe… J’avoue que ça surprend toujours un peu dans ces conditions. Tu viens de matérialiser l’idée de dessin que j’avais pour l’article et que je n’ai pas eu le temps de faire. Tu lis dans les pensées ma parole !

      Tous ces investisseurs peuvent effectivement faire penser à des requins mais je me dis que ça n’est pas fait pour déplaire au Laos qui y trouve un grand intérêt économique. Surtout avec une situation géographique aussi défavorable (pas d’accès à la mer). Alors je jugule mon côté réac et prie le bon dieu que cela servira à toute la population laotienne.

      D’ailleurs, à la décharge des gouvernements français et laotien, les nombreuses aides accordées lors de la guerre du Vietnam furent employées à bon escient pour la globalité des habitants du pays. D’où son expansion remarquable pendant ces tristes années.
      Quelques familles influentes ont bien mangé de plus grosses part de gâteau, comme souvent, mais sans l’exagération dégueulasse que nous avons pu voir régulièrement en Afrique.

      Pour Vat Si Saket, tant que tu avoues et corriges tes erreurs tu es pardonné par tes lecteur.
      Et toutes mes condoléances pour ton carnet de notes Laurent. Je sais ce que ça fait.

  8. Sirhom

    Salut Tony,
    chouette article. Je ne connais pas ton travail par cœur, mais j’ai l’impression que c’est de mieux en mieux:)
    C’est dense et informé, tu arrives à glisser l’argumentaire touristique et des conclusions dérangeantes sans que l’un ne nuise trop à l’autre.
    Bon et gros boulot.

    ++

    Réponse
    • Tony

      Tu as tout compris ! C’est exactement ce que j’essaye de faire : un article de fond ; mélanger deux styles d’infos qui, au fond, se recoupent et se tiennent mutuellement. Une gageure parfois.
      Les conclusions dérangeante sont plus faciles à faire par contre. Le tout est de ne pas aller trop loin sinon je vais finir par attirer la DCRI sur le blog. héhé !

      En tout cas tu vois juste et ça me touches Sirhom. D’autant que tu sais le dire en une phrase simple, largement suffisante pour illustrer l’ensemble de ce travail.

      Un grand merci à toi ^^

  9. fabrice

    Cette ville m’a fait penser à une petite ville du sud de la France, et dire que c’est la capitale.
    J’y étais resté quelques jours, pourtant rien de fantastique à faire, l’ambiance m’avait ramollie:-)

    Réponse
    • Tony

      Très bonne comparaison Fabrice. Et pour étayer ton propos, j’ai même vu à Vientiane des bouteilles de rosé français directement importées d’Aix en Provence… C’est dire à quel point tu as raison.
      Dommage que cette capitale soit encore moins animée que Aix, nous aurions pu pousser plus avant la similitude. Mais non…

  10. Reeon

    Pas encore fait Vientiane. Du coup ton article a éveillé ma curiosité: soit je vais aimé direct soit je vais vraiment détester je pense. Sinon c’est vrai qu’il a la classe le soldat ! :D

    Réponse
    • Tony

      Toi aussi tu as tilté sur son beau déguisement de travail ? C’est un peu plus sympa que celui du guignol de gauche (enfin à gauche sur la photo – héhé !). Comme nous pouvons le constater, les déguisements de politiques sont d’une originalité à toute épreuve… A quand un costard de Président style Jean-Paul G ?

      Trêve de plaisanteries Reeon, le jour où tu visites Vientiane je veux bien que tu m’en fasses un petit retour à ta sauce. Surtout si tu parviens à y trouver quelques laotiennes open mind. Pas un mot à Haydée surtout ! ;)

  11. Mike @ VDN

    Bonjour,

    C’est décidément jamais une déception quand on vient chez Travelplugin (que je continue à prononcer très franchouillardement travelle-plugeain).

    Tony, si un jour t’es à court d’idées, la reconversion en prof d’histoire me semblerait un choix judicieux, qui donnera aux gosses le goût à l’histoire.

    Merci pour ce chouette billet.

    Salutations,

    M

    Réponse
    • Tony

      Salut Mike,

      Sachant que tu t’intéresses aussi à tous ces thèmes, ton commentaire me fait plaisir. Peut-être aurons-nous un jour l’occasion de nous lancer dans une discussion passionnée de vive voix.

      En tout cas, si je lâche « travelle-plug1 » un de ces quatre je n’hésiterai pas à jouer l’historien pédagogue pour mouflets en mal de culture.

      Merci à toi :)

  12. Mike @ VDN

    Salut Tony,
    Travel Plujun reste à mon sens un des meilleurs blogues de voyage, par le ton et la qualité des articles, qui fait sérieusement défaut à bcp de blogueurs par ailleurs (et je vous épargne de mentionner qui vous savez, dont j’ai découvert que, outre les 10 ou 12 blogs que j’avais déjà aperçus, il en a maintenant d’autres sur l’Islande et l’Allemagne. Un jour peut-être fera-t-il un blogue sur l’agrandissement de pénis).
    D’ailleurs faudrait que je vous cause d’une idée que j’ai eue de réseau de blogues, mais je dois en causer à Kalagan d’abord, pi ensuite à Fabrice (IV) et ptêt Babel Voyages, que je rencontrerai à Paris bientost (et d’autres).
    Merde, chépa si ç’avait vocation à se retrouver en commentaire tout ça !

    En tout cas, concernant la discussion de vive voix, avec plaisir. Faut juste voir quand et où !

    Oh, by the way, ma soeur envisageant ptêt de partir en Asie, je l’ai invitée à visiter votre blog ; à l’occasion ma frangine vous enverra des questions techniques dans les semaines à venir.

    Salutations,

    M

    Réponse
    • Tony

      12 blogs !? Il faut 3 vies avec des journées de 72h pour tenir tout ça… En tout cas l’idée d’un blog sur la taille du pénis risque de générer pas mal de trafic. Si en plus tu lui donnes de bonnes idées. :)

      Avec plaisir pour donner quelques tips à ta sœurette et pour se voir sur Paris lors de ton passage. Fais nous signe on trouvera un créneau.

      Merci encore et salutations camarade ! ;)

  13. Nanie

    Je suis d’accord avec le commentaire précédent, j’aurai rêvé avoir un prof qui m’aurait autant passionné et tenu en haleine jusqu’à la fin de son exposé! J’aime beaucoup vos articles instructifs et qui invitent au voyage… à chaque fois j’ai envie de prendre un billet d’avion sur le champ :)

    Réponse
    • Tony

      Tu m’en vois ravi Nanie. Pas facile de raconter des trucs culturels sans gonfler les lecteurs.
      Le problème avec les programmes scolaires d’histoire-géographie c’est le manque de pédagogie utilisée pour faire passer une information pas toujours digeste.
      L’idéal serait d’emmener tous les écoliers visiter les endroits qu’il étudieront pendant leur scolarité. Ils retiendraient beaucoup plus facilement tout ce qu’on leur demande d’ingurgiter. Mais bon, je m’attaque à tout le système éducatif là. Et faire voyager tous les élèves de France coûterai sûrement trop cher à l’état.

      Merci pour tes compliments et bon courage pour réussir à faire ta wishlist des pays à visiter. Surtout si nous t’en rajoutons un de temps en temps. ;)

  14. Guillaume

    En gros, sans guide local, on se fait c…. visiblement.
    C’est dommage. Je pars du principe que dans chaque ville il y a des choses intéressantes à découvrir. Mais c’est vrai qu’en arrivant sur des places vides et des marchés désert, sans guide pour nous conduire, on doit vite se poser la question : que faire …..

    Réponse
    • Tony

      Oh oui monsieur Doudou ! Ça peut vite tourner à l’ennui dans ces conditions.
      Notre chance fut de ne pas rester très longtemps sur place. Juste ce qu’il faut pour visiter la ville et profiter des plats pimentés le long du Mékong. Qui m’ont arraché la langue en passant. :(

      Du coup le guide devient vraiment avantageux si tu compte rester plus de quelques jours. Histoire de perdre moins de temps à trouver un plan sympa.
      Sinon il te reste la solution de monter une boite dans les parages. C’est le bon moment je pense.

  15. atmaprana

    C’est justement parce que j’avais lu dans un vieux guide du routard qu’au Laos, on avait l’impression d’un dimanche perpétuel que j’y suis allée en 2001; c’est un côté qui m’a bien plu et je suis presque contente de savoir que c’est toujours le cas. Ahh le calme! (surtout après d’autres villes d’Asie comme Bangkok ou Calcutta)…

    Réponse
    • Tony

      Si tu cherchais le calme tu as fait le bon choix Atmaprana. Et j’avoue qu’après Bangkok, Vientiane peut faire office de Thalasso pour les nerfs et les oreilles. Un peu de calme ne nuit à personne et c’est parfait pour tes séances de yoga. ;)

  16. Rachel Decouvertemonde

    Au premier abord je suis d’accord avec toi. J’y suis allée en 2008 et j’avais trouvé cette ville terriblement morte et ennuyante. J’avais donc une mauvaise image de la ville. Mais en octobre 2012 j’ai dû y retourner pour mon terrain d’étude à la maîtrise que je faisais au Laos (sur le patrimoine mondial de l’unesco à Luang Prabang) et j’ai dû passer 2 semaines à Vientiane.

    On dirait que j’ai eu la chance de la voir autrement. De prendre plus de temps pour m’y promener, sortir des endroits touristiques, voir les gens. Et finalement j’ai adoré mon expérience.

    Parfois un endroit ne nous dit rien. Mais parfois il peut prendre une nouvelle couleur, nouvelle saveur avec une expérience différente qui nous touchera davantage. Je crois qu’un endroit est l’expérience qu’on y vit plutôt que le cadre tangible qui nous est présenté (même si souvent ca l’aide). La baie d’halong est un bon exemple… le cadre super, donc tout pour plaire aux voyageurs, et pourtant plusieurs voyageurs (dont moi) avons vécu une expérience décevante.

    Mais c’est certain que c’est pas la ville la plus palpitante au monde! :)

    Réponse
    • Tony

      Tu as tout dit Rachel. Un endroit est apprécié pour ce que l’on va y vivre, pour ses odeurs, ses couleurs et ses rencontres… Et si l’on a la chance de pouvoir y séjourner sans être touriste, c’est la redécouverte assurée.
      C’est ce qui m’a manqué quand j’y était. Ne voyant la ville que comme le touriste lambda que j’étais, je n’en ai appréhendé que la partie émergée à l’inverse de toi lors de ton deuxième passage.

      En tout cas faire des études en relation avec le patrimoine mondial de l’unesco doit être super intéressant. Surtout en profitant de la découverte d’un nouveau pays. Qu’est ce qui t’a donné l’envie de te lancer là dedans ?

  17. Boris @UnAllerSimple

    Je suis bien d’accord avec toi. Vientiane reste, à première vue, une grande ville sans trop de charme qui fait pâle figure après avoir parcourues les grandes étendues du Nord Laos.

    Après, comme tu le fais justement remarquer, on ne fait que juger avec nos yeux de touristes !
    Bel article en tout cas ;-)

    Réponse
    • Tony

      C’est ça Boris. 2 jours ce n’est pas assez pour rencontrer les bonnes personnes et trouver les bons plans, à moins d’avoir de la chance. Mais j’ai quand même réussi à me faire alpaguer par les seules filles de joie du coin. Comme quoi y’a d’la vie à Vientiane. :)

  18. Julien

    Je ne suis pas aussi catégorique que toi sur mon analyse de Vientiane. Le côté mort de chez mort peut aussi être ressenti comme un moment de tranquillité pour reprendre son souffle au milieu d’un voyage. Certes pour une capitale importante d’Asie ça change, on se croirai plus à la campagne. Mais d’un autre côté parfois c’est aussi cool de pouvoir traverser la rue sans avoir peur de mourir comme à Hanoï. C’est aussi sympa de pouvoir marcher dans la rue sans avoir l’impression d’être à Paris ou Londres, rapport à la population que l’on croise dans les rues, je pense par exemple à Bangkok avec ses quartiers du genre de Khao San road.
    L’autre chose qui mérite le détour c’est l’influence française dans la cuisine. On trouve des vrai vins et finalement en comparaison avec d’autres pays, pas si cher. On trouve du pain pas mal du tout, quelques fromages et de la charcuterie :) . Après 100 jours de voyage tout ça m’a fait apprécier mon passage par cette ville.
    Bien sûr globalement je te rejoint sur ton analyse, sur un voyage court ce n’est pas l’endroit qui me viendrai en premier pour m’éclater ou pour en prendre plein les yeux.
    Enfin ce qui m’a étonné c’est le prix de l’immobilier. Une belle maison de taille moyenne ( 3, 4 chambres ) c’est tout de suite 250 000/300 000 euros, on est sur des petits prix occidentaux. A titre de comparaison l’immobilier est moins cher chez moi du côté de La Rochelle.

    Réponse
  19. avon

    Le laos n’est il pas pour les visiteurs qui cherche le charme et la tranquillité finalement?
    Je crois que ce pays va être ma prochaine destination, j’ai ma dose du monde soit disant moderne.

    Réponse
  20. Amélie-Voyagista

    Bonjour,
    Je relisais votre article juste avant de publier moi même un article sur Vientiane, en tout cas moi ce qui m’a marquée, et ce pas qu’à Vientiane, c’est plus la présence et l’influence chinoise, même dans une petit village au milieu de nulle part. Le laos semble presque devenir un satellite chinois…

    Réponse
    • Tony

      Il l’est Amélie.
      Suite à la fin de l’hostilité née de l’alliance Laos-Vietnam contre la Chine en 1997, les chinois ont intensifié leur présence au Laos et ils vont vite.
      Il y a 5 ans déjà, la Chine était à l’origine de près de 40 % des projets d’investissements au Laos. Des ressources minières au caoutchouc en passant par l’électricité ou le secteur hôtelier, le géant chinois contrôle désormais des pans entiers de l’économie laotienne.
      Boten, au Nord du Laos en est le meilleur exemple. Ça passe même par des prises électriques aux normes chinoises là bas. Une invasion économique qui s’étendra fatalement à la culture du pays et amènera son lot de déviances.

  21. rahan

    Article riche en tout point.
    Une question aux habitués/résidents de Vientiane :
    existe-t-il un choix de locations meublées aux normes occidentales (eau chaude, cuisine équipée) ? Si oui, à quel prix ?
    On envisage sérieusement un an d’expat avec 3 enfants à Vientiane (on vit actuellement en Thailande). Premier voyage de reconnaissance dans trois semaines.
    Le lycée français de Vientiane accueille 800 élèves dont 500 français. J’ose croire que les activités pour les enfants se sont fortement développées ces dernières années.

    On recherche principalement le calme et la découverte tranquille d’un pays inconnu.

    Merci pour vos réponses,
    Rahan

    Réponse
    • Rouand

      Rouand 18 juin 2014 à 14 h 04 min #
      Salut à toutes et à tous,
      Surprise très surprise de vos avis.
      CertesVientiane est douce paisible et parfumée des fleurs de la très belle végétation qui quadrille la Ville : premier atout cité

      Je n’ai à part aux heures les plus chaudes , normal surtout en mars qud tu y étais, trouvé cette ville fantomatique. Elle peut même grouiller notamment le matin entre 6h et 8h : heures de pointes comme partout en Europe par exemple .
      Ensuite mêmes choses dans les nombreux et grands marchés : mais là le calme s’installe entre 13 h et 17h : les marchands dorment dans leurs stands sous une chaleur intolérable.
      À 16h30 une marée humaine surgit sur tous les bvds de la ville, travailleurs, écoliers et scolaires de tout type et commerçants etc… Et touristes et expatriés.
      Puis à la nuit tombée 17h ou 17h 30 selon les saisons, l’activité reprend : courses, cafés restaurants , bars le long du Mékong sur les berges.
      Puis puis, il y a toute la banlieue , verte magnifique luxuriante à 5 mns en tuck truck de l’hypertension centre où vient les autochtones : maison, cabanes, petits temples gargotes, marchands, ateliers en tout genre dont luxueuses transformation de la soie et du coton pour l’exportation ! Ils sont tous la dans leur quartier et des maisons s’échappent cris ou rires d’enfants, des gars jouent au foo,t aux boules, fleurent.des étudiantes discutent en cercle aux coins des rues. Des femmes cuisinent ou jouent aux dominos et o cartes, les hommes fument et boivent soit le lao lao liqueur de riz artisanale très bon marche, soit leur Johnny Walker black selon leur niveau de vie. Les rencontres sont aisées .
      Le soir à l’heure où le touriste ou expat désire boire une bière assister au coucher de soleil , il sort et gagne les bords et alentours des rivages du Mékong. Et une vie d’un autre rythme se recrée comme chaque fin de journée: ici on se lève tôt et l’on se couche tôt : et dans la journée chacun disparaît soit en son lieux de travail soit ds son hôtel, soit dans son etb scolaire.
      Voilà tout.
      C’est une ville extraordinaire car ces rythmes ci sont plus respectés qu’ailleurs et pour notre plus tendre étonnement et qui les ignoreraient en effet passerait à côté d’ une charmante réalité : la vraie vie de Vientiane….
      Bien à vous.
      Sonia : déjà 5 voyages o Laos avec un séjour oblgé et amoureux à Vientiane à chaque fois.
      Sinon j’ai de la famille à Taehkek, Savanahketh et Vientiane banlieue .

  22. Nomade

    Vientiane est calme, j’adore. Pas de circulation intense, j’adore, quoique les grands axes comme les Champs Elysées sont plutôt encombrés. Heureusement, il y a des feux tricolores. Le marché chaque jour est un endroit – si l’on parvient à trouver l’entrée entre la foule des songthew (taxis locaux) garés – vivant, odorant… comme tous les marchés d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du sud. La forte chaleur du 29 février au 12 avril, j’aime moins. Mais la clim dans les dortoirs de ma guesthouse m’a offert des nuits réparatrices.
    Je me suis un peu ennuyée dans la capitale car j’ai dû y rester 2 semaines avant de pouvoir obtenir mon renouvellement de passeport. Rien n’est organisé pour les touristes, j’adore. Sinon il y a Vang Vieng pas très loin. Il paraît qu’on s’y éclate. J’ai juste traversé la cité, en bus en descendant du Nord. Dans le même style, il y a Don Det, dans les 4000 mille îles tout au sud. J’ai préféré rester sur Don Khone. C’est calme, serein et il y a plein de choses à découvrir à pied ou à vélo.
    Je suis restée 2 mois au Laos. J’ai rencontré des gens extraordinaires tant locaux que résidants européens ou voyageurs indépendants comme moi. J’ai découvert des paysages merveilleux surtout dans les descentes de cours d’eau (Mékong et Nam Ou). Je pense que j’y retournerai. Mais ne disons pas trop de bien de ce pays, il ne faudrait pas qu’il soit gâché par trop de ces touristes qui attendent qu’on leur porte tout sur un plateau et qui encore après se plaignent parce que ce n’est pas comme à la maison.
    Nomade qui est arrivée sur cette page en cherchant une précision sur le Laos… afin de ne pas écrire d’ineptie sur sa page web laotienne en préparation.

    Réponse
    • Tony

      Et bien ma chère Nomade, je remarque des écrits très inspirés autant dans votre commentaire que sur votre site internet.

      De fait, le Laos est un pays extraordinaire de découvertes et d’échanges. Et malheureusement le touristes qui se permettent de jouer les princes sont assez bien représentés là-bas.

      La marché de Vientiane est effectivement un endroit que j’ai particulièrement affectionné. Et pour la chaleur je confirme. J’ai même dû soigner un méchante allergie causée par le mélange chaleur et poussière. Heureusement que les pharmaciens de la capitale maîtrisent un français suffisant pour comprendre les voyageurs comme nous. :)

      J’ai également eu l’occasion de rester quelques jours à Vang Vieng. Je n’ai jamais aussi peu payé ma chambre d’hôtel digne d’un palace (8 € par jour !). Et j’y ai trouvé des paysages magnifiques ainsi que des locaux très ouverts.
      Bien plus sympathiques qu’à Luang Prabang où le tourisme est également très encré mais plus impersonnel. Avec une majorité de Français d’ailleurs. Pas très flatteur pour nous tout cela… Mais j’en garde malgré tout un excellent souvenir.

      Pour le reste je n’ai pas eu la chance d’en voir plus et votre riche expérience en la matière sera sûrement très intéressante à lire une fois votre travail terminé.
      Au plaisir de vous revoir ici plus souvent. :)

  23. Romain

    J’y avais été juste avant toi en 2012 et c’est vrai que ce calme m’avait frappée puisqu’il s’agit bien là d’une capitale ! La ville ressemble plus à une sorte de gros bourg de par chez nous (le premier shopping était en construction quand même…)

    Pour avoir été à Savannakhet, la 2e ville du pays, même constat, en pire… vraiment trèèèèèèèèès calme. Au Laos ils sont plutôt tranquille… on est loin de l’effervescence d’ailleurs presque trop grouillante de la Thailande par exemple…

    Réponse
    • Tony

      Un calme très caractéristique du Laos Romain. Il reste quand même Vang Vieng pour un petit peu plus d’animation. Et ce n’est plus l’effervescence dépravée de touristes occidentaux en quête de cuites continuelles depuis 2012, tant mieux !
      Tu peux toujours regarder Friends en boucle à la TV en mangeant des pizzas après une descente de tubbing sur la rivière, mais je ne suis pas client. Reste les montagnes alentours qui sont superbes à visiter avec leurs caves et leurs cascades… Et là on revient dans la catégorie calme. Y’a pas à dire, c’est vraiment tranquille le Laos. :)

    • Romain

      J’étais à Vang Vieng cette même année 2012, soit juste avant que l’effervescence chute un peu… mais j’ai quand même effectivement apprécié la balade vers les montagnes et les grottes (malgré de bon baufs bourrés dans la plus connus…)

  24. bobby

    Je ne sais pas trop quoi dire mon frère habite Ventiane depuis plus de 10 ans. J’ai visité souvent même pendant des mois. C’est une ville calme ou l’on prend le temps de vivre et les gens sont super sympathiques. Il y a plein de chose à voir et à faire, mais on doit rester un peu, car ce que les guides ou les blogs de voyage racontent des choses pas très racoleuses après une visite de quelques heures.

    Une ville comme Ventiane doit être découverte sur plus que 2 jours, car il n’y a pas de mode d’emploi ou de liste des vraies choses à voir et à faire. Il y a pas mal de choses autour de la ville, mais personne ne tente de les promouvoir ou les faire connaitres. Il veulent peut-être garder les meilleurs endroits secrets à l’abri des touristes. Pour ma part, je crois que pour apprécier cette ville il faut rester un peu connaitre des Laotiens, connaitre un peu de leur langue et partager leur quotidien, leurs fêtes, leur mariage, leur nourriture d’occasion et leurs endroits secrets.

    Tout ça comme dans bien des endroits en Asie, les vraies choses magnifiques échappent à ceux qui ne regardent que dans des livres, sur internet, dans leur objectif de caméra et oublient de s’arrêter pour contempler le paysage

    Réponse
  25. Paul

    Je comprend ta surprise à découvrir une ville paisible et tranquille si tu t’attendais à quelque chose qui ressemble à la vénale Thaïlande.
    Pas d’accord, quand tu suggère qu’il n’existe que quelques restaurants à touristes dans le centre ville.
    On mange très bien à Vientiane, tu ne sais pas où c’est tout.

    Par contre, et c’est pourquoi j’interviens, dire que Vientiane est sensée pouvoir espérer jamais pouvoir être simplement comparée à Hô-Chi-Minh ! Sérieusement, tu y est déjà allé ?
    Saïgon est la perle de l’Asie du SE avec le plus gros potentiel de toute la région.

    Réponse
    • Tony

      Je ne m’attendais à rien de spécial Paul, pas plus à la Thaïlande qu’à autre chose.

      J’ai très bien mangé à Vientiane, même dans les restaurants touristiques. Mais je te l’accorde, je ne savais pas où trouver les petits restos typiques qui valent d’avantage le détour. Peut-être aurais-tu quelques adresses à laisser aux lecteurs de ton côté ? Ce serait sympa pour eux. :)

      Question bête : Evidemment que je suis allé dans cette ville, sans quoi je n’aurais pas écrit cet article. Et si tu relis correctement ma phrase :
      « A ce train là Vientiane pourra peut-être rattraper une ville comme Hô-Chi-Minh », il y a les mots « peut-être » qui suggèrent simplement que Vientiane se développe très vite comme Saïgon l’a fait à ses débuts. C’est une image.

      Mais crois-tu vraiment que c’est simplement en visitant une ville une semaine que tu peux en étudier l’économie ? Non. Mais en plus d’y avoir séjourné, j’ai également fait de longues recherches concernant cet aspect.

      Ta question est donc doublement mal placée.

  26. MIGNOT Fabrice

    Franchement amusant cet article que je lis alors que je fais la relecture de mon dernier roman qui s’intitule « Haute tension au Laos » qui va paraître bientôt chez L’Harmattan. Bien entendu, ce faux calme, c’est l’envers du décor. Les touristes, on ne les voit jamais dans les vraies fêtes de campagne qui déchirent un maximum avec le molam électrique (allez voir les clips d’Airnoy Niphone sur Youtube par exemple). Combien de jeunes au Laos ? Je me suis blessé un genou l’an dernier près de Vientiane à Nong Boua Thong (village de Thaïs Noirs) pendant une fête nocturne endiablée dans un stade. Et que dire de la fête des pirogues à Sayabouly qui dure trois jours et trois nuits, sans un seul touriste ! Idem pour les battles de hip hop. Bref, il faut se renseigner sur les bons plans loin des clichés et aller là où les Lao travaillent, s’amusent et s’agitent.

    Réponse
    • Tony

      Vu avec tes yeux c’est plutôt alléchant Fabrice. C’est avec toi que j’aurais dû partir là bas. Et que ton roman s’intitule « Haute tension au Laos » est en effet amusant au regard de mon article.
      En tout cas merci pour toutes ces infos qui me permettront de chercher autre chose si je repasse dans le coin. Et merci également pour ton indulgence concernant mes propos de « touriste n’étant resté que quelques jours à Vientiane ». Tu ne m’as pas flingué et c’est sympa. ;)

    • bobby

      Tony, bizarre de réaction j’ai écrit sensiblement la même chose en d’autre mots voilà de cela plusieurs mois et personne n’as réagi, je devrais peut-être écrire un livre

      Bobby

    • Tony

      Je suis confus Bobby, je viens de vérifier ton commentaire et je n’y ai effectivement pas répondu. D’autant plus que tu es resté cool avec moi en avançant les mêmes arguments que Fabrice. Que dire… Tu auras le droit de me flageller si nous nous rencontrons. :P
      En tout cas j’espère que tu me pardonneras car ce n’était pas intentionnel.

      Bref, Fabrice et toi avez raison sur le fait qu’il faut rester plus longtemps, connaître du monde et quelques rudiments de langue pour profiter à fond de l’endroit. Ma courte présence ne m’en aura pas laissé l’occasion. Mais je saurai à qui m’adresser la prochaine fois pour griller les étapes.

      Sinon, à ma décharge, je me suis servi du sentiment de tranquillité que j’ai ressenti à Vientiane pour accentuer le contraste avec l’ébullition entrepreneuriale qui se dégageait du pays au même moment. Histoire de bien faire comprendre au lecteur que le Laos était en pleine expansion.

      J’avoue que depuis je ne me suis pas replongé dans son actualité. Nous espérons retourner en Thaïlande pour une période plus longue d’ici quelques temps et pourquoi pas faire un crochet par le Laos, alors il n’est pas exclu que je me replonge dedans d’ici là. Nous pourrons en reparler si tu es d’accord.

    • bobby

      Tony, je te pardonne, c’est vrai que si on regarde les guides ou les commentaires dans les forums et qu’on a peu de temps Ventiane est plutôt moche. J’y ai habité près de 2 ans en plusieurs séjours et pour être honnête je n’ai jamais visité les attractions qu’on tente de vendre aux touristes de passage. Il faut dire que j’avais du temps et que j’habitais dans ma famille. Tu me donnes un défi, il faudra que je consulte mes amis lao de Ventiane et mes amis qui y habitent pour faire une liste des vraies choses à découvrir dans un séjour à moyen terme à Ventiane…

      En résumé à première vue et selon les guides, Ventiane est une ville moche et je suis d’accord, mais quand on creuse un peu avec l’aide des habitants local on peut trouver de quoi s’amuser et trouver des choses extraordinaires.

      a plus Tony merci de nous donner l’occasion d’en discuter, tout le monde y gagnera quelque chose

      Bobby

  27. Vasithy

    Bonjour,

    Je viens de tomber par hasard en cherchant les noms des endroits que j’ai visitée lors de mon 1er voyage au Laos en mai 2015,
    J’ai beaucoup aimé ton article, ton mélange « historique », blog et humour, il m’a fait sourire ;-)

    Etant d’origine laotienne, grandie en Belgique, ce voyage était un peu spéciale pour moi (genre à la recherche de mes origines et une reconnection quelconque ^^),
    je n’avais pas d’attentes particulières, ni de planning particulier donc je l’ai entrepris seule comptant sur mon instinct pour me guider.

    Les sensations étaient familières et étrangères en même temps, donc j’ai accueilli ces sentiments sans préjugés .. et je ne m’y suis pas vraiment sentie « reconnectée » à mon pays d’origine, d’une créatine manière.

    Mon souvenir de Vientiane était calme mais pas aussi paisible que la réputation qu’elle porte.
    J’ai aussi visité Luang Prabang 3jours (j’ai beaucoup aimé) et Vang Vieng très brièvement.

    J’avoue également que je ne me suis pas toujours sentie en sécurité comme dans d’autres villes asiatiques (Bangkok, Seoul, SG or Hk) mais cela n’est surement pas comparable, peut-être le fait d’avoir voyager seule.

    Je ne maitrise pas parfaitement la langue mais je la comprends et parle encore un peu. C’était donc comique par moment les commentaires à mon sujet.
    Par contre, Le coté moins plaisant de mon séjour était que je me sentais souvent perçue comme étrangère, et je ressentais un rapport à l’argent trop touristique avec ces locaux.

    Sinon et malgré tout, j’en ai gardé un souvenir agréable et une envie de redécouverte ;-)

    Je pense que j’aimerai y retourner mais accompagnée ou peut-être plus organisée la prochaine fois .. et peut-être aussi plus aventurière ..

    Merci encore pour ton article, partage et humour <3

    Bisous,
    Vasithy.

    Réponse
  28. channy

    J’adore votre style auriez vous bosser dans ce torche cul qu est « le rénovateur » pour y apprendre a écrire tout en nuance?
    L’expansion économique du Laos.;c’était déjà un beau baratin en 2000..comme vous le dites l humanitaire cartonne et les aides qui vont avec..
    Ah oui les entrepreneurs se bousculent toujours et au final c est toujours la même chose beaucoup d appelés mais très peu d ‘élu au final…si seulement les croissant pouvaient acheter les clients.;en 2000 c était les caves à vin qui avaient du succès…il faut dire que le pays s industrialise à grand pas.
    Ah oui les vieux fossiles du début des années 2000 disaient qu’en 2020 la Suisse sortirait de son état de pays moins avancé.;certainement pour atteindre le niveau pays pauvre.;il y avait même un vieux débris qui affirmait que le Laos serait la suisse de l’asie du Sud Est..j en ris encore
    On notera aussi que les guides touristiques et ONG pour bobos sont étrangement silencieux sur les droits de l homme,la corruption etc etc alors qu elles vomissent sur la Cambodge,la Thaïlande,Malaisie etc etc
    Sinon Vientiane j ‘y suis resté 4 mois en 2000( et c était pas simple niveau visa à l’époque) et je m y suis bien fait chier ..d’ailleurs j ai jamais eu l envie d y retourner

    Réponse
    • michel COCAULT

      Bonjour CHANNY
      D’accord avec toi sur beaucoup de points, je n’ai pas lu dans tous ces commentaires une seule remarque sur la corruption policière et pourtant elle est de taille. Je réside au Laos dans un village et je me fais racketter parfois à Vientiane lorsque je viens en voiture .. En exemple Tous les Laotiens téléphonent en conduisant sans être inquiété mais comme je suis « fareng » je me fait arrêter ! et toujours de l’argent de main à main, sans reçu.
      aucune éducation sur le respect de la propriété d’autrui ,du matériel, il y a env 2 à 3 ans ,un ONG a construit dans l’école un bloc sanitaire, si vous voyez dans quel état il est à présent vous en seriez malade! et les jeux, les clôtures dans le parc de Vientiane!!!le touriste ne voit que le beau coté de la chose.

    • michel COCAULT

      toutes vérités ne sont pas bonnes à dire, je sais, désolé pour ma façon de m’exprimer, je ne savais pas qu’uniquement le positif était autorisé.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This