Tout ce que l’on cherche à Buenos Aires est au marché de San Telmo

Mon ami German artisan des bijoux !

Écrit par Haydée Bouscasse

Web-entrepreneuse et formatrice 2.0, j’aide les salariés lancer leur business en ligne en parallèle de leur travail.

Mis à jour le 28/05/2020 | Publié le 20/11/2012

Danseurs de Tango

Vous voulez rapporter quelques cadeaux typiques d’Argentine en France ? Vous souhaitez simplement flanner et en prendre plein la vue mais vous ne savez pas où aller car Buenos Aires est grande ?

Allez faire un tour au marché aux puces de San Telmo. Ce n’est pas par hasard si National Géographic l’a classé au second rang mondial du shopping de rue. Tout vous pousse à y aller plusieurs fois, même par hasard, pour savoir si quelque chose vous surprendra encore. Pas étonnant quand on voit que le point de départ de ce véritable souk est la place Dorego, l’agora aux milles visages. Alliés à cette place, les 300 stands du marché le plus connu d’Argentine ont fêté dignement son 40ème anniversaire il y a peu.

Ces objets incontournables du marché

Vous cherchez l’improbable babiole ? Introuvable même dans une vieille brocante ? Tant mieux car vous êtes loin du luxe de la rue la plus chère d’Argentine avec ses enseignes internationales !

Des montagnes d’objets hétéroclites vous attendent dans l’interminable rue Defensa et ses rues adjacentes.

Ceintures, fouets, bracelets, objets de cuir en tout genre ; le marché n’a rien à envier aux maroquineries.

Stand du marché de San Telmo, Buenos Aires Argentine

L’art est au rendez-vous. Un grand choix de peintures, dessins, statuettes et objets décoratifs de tous styles s’offrent à l’amateur qui sait choisir.

Stand du marché de San Telmo, Buenos Aires Argentine

Stand du marché San Telmo, Buenos Aires Argentine

Statuettes au marché San Telmo

Mafalda sur un banc de San Telmo, Buenos Aires Argentine

Mafalda et moi

Statuette du marché de San Telmo, Buenos Aires Argentine

Vous trouverez également la gamme complète des accessoires de tango. Nous ne sommes pas à Buenos Aires pour rien.

Mafalda ! Tu as bercé mon enfance. Comme tout bon touriste il fallait que je m’immortalise avec toi. T-shirts, tasses, tabliers elle est partout ! Quino, son inventeur a dessiné une icône nationale. Son caractère de révoltée a plu à une bonne majorité des 40 millions d’argentins. Et probablement à vous aussi non ?

La tasse à maté sert de récipient pour la boisson chaude traditionnelle du pays. Tout Argentin qui se respecte en boit du matin au soir. Le maté est une herbe au goût amer mais agréable une fois infusée. Son nom vient du Quechua “Mathi”, qui signifie petite calebasse. On en trouve par milliers sur le marché de San Telmo, alors laquelle choisir ?

Tasses à maté, marché de San Telmo, Buenos Aires Argentine

Les tasses à maté par milliers

Des bijoux à n’en plus finir s’étalent partout, moins chers pour nous Européens et à qui sait négocier.

Artisan du marché de San Telmo, Buenos Aires Argentine

Mon ami German artisan des bijoux !

J’ai d’ailleurs gardé un très bon ami artisan à Buenos Aires, « German », qui m’a initié à la fabrication de ces bijoux.

Parmi toutes les matières premières nécessaires à ces ouvrages, la pierre Rhodochrosite brute d’Argentine aux superbes nuances de rose m’a vraiment fascinée : des strates successives de couleur, c’est une merveille !

Médaillon pierre Rhodochrosite

Médaillon pierre Rhodochrosite

Ces artisans exposent également dans la rue la plus chère de Buenos Aires, la rue “Florida », mais attention car du coup vous payerez votre parure le double de son prix habituel.

 

Allée du marché San Telmo, Buenos Aires Argentine

De grandes allées remplis par le marché San Telmo

Pourquoi se diriger vers la place Dorego ?

La grande particularité des puces de San Telmo est leur capacité à déborder d’objets insolites et introuvables ailleurs : boites et bouteilles vides, vieux jouets, livres centenaires, télévisions noir et blanc… il est impossible de tout répertorier tellement la liste est inimaginable ! La place Dorego est à l’origine du marché et de ce fait son point de départ. Mais surtout elle regorge de vie !

Aujourd’hui c’est un rassemblement de percussions, demain une pièce de théâtre sur la légende urbaine des “fantômes de San Telmo”, bien connue à Buenos Aires. C’est le rendez-vous des artisans, de la fête, des bals, des danseurs de tango mais aussi des alcooliques. La place est en perpétuel mouvement.

Danseurs du marché de San Telmo, Buenos Aires Argentine

Des danseurs traditionnels aux 40 ans du marché de San Telmo

Des démonstrations fréquentes de danse traditionnelle se mêlent aux antiquaires, bars, restaurants et terrasses de café géantes entourées de musiciens. Chaque jour son allure se métamorphose avec le brassage des couleurs, des danseurs, des badauds et des babioles qui forment ensembles un savant mélange à explorer au moins une fois. Mais comme pour les puces vous y reviendrez plus d’une fois.

La folie des 40 ans du marché de San Telmo

Lors de mon passage en 2010, j’ai eu la chance de fêter les 40 ans du marché de San Telmo, plus grandiose encore que d’habitude. Il longe les rues interminables du quartier et envahit la place Dorrego pour le bonheur des voyageurs venus du monde entier. A cette occasion, les habitants de Buenos Aires, les “Porteños”, sont déguisés, et ils ne font pas semblant !

Stand de la Plaza Dorrego, Buenos Aires Argentine

 Super héro de San Telmo, Buenos Aires Argentine

Stand des 40 ans du marché de San Telmo, Buenos Aires Argentine

Un roi et son fou qui s’ennuient

Stand des 40 ans du marché de San Telmo, Buenos Aires Argentine

Super héroïnes de San Telmo, Buenos Aires Argentine

Et vous, qu’auriez-vous acheté sur ce marché ? Vous vous seriez déguisé également ?

Haydée Bouscasse

 
 

Nos guides et stratégies directement dans ta boite mail

CATÉGORIES

PRODUITS

Tu aimeras sûrement aussi…

Vivre en nomade digital : mes 9 ans d’expérience entre travail et voyage

Vivre en nomade digital : mes 9 ans d’expérience entre travail et voyage

Vivre en nomade digital est loin des stéréotypes que tu trouves sur internet. Par exemple ? Ce n’est pas un métier, mais un mode de vie. Et plus tu te déplaces, plus tu casques – moins tu as de temps pour bosser. Comment aborder l’aventure ? Comment Gérer ? Constat réaliste et trucs à savoir (absolument !) à travers mes 9 ans d’expérience.

lire plus
Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Pas que je déteste l’Albanie. Certains paysages sont magnifiques et les gens sont accueillants. Ils ont même un certain style… Mais entre dictature stalinienne et capitalisme sauvage, le pays a oublié de passer par la case civilisée. Un peu comme les américains qui, comme disait Sacha Guitry :
« Sont passés directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation. »

lire plus

6 Commentaires

  1. Thomas ROOS

    Ben voilà le genre d’articles bien pratiques. Il y a des villes comme ça ou quand on débarque on sait pas trop ou aller selon les besoins. La pour ce qui est de faire des achats avant le départ c’est parfait. Alors comme cela ils ont de chouettes fouets la bas :-) … ça claque comme article !

    Réponse
    • Haydée

      Salut Thomas, je savais que si tu tombais sur cet article, tu rebondirais sur le « fouet » ! Il me semble que tu as reçu un cadeau de ce genre venu d’Argentine justement. Comptes-tu y aller pendant ta virée d’un an au Brésil et autre ?
      A bientôt

  2. Julien

    Quand je pense que j’étais la il y a tout juste un mois ! Belle experience et joli quartier. En revanche, je m’y suis fait volé mon téléphone :s et un type a failli me vomir dessus

    Réponse
    • Haydée

      J’y étais l’année dernière. Je suis restée 1 bon mois, c’est le quartier que j’ai préféré, mais je suis partie une bonne semaine vivre dans le quartier de Palermo pour avoir une vision différente de la ville. Dans quel quartier es-tu resté ? Et tu es où maintenant ?

  3. Julien

    Maintenant je suis de retour à Paris ! Mais j’ai fait de la route depuis.. je suis passé au Chili et en Patagonie ! :)

    Réponse
    • Haydée

      Beau parcours. Idem pour le Chili et pour Paris !

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This