Pourquoi je n’irai peut-être jamais vivre au Japon

Écrit par Tony Founs

Content marketer, copywriter freelance et formateur 2.0, j’aide les salariés à se lancer en indépendant en parallèle de leur travail.

Mis à jour le 28/05/2020 | Publié le 19/10/2013

Ce n’est pas faute d’envie de voir mes amis nippons, je l’ai même planifié dans les années à venir.

Mais le temps que j’y aille, le Japon n’existera peut-être plus

Et peut-être même que l’humanité toute entière aura disparu ! Bref, je serai mort.

Pas facile pour aller visiter le Japon.

Ce fut ma première pensée en lisant cet article de blogs.mediapart.fr.

Dans environ un mois, Tepco, l’entreprise en charge de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, projette de retirer 400 tonnes de combustibles emprisonnés dans la piscine du réacteur n°4 perché à 30 mètres du sol. Une manipulation pouvant tourner au désastre planétaire si elle n’est pas réalisée avec une précision d’horloger.

Mais ce n’est pas tout. Le reste de l’article dépeint une situation digne d’un scénario apocalyptique.

Et moi qui comptais faire un peu de tourisme extrême là-bas… Car ce sera possible d’ici une vingtaine d’années. Des intellectuels japonais proposent d’installer un village touristique aux abords de la centrale nucléaire ; avec le devoir de mémoire en tête de liste des justifications.

Centrale nucléaire de Fukushima

 Vous avez peur ? Pas de panique ! Un journaliste scientifique et écrivain renommé réfute une partie de ces arguments alarmistes dans les commentaires du même article.

Le Japon ne sera pas l’épicentre de la fin du monde

Pour autant, la situation est loin d’être sous contrôle à Fukushima. L’accumulation de centaines de milliers de tonnes d’eau radioactive dans des réservoirs de fortune est au centre du débat.

Ça fuit ! L’océan pacifique devient une grande piscine radioactive jusqu’aux côtes américaines.

Sur terre, plus de 160 000 japonais ne réintégreront probablement jamais leur maison.

Mais alors lequel croire ??

Les 3 singes sur déchets nucléaires

Omerta Nucléaire ?

Le blogueur mal rencardé ou le journaliste ultra orienté ? Encore un bel exemple de stigmatisation médiatique.

Alors j’y vais ou pas au Japon ? C’est que je n’ai pas envie d’être irradié et de ressembler à un poulpe pétrifiée moi ! Et puis je tiens à ma thyroïde.

Ce dont je suis sûr c’est que même si je décide de ne pas aller au Japon c’est lui qui viendra à moi. La preuve avec ces découvertes de contamination à l’iode-131 en Europe.

Voyageur, amoureux des écosystèmes, où que tu ailles, où que tu sois la connerie des apprentis sorciers te poursuivra. Mais rassure-toi, même quand l’humanité ne sera plus, Mère Nature lui survivra.

Sources :

Tony Founs

 

 

Nos guides et stratégies directement dans ta boite mail

CATÉGORIES

PRODUITS

Tu aimeras sûrement aussi…

Vivre en nomade digital : mes 9 ans d’expérience entre travail et voyage

Vivre en nomade digital : mes 9 ans d’expérience entre travail et voyage

Vivre en nomade digital est loin des stéréotypes que tu trouves sur internet. Par exemple ? Ce n’est pas un métier, mais un mode de vie. Et plus tu te déplaces, plus tu casques – moins tu as de temps pour bosser. Comment aborder l’aventure ? Comment Gérer ? Constat réaliste et trucs à savoir (absolument !) à travers mes 9 ans d’expérience.

lire plus
Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Pas que je déteste l’Albanie. Certains paysages sont magnifiques et les gens sont accueillants. Ils ont même un certain style… Mais entre dictature stalinienne et capitalisme sauvage, le pays a oublié de passer par la case civilisée. Un peu comme les américains qui, comme disait Sacha Guitry :
« Sont passés directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation. »

lire plus

38 Commentaires

  1. Tunimaal @ blog Japon

    « Oui enfin faut pas déconner non plus »

    Voilà ma réaction quand je lis des choses comme ça. Les journalistes que tu cites ne vendent QUE du sensationnel et rien de plus.

    Personnellement je dis qu’il fait arrêter l’hypocrisie au bout d’un moment parce que l’Europe de Tchernobyl ça allait mais le Japon de Fukushima c’est le drame total…

    Et puis s’ecprimer sur un tel sujet sans être un expert est aussi une grande connerie parce que beaucoup de gens disent tout et n’importe quoi (en négatif comme en positif) et cela porte un grand tort aux populations locales de manière indirecte (tourisme faible donc moins d’entrées d’argent, mauvaises images, extrapolation de Fukushima à l’ensemble du Japon…).

    Je vais dire une chose: il y a un problème à Fukushima c’est évident. Maintenant il ne fait pas s’amuser à en parler si on n’est pas un véritable expert et les gens sont de choisir si ils veulent venir ou pas.

    Si quelqu’un veut voyager au japon qu’il le fasse et si quelqu’un ne veut pas qu’il ne le fasse pas, ça s’arrête là. Chacun fait ce qu’il veut de sa vie et c’est tout.

    Dommage de bouloir faire du sensationnel avec un tel sujet qui n’est pas une rigolade ou quelque chose pour générer des lectures d’articles. Il y a des gens qui souffrent de la situation au quotidien!!!

    Réponse
    • Tony

      Je ne prône ni le fait d’aller au Japon, ni le fait de le fuir. Je confronte le pour et le contre d’une situation préoccupante au niveau international. Je ne suis pas sur le ton de la blague mais sur celui du sarcasme tellement cette situation me fait mal pour l’avenir. Tu devrais me connaitre depuis le temps.

      D’ailleurs je fini par dire que j’irai au Japon malgré tout.

      Si, comme tu le soulignes, tous les articles que je cite font dans le sensationnel, alors c’est l’ensemble de la profession qui cherche à faire ses choux gras avec Fukushima.
      Es-tu sûr d’avoir correctement lu l’article Tunimaal@blog Japon ? Es-tu vraiment allé voir les différents liens associés ? J’ai justement mis un point d’honneur à partager des billets prêchant les deux points de vue.

      Selon toi seuls les experts ont le droit de parler d’un sujet ? Mais qui sont donc ces experts ? Tepco ? Les gouvernements pro-nucléaire comme la France ?
      Et quels sont les critères qui qualifient quelqu’un d’expert dans un domaine ?

      En tout cas il n’y a pas besoin d’être allé au Japon pour savoir que la situation est grave. Ou bien nous nous complaisons dans une hypocrisie innommable.

      Et si la population japonaise souffre de cette situation ce n’est pas de la faute de gens comme moi mais bien de celle de leurs dirigeants qui leur mente au quotidien. Comme par exemple le fait d’assurer que la population ne craignait rien dans un rayon de 20 km autour du site sinistré.

    • Sirhom

      Salut Tony, salut Tunimaal,
      Je ne suis pas un spécialiste, mais je vais oser m’exprimer quand même. Si seuls les experts pouvaient l’ouvrir, la blogosphère devrait faire silence, d’un seul coup.

      La presse gonfle l’info, comme toujours en fonction de l’effet à produire, c’est évident. Mais il n’est pas nécessaire d’être ingénieur en nucléaire pour mesurer qu’il s’agit de la plus grave catastrophe de l’histoire de l’humanité.

      La situation n’étant pas faite pour s’arranger, il me semble tout à fait raisonnable d’intégrer ces données lorsqu’on prépare un voyage au Japon.
      Tunimaal, tu sembles toi donner une nouvelle définition au tourisme responsable. A te lire on croirait qu’il faut voyager au Japon, pour venir en aide aux populations irradiées. L’activité touristique est en baisse au Japon, c’est triste mais cela me parait justifié.

      Le pays aurait une mauvaise image ? C’est dégueulasse, je vois vraiment pas pourquoi.
      Une partie de la population locale a été déracinée, une trop grande est restée sur place et y vit un enfer de science-fiction dystopique. Il n’était bien sur pas possible avec les limites territoriales du Japon de délocaliser d’avantage de victimes. Le gouvernement, très conscient – lorsqu’il s’agit de répercussions économiques travaille pourtant à améliorer la situation. Les projets nucléaires fleurissent dans le nord en crise, alors qu’un pays comme l’Allemagne s’est engagé à faire disparaitre sur 20 ans ce type d’énergie. Pendant le même temps à Fukushima, la relance passera par la création d’aéroports commerciaux qui feront transiter la production japonaise vers les pays de l’Asie montante, Inde, petits, moyens et grands dragons.

      Le projet, c’est donc de faire revenir la population, là où survit douloureusement celle qui aurait du partir. Les productions alimentaires de Fukushima participent à doucement contaminer par le commerce des zones plus importante que celles touchées directement par les radiations. Dans l’avenir donc, le problème concernera les partenaires d’opérations commerciales internationales. En Chine, du lait maternisé importé du Japon, a déjà été interdit parce que présentant des taux de radioactivité élevés. (J’en parle dans l’article que je mets en lien au bas de ce com)

      J’ai passé quelques mois au Japon – un peu avant les évènements, et depuis que j’ai commencé à voyager, l’idée de m’y installer m’a longtemps occupé.
      Tous les voyages que j’ai pu faire entre temps, c’était un peu de dépit, faute de trouver l’opportunité d’y retourner.

      J’avoue que depuis Fukushima, contrairement aux réacteurs de la région, ça m’a carrément refroidi.
      Avec ce qui se passe aujourd’hui la situation pourrait prendre des proportions bien pires encore. Il me semble qu’il y a matière réelle à s’inquiéter.

    • Tony

      Yes Sirhom,
      Autant habituellement j’essaye de ne pas trop orienter mon article, autant là je me rends compte que je n’ai pas réussi à être totalement impartial.
      Et c’est encore plus flagrant quand je lis ton commentaire. Je kiff ! Oui je sais c’est primaire mais c’est bon de ne pas avoir à expliquer ce que l’on pense parce qu’on a juste à dire : Je suis d’accord avec toi à 100 %.
      Tu matérialises ma pensée et tu en rajoutes. Tu réveilles le contestataire qui est en moi. Et j’ai aussi tout de suite pensé à ton article sur le lait chinois.

      Après je déplore sincèrement que ce soit le Japon entier, son tourisme et son économie qui en pâtissent, car comme le dit Aala refuser d’aller à Hokkaido par peur des radiations n’a pas de sens quand on ose atterrir à Tokyo.

      Pour moi le nucléaire n’est pas une option énergétique propre comme on a essayé de le mettre dans le crâne des gens pendant si longtemps. Jusqu’en 1986 avec Tchernobyl en fait. Elle n’est pas envisageable sur le long terme à l’échelle de l’humanité. Et c’est la raison de mon engagement sur la question.
      Avec le nucléaire nous n’avons pas le droit à l’erreur. Et ne dit on pas que l’erreur est humaine ? Mais c’est un autre débat.

  2. Bertrand

    Je me suis dit : « Allez, solidaire, j’avais prévu d’y aller, j’y vais ».
    Mon frère y était allé trois mois après seulement, je ne pouvais pas non plus me dégonfler un an plus tard ;).
    Solidaire, j’ai mangé du poisson, j’ai rempli mes bidons au robinet parfois… pour le moment je suis toujours vivant, enfin je crois !

    J’espère que j’aurais l’occasion d’y retourner un de ces jours, c’est qu’ils sont attachants.

    Mais c’est sûr, je ne prendrais pas le risque de publier un article sans avoir demandé au préalable la permission à l’Expert francophone du Japon alias Tunimaal :)

    Réponse
    • Tony

      En ces temps troubles, avoir consommé japonais fut tout à ton honneur Bertrand. Et je pense que quand j’irai là bas l’année prochaine je ferai comme toi vu que tu es toujours en vie. :)

      Plus sérieusement, j’attends de voir comment Tepco et l’état japonais vont gérer les urgences imposées par ce réacteur toujours aussi instable dans les mois qui viennent. La menace d’un nouveau tsunami d’envergure est bien réelle et tant que la piscine ne sera pas vidée de ces dangereux déchets, les risques de contamination seront énormes.

      Ce qui m’affole vraiment c’est le fait que l’opinion publique mondiale se désintéresse autant du problème. D’où l’ajout de l’illustration des 3 singes. Heureusement que certaines personnes n’attendent pas d’avoir la permission des « experts » pour sensibiliser cette opinion publique et poser les questions qui fâchent. Sans pour autant se placer en spécialiste bien sûr, chose que je ne me permettrai pas de faire car je n’en ai pas les prérogatives.

      Merci de m’avoir rassuré en tout cas. ;)

    • tunimaal @ Blog de voyage au Japon

      Merci beaucoup Bertrand pour le titre « d’expert francophone du Japon » que tu m’attribues, venant de ta part, expert en attribution de diplôme d’expert, cela me va droit au coeur, sincèrement ;-)

      Sinon, comme ton frère, j’y suis allé peu de temps après (2 mois après le drame). Comme toi j’ai mangé du poisson, des fruits des légume, je prends mon bain avec l’eau d’ici (parce que plus pratique), je cuisine avec l’eau du robinet, je fais la vaisselle avec cette même eau … et ce depuis 2 ans et demi et je pense que je suis encore vivant. En tout cas le titre d’expert que tu m’as attribué tend à le prouver :D

      En tout cas quand tu repasseras dans le coin, on pourrait aller se boire un petit verre d’eau ;)

    • Sirhom

      Salut Bertrand,

      bien que je trouve parfaitement irresponsable le fait de partir au Japon à ce moment là, comme tu le dis « pour pas se dégonfler », ou pour pas gâcher son billet d’avion, je suis d’accord avec toi sur le fait qu’un touriste de passage ne risque pas grand chose hors des zones à risque.

      La radioactivité ingérée est expulsée assez rapidement hors de l’organisme lorsque l’on reprend une alimentation normale.

      Sur le long terme par contre, elle s’accumule, à proportion des quantités ingérées.
      Consommateur d’eau japonaise depuis 2 ans Tunimaal, je sais pas si ça fait de toi un expert sur la question, mais c’est une expérience dont je me passerais.
      J’ai assez à faire avec l’air Pékinois.

    • Bertrand

      Salut Sirhom, Tunimaal, Tony et les autres…

      J’étais en effet en dehors de la zone de risque : Shimonoseki – Tokyo

      Et j’y suis arrivé par bateau depuis la Corée, rien ne m’obligeais à y aller.

      J’y suis resté trois semaines si mes souvenirs sont bons. Donc j’étais vraiment de passage.

      Je serais tout de même plus vigilant à l’avenir c’est sûr,que ce soit au Japon ou ailleurs, donc pour le verre d’eau j’apporterais la bouteille ;)

  3. tunimaal @ Blog de voyage au Japon

    @Tony

    Mon commentaire ne te vise pas toi mais les auteurs des articles que tu cites, qui ne sont en aucun cas des experts en nucléaire, très très loin de là (ou alors il faut qu’ils nous montrent leurs diplômes et leurs années d’expériences).

    Tu dis; « alors c’est l’ensemble de la profession qui cherche à faire ses choux gras avec Fukushima » Mais c’est très souvent la cas malheureusement parce que ça fait VENDRE et non pas parce que le but est d’informer au plus proche de la vérité. Les personnes qui écrivent ont des patrons qui leur demandent des résultats et qui veulent gagner de l’argent. Tu ne gagneras jamais d’argent avec des articles du genre « Fukushima: tout va bien » par contre un bon vieil article du genre « Fukushima: on va tous crever » c’est jackpot assuré. Et comme c’est jackpot assuré et bien le journaliste, avant même de commencer son investigation il saura sur quel angle il veut écrire et donc ne va se focaliser que sur les informations qui l’intéresse. C’est comme cela que ça fonctionne.

    J’ai bien lu ton article, et si tu reprends mon commentaire je dis « beaucoup de gens disent tout et n’importe quoi (en négatif comme en positif) ». Il y a tellement de choses qui se disent sur Fukushima, par des gens qui ne sont en aucun cas des experts, en aucun cas (aussi bien des choses positives et négatives) qu’il est presque impossible de connaître la vérité. Et les articles que tu cites (très peu nombreux pour pouvoir représenter toutes les vérités possible et avoir suffisamment d’éléments pour recouper l’information) je les ai consulté, pour beaucoup, avant même que tu les cites ici. Je suis le sujet quasi au quotidien avec des sources de plusieurs pays et en plusieurs langues différentes (français, arabe, japonais et anglais). Parce qu’il faut aussi varier les sources pour essayer de comprendre un peu mieux quelque chose qui nous échappe à tous.

    En ce qui concerne les experts, dans un sujet aussi sensible et aussi pointu que le nucléaire, est-ce qu’une personne lambda peut se permettre de donner des affirmations qui risquent d’être erronées???? Qu’elles soient positives ou négatives. Parce que les journalistes que tu citent ne sont pas experts en la question (à moins que tu me montres leurs diplômes ou années d’expériences dans le domaine).

    Tu me demandes qu’est-ce qu’un expert? Mais je pense que toi même tu le sais. N’est-ce pas quelqu’un qui à une expérience du domaine (au travers d’un diplôme ou d’une expérience professionnelle)? Tu cite Tepco et le gouvernement français pro nucléaire comme si ils n’étaient pas expert. Malheureusement ils sont bel et bien des experts du nucléaire (notamment les scientifiques de Fukushima). Mais ce sont des menteurs. Mais le fait de mentir ne t’enlève en aucun cas ton expertise, le mensonge t’enlève juste ta crédibilité.

    Je n’ai jamais dis que la situation n’était pas grave, reprendre mon commentaire et tu le verras. Mais ce que je reproche aux journalistes que tu cites, c’est de vouloir faire des choux gras en orientant l’information vers des informations qui font vendre même si il faut occulter l’ensemble des informations qui elles ne font pas vendre.

    Le 11 mars 2011, j’étais à Vancouver (là où j’habitais) et j’ai passé plus d’une semaine avec on amie japonaise à suivre au quotidien les informations sur Fukushima parce que j’avais mon visa et billet d’avion en poche pour le Japon depuis 2 mois. J’ai suivis les informations Nord-Américaine (Canada et USA), les informations japonaise et les informations en arabe. Et j’ai vu depuis ce jour là 3 grandes tendances se dégager:

    – Japonaise: « circuler il n’y a rien à voir ». Il n’y a aucun problème, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

    – Arabe et Américaine: IL y a un problème clair, net et précis, mais il y a des solutions à mettre en place pour le minimiser, protéger les populations et réparer les conneries qui ont été commises.

    – Française: « bordel de merde on va tous crever »

    J’ai un peu simplifié mais c’est très clairement ce qui ressortait et qui s’est d’ailleurs vu dans les faits car les français sont ceux qui ont en majorité évacué le Japon après le drame et qui depuis ne reviennent pas en masse comparés aux autres populations (les statistiques de Mars 2012 démontraient que les touristes français étaient ceux qui revenaient le moins au Japon).

    Si la population souffre de Fukushima, c’est d’abord bel et bien dû à cause de Tepco et du gouvernement, c’est évident. Ils ont commis des conneries impardonnables. Mais aussi parce que des médias aiment à amplifier les choses, à dramatiser à outrances pour vendre du papier et cela a aussi un impact très négatif, sur l’ensemble du Japon et pas uniquement Fukushima.

    Je vais te donner un exemple concret de l’exagération médiatique et de l’orientation de l’information vers le négatif pour vendre:

    En décembre 2012 il y a eu un séisme que l’on a ressentit à Tokyo. J’étais dans le train, il s’est arrêté à la station et on a vue cette dernière tremblée. Beaucoup de japonais à Tokyo n’ont rien ressentis car ils étaient en extérieur. Cela démontre qu’il s’agit d’un « petit-moyen » tremblement de terre, sans plus. Je me suis connecté sur le net pour avoir des infos et regarder les réseaux sociaux. Décembre 2012 était assimilé à la fin du monde. Donc il y a eu, surtout chez les étrangers étant au Japon, un phénomène de commentaires disant « oh bordel c’est la fin du monde, on va crever la terre à trembler au Japon, c’est la fin du Japon ». C’était vraiment sur le ton humoristique. Et bien devine quoi, même pas une heure après, plusieurs médias français relayaient l’information du tremblement de terre à Tokyo et affirmaient que les japonais pensent que c’était la fin du monde… Pourquoi c’est média ont écrit cela? Parce que ça fait vendre et qu’un média à besoin de vendre pour vivre et exister et que le monde des bisounours ça fait pas vendre.

    Bref voila ne prend pas mon com contre toi mais plus contre ces médias que tu cites dont la crédibilité est belle et bien à remettre en cause au même titre que le gouvernement japonais ou Tepco et compagnie.

    Réponse
    • Sirhom

      Très clairement Tunimaal, pour se renseigner efficacement, sur un quelconque sujet, il faut lire la presse internationale. C’est à ce jour totalement accessible et fort d’enseignement.

      Quand on lit la presse israëlienne, on en apprend plus sur les problèmes du halal aux Etats-unis que dans la presse arabe. Si on lit la presse française, on comprend les problèmes que pose la présence chinoise en Afrique, aux industries pétrolières occidentales. Quand on lit la presse japonaise, on prend conscience de la présence territoriale de la Chine dans le pacifique. Quand on lit la presse chinoise, on entend que c’est même pas vrai, c’est les japonais les méchants.

      Ça rajoute à la confusion et à la surinformation, mais à condition de bien démêler la pelote, on trouve le fil à suivre.

      D’un autre coté, je ne suis pas entièrement d’accord avec ton analyse de la presse française au sujet de Fukushima. Le message à l’époque c’était :
      « C’est terrible, on va tous y passer ! » le cri primal, immédiatement récupéré en « mais pas chez nous ». Une commission a été organisée, pour évaluer les risques du nucléaire français. En 5 sec on a eu les conclusions : « il n’y a aucun problème avec notre nucléaire. La preuve, ce sont les français qui vont sauver les japonais. »

      Aujourd’hui certaines presses gonflent encore le sujet avec pour conclusion qu’il faut envoyer là-bas nos spécialistes. On invente l’humanitaire nucléaire. C’est effectivement un business bien juteux dont beaucoup essaient de tirer profit.

    • Tony

      Va pour envoyer quelques uns de nos spécialistes Sirhom. Surtout si c’est pour sauver l’environnement d’une partie de la planète. Apparemment il manque quelques spécialistes de la manipulation de combustibles chez Tepco. Ils ont presque tous atteint leur dose maximale de radiation.
      J’avais déjà lu cette information ailleurs mais je l’ai retrouvée sur cette article de wikileaks.
      Désolé si c’est sur un site controversé Aala mais ce billet reprends de manière assez impartiale ce dont je traite hors partie voyage dans mon article ; simplement les méthodes de récupération du combustible que Tepco doit réaliser d’ici un à quelques mois et leurs dangers potentiels.
      Pour l’instant l’important n’est pas de savoir à quel point les dégâts sont graves mais plutôt d’éviter d’en faire d’autres.

    • Tony

      Ne t’inquiètes pas Aala, nous avons le droit d’être en désaccord sur un truc et d’en discuter avec verve sans se sentir agressés pour autant. C’est ce qui fait avancer justement. :)

      Pour résumer ce que tu dis :
      Les médias font du sensationnel pour vendre et les vrais experts mentent dans l’intérêt économique.
      La situation est grave au Japon mais beaucoup parlent sans savoir et disent des conneries pouvant induire en erreur, voir même susciter la panique.
      Nous sommes donc d’accords au final.

      Ce que tu remets en question dans l’article ce sont les sources citées, pas assez expertes pour juger correctement la situation.
      C’est possible mais mon article n’a pas vocation à expliquer en détail ce qu’est Fukushima aux lecteurs. Il prouve justement que tout et son contraire peuvent être dits sur un sujet aussi sensible. Le billet de ce blogueur de médiapart en est le plus bel exemple ; thèse – antithèse à lui seul. En écrivant je me plonge dans la peau du pauvre petit voyageur influençable perdu dans ce flot continu de surinformation.

      Comme le dit si bien Sirhom nous pouvons nous informer correctement « à condition de bien démêler la pelote » et de suivre le bon fil.
      C’est un travail de longue halène que je ne peux pas résumer avec les quelques liens de la fin de mon billet. Ça reste le « dessin du samedi » avant tout et non un dossier.
      Je préfère donc laisser le soin au lecteur avisé de confronter les avis diamétralement opposés des articles que je cite, qui ne sont en aucun cas le reflet de la Vérité mais un échantillon représentatif de ce qui se dit en ce moment.

  4. Cindy

    Lol le coup de la cloche à fromage! XD Merci pour le fou rire du soir !
    Je suis contente de ta conclusion, ça veut dire (je l’espère) que tu raconteras ton voyage ici-même l’année prochaine, et il me tarde tout particulièrement de lire ça!!
    Mon chéri est demi-japonais, et il me tarde de découvrir un jour son pays d’origine !! M’enfin c’est pas pour tout de suite. ;)

    Réponse
    • Tony

      Aaah Cindy ! Tu ne sais pas à quel point tu me fais plaisir là. Je le trouvais bof ce dessin et tellement sarcastique qu’il risquait de ne pas plaire. Heureusement tu es apparue. Tu mets un peu de légèreté et de bonne humeur dans nos discussions sérieuses. :D
      Oui ! J’irai un jour au Japon ! Enfin j’espère… :) Et qui sait, ton chéri et toi irez-vous peut-être vivre là-bas un jour. Après la pose de la cloche à fromage bien sûr.

  5. JCONSULT

    « s’ecprimer sur un tel sujet sans être un expert est aussi une grande connerie parce que beaucoup de gens disent tout et n’importe quoi (en négatif comme en positif) et cela porte un grand tort aux populations locales de manière indirecte (tourisme faible donc moins d’entrées d’argent, mauvaises images, extrapolation de Fukushima à l’ensemble du Japon…)» selon Tunimaal !

    Je suis heureux de lire ce type de commentaire qui, sans être effrayant, est la preuve de l’inanité de son auteur. En effet, la liberté d’expression et le droit d’opinion sont bafoués d’un coup de main par l’ « expert » (dixit) qui s’octroie le privilège d’incendier ceux qui s’expriment librement. De plus, les coupables sont bien désignés. Il ne s’agit pas du gouvernement japonais ni de TEPCO, l’industriel responsable et coupable de l’absence d’entretien de son site nucléaire, non bien entendu, il est question de ces non-experts qui viennent détruire le bien-être du peuple japonais. Le tourisme local va être mis à mal ! N’est-ce pas ? La santé de la population aussi peut-être ?

    Messieurs les commentateurs, un peu de retenue. Laisser les experts et ceux qui sont sur place venir éclairer cet évènement par leur absence d’information quand ils n’en parlent pas sur leur site.

    Quand j’étais bloguiste en 1940 et que les chars allemands déferlaient sur l’Europe détruisant tout sur leur passage, je me gardais bien d’en parler puisque mon blog était consacré à l’air du temps de la frontière. Je n’allais pas quand même détourner l’intérêt de mes lecteurs sur un fait aussi futile que la IIE guerre mondiale ! Chacun à sa place et les « experts » doivent avoir le privilège d’évoquer l’agression.

    Quand le tsunami en 2004 dévasta un grande partie de l’Indonésie et d’autres pays de la région, je n’allais pas commenter, je me devais d’attendre l’avis des « experts ».

    Selon Oscar Wilde, « l’expert, c’est un homme ordinaire qui donne son avis…quand il n’est pas à la maison » ou bien selon Jules Jouy « un homme qui en sait de plus en plus sur de moins en moins de chose ». Ces fameux experts qui en avril 1986 aboyaient haut et fort, en collusion avec le gouvernement français, que le nuage radioactif de Tchernobyl s’était arrêté à nos frontières et qu’il n’y avait rien à craindre. Quand les agriculteurs, non experts, évoquaient les risques subis par leur bétail en l’occurrence, on leur répondait ils « disent tout et n’importe quoi … et cela porte un grand tort aux populations ». En effet, ces paysans et bien d’autres dans les populations ne pouvaient pas parler du danger pour leur santé tant que les « experts » n’avaient pas formulé leur avis « divin » !

    En un mot, s’abriter derrière le rempart fallacieux de l’ « expert » pour flinguer un article de bonne tenue et très instructif est preuve d’ignorance sinon de lâcheté. Je verse une larme sur votre commentaire mal rédigé et surtout mal intentionné. I pity you !

    Réponse
  6. Blog voyage

    Comme tu as dis il y’a trop de bonnes choses au Japon pour ne pas y aller ;)
    Personnellement je pense également que ce n’est pas en étant de passage que l’on risque grand chose …

    Réponse
  7. tunimaal @ Blog de voyage au Japon

    @ Sirhom

    Merci pour tes coms et ton point de vue ;-)

    Je voudrais juste clarifier une chose pour qu’on soit bien clair: JE N’AI JAMAIS ECRIS QUE J’ETAIS UN EXPERT ET JE NE REVENDIQUE PAS CELA. Je te mets au défie de trouver dans mes commentaires où j’aurais affirmé être un expert en quoi que ce soit. Il ne faut pas interpréter à sa guise ;-)

    D’ailleurs, malgré que je suis très régulièrement la situation, je ne m’exprime JAMAIS sur le sujet au sein de mon blog parce que je ne veux pas dire des conneries par mauvaise interprétation. Il faut savoir nuancer opinion et expertise. Et ce qui m’agace dans les journaux, notamment les liens qui sont dans cet article, c’est que ces journalistes, qui cherchent à faire du sensationnel, prennent leurs opinions et les transforment en expertise et dans des cas comme cela c’est grave.

    Autre point, je t’invite à relire ce que je dis dans mon premier commentaire et notamment cette phrase:

    « il y a un problème à Fukushima c’est évident. Maintenant il ne fait pas s’amuser à en parler si on n’est pas un véritable expert et les gens sont de choisir si ils veulent venir ou pas. »

    Je n’ai jamais dis qu’il n’y a pas de problèmes, il y en a et c’est évident et il faut les prendre en compte. Maintenant libre à chacun de voyager là-bas ou pas. Libre à chacun de faire ce que bon lui semble, nous sommes libre après tout.

    Mais si je m’agace du fait que des choses puissent relayer à tort, notamment sur la blogosphère, c’est que très très régulièrement ont voit des choses totalement vide de logique qui sont rédigées.

    Je vais te citer l’exemple du blogueur qui s’appelle « Stephan » du blog conseil voyageur. Dans une interview il disait qu’il était allé au Japon, notamment à Tokyo mais qu’il ne voulait pas aller au Nord du Japon car c’était beaucoup trop dangereux en terme de radiation. En clair il a résumé le Nord du Japon à tout ce qui est au-dessus de Tokyo et quand on regarde sur une carte, on se rend compte qu’il y a une grande île qui s’appelle Hokkaido qui est beaucoup, beaucoup plus loin de Fukushima que Tokyo (Tokyo est à 250km de Fukushima). Mais pour lui c’est dangereux là-bas, beaucoup plus que Tokyo. Cherchez la logique?

    Ce genre d’écrits plus qu’erronés et vide de sens on les voit sans cesse fleurir sur le net, avec des personnes qui vont dire des choses insensées (oui pour aller à Tokyo mais plus au nord c’est dangereux?!?!?!?!). Pourquoi? Parce que beaucoup trop de personnes s’exprime sur ce sujet sans aucune expertise et que tout et n’importe quoi est dit.

    J’ai même vu des écrits qui disaient que tout allait bien dans la zone de 50km autour de Fukushima et que c’était possible de vivre là-bas. Non mais sérieusement?!?!?!?

    Malheureusement le manque d’expertise, cumulé à l’explosion du net et du web 2.0 propage beaucoup plus rapidement les conneries que l’être humain (aussi bien positives que négatives) veut propager. Et beaucoup vont accorder de la crédibilité sans même vérifier. D’ailleurs, et on peut le démontrer très facilement, énormément de journalistes se basent sur le net pour écrire leurs articles (sur n’importe quel sujet) et souvent on a le droit à des minis scandales. Il y a de moins en moins d’expertises chez les journalistes.

    Quand je parle d’expertise, il ne faut pas confondre avec opinion. Ce sont 2 choses bien distinctes et il ne faut pas l’oublier. Exprimer son opinion est une chose tout à fait normale et que chacun à le droit de faire, mais venir affirmer des choses alors que l’on n’est pas expert dans le domaine est une connerie sans nom, qui peut être lourde de conséquences, notamment dans certains sujets.

    Dire « Fukushima, je pense que c’est dangereux et qu’il y a un problème » OK, mais affirmer « Fukushima, on va tous crever » pas du tout ok, surtout si tu n’es pas spécialiste en nucléaire. Et malheureusement, et contrairement à ce que tu veux dire, les journalistes, et surtout les français, font ça à outrance: ils affirment sans être experts et donner des informations qui sont orientées vers le scandale et non pas vers l’intégrale vérité. On est dans un monde de business et non pas un monde de bisounours. Il ne faut pas l’oublier.

    Enfin, dans cet article Tony met en avant le journal Médiapart. As-tu pris le temps de lire ce journal? Je présume que oui? Et comme tu as déjà dû le faire, tu as certainement dû te rendre compte que ce journal base ses écrits et ses succès sur les scandales. Alors quan un tel journal va écrire sur un sujet, il va le traiter, comment crois-tu qu’il va traiter l’information? De manière négative parce que c’est sa marque de fabrique.

    Enfin, tu parles de mes 2 ans au Japon, mais sache que je suis né en 1984 en France, pays où j’ai vécu de manière quasi exclusive depuis ce jour et qui a très clairement été contaminé par Tchernobyl (il ne faut pas se leurrer, un nuage radioactif n’a pas besoin de visa et ne s’arrête pas aux frontières)….

    Réponse
    • Tony

      Voilà la véritable source de notre désaccord Aala : le sens du mot expert. D’autres ici on déjà assez bien résumé mon avis sur le débat pour que j’en rajoute. Excepté une question qui subsiste.
      Dans un de tes commentaires tu dis :
      « Ce sont des menteurs. Mais le fait de mentir ne t’enlève en aucun cas ton expertise, le mensonge t’enlève juste ta crédibilité. »
      Vrai.
      Mais si un expert n’est pas crédible son expertise est nulle.
      Qui peut alors nous apporter une information véritable et concrète sur un sujet sensible ? En dehors des médias à la solde du grand capital et de la blogosphère qui a tout intérêt à fermer son clapet d’amateur je ne vois pas trop. Mais je suis ouvert aux suggestions.

      Enfin tu pourrais sûrement parler de Fukushima sur ton blog sans donner d’avis tranché ni dire de conneries. Juste en rapportant des infos factuelles utiles aux voyageurs. Ça me fait penser à Sirhom qui a mis l’ AQI « Index de Qualité de l’Air à Pékin » en temps réel sur la bande de droite de son site.

    • stefan

      @tunimaal

      J’aimerais que tu évites de mentir à mon sujet et dire des choses que je n’ai pas dites. J’ai peut-être bâclé à l’époque une interview sur le Japon que je devais faire sur ton blog et je m’en excuse (avec fautes orthographes, etc) mais je n’ai jamais prétendu être allé au Japon à cette époque ni avoir parler de Fukushima en mal.

      Depuis j’y suis allé et je ne me proclame pas expert ni tout connaître du Japon. Chacun est différent, chacun a besoin de conseils différents.

  8. Jonathan de voyagecast

    Salut a tous !
    Je vais rester neutre sur votre petite dispute personnelle qui ne m’intéresse pas du tout (normal, je suis suisse ;-))…
    Par contre Tony, j’adore ton dessin, vraiment cool !
    Je pense que tout est dans l’équilibre, il vaut voir les extremes et se dire que la vérité est quelque part au milieu.
    Je suis assez d’accord avec Tunimaal quand il parle de géographie, les gens ne savent pas souvent de quoi ils parlent, par simple ignorance. Exemple l’autre jour pour moi, je dis que je vais aux Philippines et on me dit que ce n’est pas le moment, genre t’as vu le tremblement de terre de fou… Ok, c’est vrai. Seulement, les Philippines, c’est plus de 7000 iles, donc vous imaginez que meme si une centaine sont touchées… on a encore du choix !
    Par contre c’est vrai aussi que les experts des deux cotés usent de superlatifs tous plus improbables les uns que les autres, on devrait se remettre à penser à la puissance des mots de temps en temps…

    Bisous à tous !!

    Réponse
    • Tony

      Le pouvoir des mots. C’est très précisément là que je voulais aboutir avec cet article Jonathan.
      Les premières phrases du billet sont radicales, choquantes et instiguent une certaine peur. Facile de manipuler les âmes sensibles avec des paroles.
      Et quelques lignes plus loin je relativise grâce aux experts, la sensation d’être à l’abri me conforte dans mon ignorance. Non pas que l’expert a tort ou que l’ignorance soit une grave erreur mais quand on a l’esprit critique ça fait du mal à l’amour propre.

      Et bien c’est ce que j’ai ressenti le temps de la lecture de cet article et de ses commentaires.

      Alors maintenant je chope un max d’infos internationales sur le sujet en essayant de démêler la bobine. Même si c’est en amateur.
      J’accepte toute aide proposée.

      Je ne souhaite pas décourager les voyageurs d’aller au Japon. Il n’a besoin de personne pour cela en ce moment. Et ce malgré le fait que la zone irradiée soit une toute petite partie du territoire Japonais touché ; comme pour ton tremblement de terre aux Philippines.
      Bon au pire si certains ont trop peur qu’ils se cantonnent à Hokkaido où Kyushu et qu’ils attendent 2036 pour le FukuVillage (Merci au passage :))

  9. Mat

    Salut, ça fait huit mois que je suis à Osaka au Japon, concernant Fukushima j’ai l’impression que c’est un sujet tabou ici… à part les gaijin je n’ai jamais entendu des japonais aborder le sujet. J’ai l’impression que c’est plus flippant vu de l’extérieur, en fait j’y pense pas trop même si j’évite le poisson (mercure et autres saloperies…) et les légumes pas cher, parait qu’il viennent de la région de Fukushima. Autant ne pas prendre de risques inutiles.

    Réponse
    • Tony

      Ça me parait bien pour éviter les risques Mat, tu es loin de la zone à risque. ;) En tout cas tu es le premier blogueur sur place qui m’exprime un ressenti de la chose à l’intérieur du pays et je t’en remercie.

      En occident, la mauvaise récupération de l’événement excite les médias comme des chiens qui renifle du sang. C’est vrai que ça fait un peu flipper. Et au Japon il y a des coins comme le tient où personne ne parle de Fukushima sauf pour le désigner comme origine de la bouffe discount locale.
      Il doivent se dire que la peur n’évite pas le danger, qu’il vaut mieux être insouciant pour continuer de vivre heureux. Et puis j’ai toujours vu un soupçon de fatalisme dans la culture japonaise, peut-être des restes des deux bombes A…?

      Bref on va dire que tu n’as pas encore rencontré ceux qui osent s’exprimer ; sans dénoncer de complot hein, juste en parler. Fukushima est un sujet aussi important qu’un autre et je ne me résous toujours pas à parler de Mode ou de Barbapapa. Alors si tu as d’autres infos je suis preneur.

      Merci encore et espérons que ton blog renforcera mon envie du Japon.

  10. Manu @ VoyageAvecNous

    Chaud bouillant cet article !

    Effectivement c’est délicat de savoir si oui ou non c’est encore safe d’y aller.
    Mais qu’est-ce qui l’est vraiment ?

    Les guerres, les accidents, ça arrivent également tous les jours.

    Maintenant si vous ne comptez pas aller au Japon il y a bien d’autres endroits à visiter C’est ça l’avantage quand même : la diversité de notre Terre

    Réponse
    • Tony

      Pas aussi bouillant que l’eau de la piscine du réacteur n°4 Manu. :P
      C’est sûr que comme destination à vanter, c’est plus difficile qu’une plage sous les tropiques.

      Pour savoir ce qui est vraiment délicat je crois qu’il va encore falloir demander aux experts ; je ne le suis ni en guerre, ni en accidents.
      Et comme tu le fais remarquer, heureusement que notre planète possède encore quelques endroits clean à visiter.
      Pourvu que ça dure…

  11. Chris @ Tour du monde

    C’est clair qu’il ne faut pas s’interdire un voyage au Japon suite à ce qu’il s’y est passé.
    Après, il pourrait être prudent d’éviter certaines régions si l’on veut avoir des enfants, mais bon, j’y connais pas grand chose non plus…

    Réponse
    • Tony

      Non Chris, je ne me résous pas à m’interdire le Japon pour quelques radiations. Je rêve de visiter ce pays depuis tellement de temps. Il ne me reste plus qu’à espérer que Tepco fasse un super boulot de dépollution sans créer de nouveaux sinistres.
      Du coup je maintiens que quelques spécialistes français du nucléaire ne seraient pas de trop. Nous sommes quand même les champions du monde en la matière.
      Pour les enfants ça vaut peut-être le coup de se renseigner un peu plus là…

  12. Seb

    Vous battez pas pour Fukushima,

    le Japon, c’est un rêve, sa culture, son architecture, son peuple.

    Après, il est évident, que l’on ne voit pas les choses de la même manière, lorsqu’on y passe 3 mois et lorsqu’on se dit qu’on va y vivre, à ce qui parait la vie est super chère et apprendre le japonais, doit pas être simple.

    Réponse
  13. Regis

    j’aurais du y aller au moment de l’événement… et Lufthansa a été parmi les premiers à rembourser les billets.
    J’irais très certainement pour un court séjour au Japon un jour.
    Par contre j’ai la certitude que lorsqu’une telle catastrophe se produira de nouveau, peut être en France, les autorités mentiront de la même manière.
    Habitant près de la 7ème plus grosse centrale du monde (pays des trois frontières, en Moselle), et gardant en tête une vie à l’étranger, cela a été un argument de plus pour moi pour ne pas accéder à la propriété.

    Réponse
    • Tony

      J’ai été un peu long à la détente pour te répondre Régis, désolé.
      C’est clair que n’importe quel pays protégerait ses intérêt et celui de ses entreprises phare. Même le nez dans la merde.

      Du coup je me suis un peu renseigné sur le pays des trois frontières, je comprends que tu veuilles t’écarter du coin pour devenir proprio, c’est du lourd. J’ai lu les « quelques » problèmes liés à Cattenom ; des problèmes inhérents à toutes les centrales nucléaires en fin de vie quand on y pense. Il y a eu un arrêt partiel de la centrale en octobre aux dernières nouvelles.

      Bonne chance pour te trouver la vie qui te convient, à l’étranger ou ailleurs et suis bien le calendrier de dépollution de Tepco, tu trouvera peut-être un moyen de choisir le bon avion vers le Japon pour ton remboursement. :)

  14. Planete Maneki

    Personne aujourd’hui ne connait le bilan réel de la catastrophe malheureusement.

    J’avais prévu de partir au Japon 3 mois après la catastrophe de Fukushima. J’y suis parti comme prévu en ayant suivi cela de très près. Aujourd’hui et après y être retourné deux fois, j’ai ma propre philosophie qui n’engage que moi : je ne fais pas attention à ce que je mange là-bas et au restaurant, je bois l’eau que l’on me sert.

    J’agis de la sorte car je n’y reste à chaque fois qu’un mois au maximum et je ne me suis jamais posé la question de savoir comment je réagirais si j’y habitais.

    Néanmoins, le Japon dispose de trésors insoupçonnés et même si tout est loin d’être parfait là-bas (hormis cette horrible catastrophe de Fukushima), je pense qu’il serait dommage de se priver d’un pays qui a tant à offrir.

    Pour une première étape, si les personnes ont des doutes sur Tokyo, peut-être qu’un circuit sur Kyushu serait une première approche sympathique, loin de Fukushima.

    Réponse
    • Tony

      Voilà enfin un commentaire pertinent à la hauteur de ce que j’attendais d’un blog spécialisé Japon. Tu oses te prononcer tout en restant impartial Tonton Manek.

      Ce que tu dis me conforte dans ma décision d’aller visiter un pays que je rêve de voir depuis tant d’années. Bien sûr que le Japon recèle des trésors insoupçonnés malgré ses imperfections. Et puis quel pays peut se targuer d’être parfait de toute façon ?

      Je continuerai à suivre l’actualité de Fukushima quoi qu’il en soit et à moins qu’ils ne dévastent la moitié du Japon d’ici là avec la piscine n°4, nous irons un jour.
      Merci pour l’info « Kyushu » et bien joué pour le commentaire, ça me permet de suivre l’actu de ton blog.

  15. edo

    Je pars bientôt au Japon pour plusieurs mois.
    C’est fou le niveau de désinformation que l’on peut lire ici en France à propos du Japon.
    En bref que de l’arrogance et de la jalousie : dans 20 ans les français de souche seront minoritaires en France, au japon tout l’inverse avec des japonais qui existeront encore même quand tu seras mort …

    Réponse
    • Tony

      Malgré toute la désinformation française tu ne pourras jamais nier que Fukushima est non seulement une catastrophe écologique sans précédent mais également un mensonge éhonté de Tepco et du gouvernement japonais. Ils nous ont pris pour des cons et ce n’est pas fini. Ta thyroïde sera là pour te le rappeler.

      Quant à parler de « français de souche », honte à toi pour de tels propos Edo. Quel est ton problème avec le fait que les « 100 % français » soient maintenant minoritaires ? Le melting-pot te fait-il si peur ? Serais-tu raciste au point de ne pas aimer la mixité ?

      De fait, le repli ethnique japonais, fort de ses centaines d’années d’expérience, nous aura montré comment conserver son identité nationale et garder ainsi des « 100 % japonais » préservés de l’occident… Au point même d’y voir parfois une certaine forme de consanguinité. Conséquence indirecte : un gaijin restera toujours un gaijin malgré sa meilleure volonté d’intégration. Mais cela ne m’empêche pas d’apprécier cette culture. A chacun ses défauts.
      Enfin, évidemment que les japonais existeront encore quand nous seront mort ! C’était une vanne ?

      Bref, tes propos te confèrent une telle étroitesse d’esprit que je compatis sincèrement pour toi. Bise à Fuku.

  16. edo

    Ta critique et vision du japon est déplorable d’autant qu’il semble que tu n’y est jamais allé…
    Tu n’est qu’un petit voyageur qui voit la mixité extrême comme un eldorado, cela montre a quel point tu est dans l’ignorance de la réalité, donc continue a faire tes petits voyages de privilégié et parles uniquement de là où tu es allé.

    Si j’avais un problème avec la mixité pourquoi pourquoi irais au japon, la réflexion n’est pas ton fort … le danger est a mixité à l’extrême et en un laps de temps court, la plupart des pays où tu vas d’ailleurs le savent bien, ils doivent être étroits d’esprit ….

    Il ne suffit pas de voyager un peu et de poster sur un blog pour penser connaître le monde et donner des leçons, ce que je dis la plupart des pays le pensent et l’appliquent, mais reste dans le superficiel, la bien-pensance (qui rapporte $) et dans ton monde de bisounours à faire des dessins mais évite de parler de ce que tu ne sais pas.

    ps : c’est marrant de voir un soi disant blog de voyage avec peu de photos intéressantes des pays visités, on y voit surtout des photos de vous en faisant les stars, bref ça en dit long …

    Réponse
  17. Thibaut

    Vraies ou pas ces histoires de contamination et de Japon qu’il faudrait fuir, j’ai toujours envie d’aller visiter ce pays, de découvrir sa culture, et de m’inspirer des habitudes locales des habitants d’Okinawa, ville où il y a le plus de centenaires au monde (relativement par rapport aux nombres d’habitants) !

    Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. La pollution chinoise, même pas peur - […] que je n’ai jamais vue dans une quelconque ville française. Peut-être des papillons mutants de Fukushima qui ont fait…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This