De demandeur d’emploi à entrepreneur en ligne – Steve a gagné 1800€ dès la fin d’1k1mois

Écrit par Haydée Bouscasse

Web-entrepreneuse et formatrice 2.0, j’aide les salariés lancer leur business en ligne en parallèle de leur travail.

Mis à jour le 21/09/2022 | Publié le 14/04/2016

Suite à un Burn Out qui l’a littéralement terrassé, Steve s’est retrouvé au chômage. Et il s’est posé la question qui a traversé l’esprit de pas mal d’entre nous : qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire du reste de ma vie professionnelle ? Il a donc fait la liste de ses compétences ainsi de celles qu’il pouvait acquérir dans un avenir proche. Il a également fait une autre liste. Celle de ce qu’il n’accepterait plus de faire afin de se garder une bonne santé physique et mentale.

Il savait déjà plus ou moins vers quels domaines s’orienter (le design et la communication web) et souhaitait devenir nomade digital… Mais il ne savait comment faire décoller une activité. Il lui fallait un moyen de structurer ses idées et de se créer un réseau solide.

Il a donc rejoint le pilote 1k1mois (la version bêta) pour devenir l’un de nos tout premiers étudiants…

Voici l’histoire de Steve et comment elle s’y est pris pour réussir en freelance

 

J’ai toujours été un indépendant dans l’âme

Plutôt naturel avec des parents libraires pendant 30 ans.

C’est sûrement pour cela que je me suis investi dans diverses entreprises :

  • Guitariste freelance dans plusieurs groupes rock
  • Cofondateur d’une troupe de danse tournant entre la Belgique, la France et l’Afrique.

Des activités qui m’ont fait découvrir qu’il est possible de vivre des expériences hors des sentiers battus.

Steve Ouagadougou

Comme avoir son dîner vivant en main. :)

J’ai bien fait quelques boulots alimentaires comme animateur socioculturel, coordinateur de centre de vacances ou chef de projet, mais vous savez ce que c’est :

  • 2 heures de transport quotidien
  • 35 heures hebdomadaires pour 40 ans dans la même boîte
  • Plan de carrière unique et ennuyeux
  • Certains collègues malveillants et petits chefs frustrés
  • Deux semaines de vacances stéréotypées par an

Impossible de me retrouver dans ce mode de vie linéaire.

Et plus que tout, je voulais être maître de mon destin sans coller aux valeurs standards qui font le moule de notre civilisation.

Alors j’ai décidé de développer mon propre projet…

Un restaurant en plein cœur du quartier Européen de Bruxelles

Dans lequel nous nous sommes beaucoup investis avec ma compagne.

Steve-et-sa-compagne

Steve et Adélaïde

Malheureusement, entre :

  • Des charges mensuelles de plus de 10 000 €,
  • La concurrence féroce des autres chaines bien implantées,
  • Et notre relative inexpérience du milieu…

Cela n’a pas fonctionné comme nous l’aurions voulu.

Nos talents culinaires n’ont pas suffi.

Sans oublier que nos pays occidentaux souffrent de la pire récession économique de notre génération.

Après cet échec cuisant, j’ai traversé une période de doute intense concernant mon avenir.

Plus dur encore, j’ai dû redevenir salarié pour un restaurant. Et une fois que l’on a connu le statut d’indépendant, il est très difficile de bosser à nouveau pour un patron.

Puis ce fut le chômage.

Alors, pour remonter la pente, je me suis posé les bonnes questions :

Où en étais-je, qu’avais-je déjà accompli, quels étaient mes rêves, de quelles compétences disposais-je ?

Ma seule certitude : persister dans l’entrepreneuriat, synonyme d’autonomie, de liberté et de profits. Alors…

J’ai commencé à lire les blogs des entrepreneurs

Ceux qui parlent de réorientation professionnelle et de nouvelles tendances à venir en termes de travail connecté.

Steve-en-pleine-étude

Bon, avec quelques bouquins en prime

J’ai découvert des expressions comme nomades numériques ou entrepreneur en ligne.

Je me suis imprégné de l’expérience de ces entrepreneurs ayant passé le cap et vivant de leur business, que ce soit de chez eux ou sur la route (parfois même avec des enfants).

Plein d’admiration pour ces gens, je me suis dit :

Et pourquoi pas moi ?

Pourquoi ne pas m’épanouir dans un environnement professionnel que je créerai moi-même ?

Pourquoi ne pas décider du temps et du lieu où je bosse en totale liberté ?

Entreprendre en ligne est une réelle révolution. Notre génération est pionnière de cette grande dématérialisation. Un phénomène assez nouveau qui se développe très vite…

Mais il y a encore beaucoup à construire et je désire en être !

Alors, j’ai énormément appris et développé mes compétences en ligne grâce à mes lectures.

C’est donc tout naturellement que je suis tombé sur Haydée et Tony

Haydée-et-Tony

Désireux de développer certaines de mes nouvelles compétences pour les monétiser en ligne, j’ai lu leurs articles pendant des mois et profité de leur expertise.

Mais vu l’ampleur de la tâche, je ne savais ni par où commencer ni comment faire concrètement face à cette colossale entreprise.

Et je me suis vite retrouvé submergé devant tant d’actions à accomplir.

Glaner de bons conseils sur les blogs n’est pas suffisant.

C’est un bon début, mais monter un business en ligne nécessite une méthodologie et peut très vite être chronophage si l’on ne se fixe pas les bonnes priorités.

C’est alors que j’ai reçu le fameux mail de Haydée me proposant de participer au projet pilote 1K1mois.

J’ai accepté d’y participer immédiatement…

…et tout s’est enchainé presque trop facilement. :)

Une méthode arrivée à point nommé dans mon parcours entrepreneurial

Pour ma part, j’avais une idée précise de ce que je voulais faire et déjà quelques clients.

Mais impossible de développer mon business correctement en fonctionnant à l’instinct et de manière empirique.

  • Comment réussir sans la méthode appropriée ?
  • Comment éviter les erreurs inhérentes à ce type d’activité ?
  • Comment ne pas gaspiller mon énergie et surtout mon temps en me concentrant sur des objectifs réellement importants ?

Car le temps est la seule valeur qui s’épuise inexorablement.

Autant d’obstacles que le cours 1K1mois m’a permis de surmonter.

J’ai pu ainsi affiner mes connaissances, développer d’autres compétences et me débarrasser des fausses croyances que l’on peut avoir quand on se lance seul dans un business.

C’est fou comme les choses sont limpides en suivant une méthode efficace.

D’autant plus lorsqu’elle a été développée par des entrepreneurs passés par tous ces questionnements, ayant vécu autant de plantages que de succès probants et prêts à vous donner…

Un accompagnement précieux en plus de la méthodologie

J’ai donc commencé par redéfinir mon idée de base.

Parti pour proposer mes services en stratégie de communication web, la validation de mon idée sur le marché ne fut pas vraiment encourageante.

Steve-balcon-goodJe me suis donc orienté vers la création d’une plateforme de mise en relation entre professionnels de la restauration et cuisines collectives à louer.

Pour une autre validation mitigée… Il y avait de quoi se décourager.

Apprendre des techniques efficaces pour monter son business en ligne est une chose, rester motivé et éviter de procrastiner en est une autre.

Remettre au lendemain est le pire ennemi de l’entrepreneur surtout lorsqu’il travaille seul. Et il y a toujours un tas de prétextes pour ne pas rentrer dans ses objectifs.

C’est là que la disponibilité de mes « profs » fut déterminante :

  • Chacune de mes questions sur les modules du cours eut une réponse rapide.
  • Chaque faute ou incompréhension dans les exercices eut son recadrage productif (ce qui fut mon cas surtout au début).
  • Chaque intervention de leur part fut très réactive (témoignage du sérieux dans leur entreprise).
  • Et chacun de mes coups de mou furent balayés par des regains de motivation dont ils ont le secret.

Sans parler de leur positivité à toute épreuve lors de ce pilote alors qu’ils avaient eux-mêmes un surplus de travail assez phénoménal !

Cet accompagnement bienveillant rassure, je ne suis plus tout seul. Et je bénéficie de conseils personnalisés précieux pour gagner du temps et éviter les bourdes.

Résultat ?

J’ai pu tester deux idées distinctes en quelques semaines sans rien dépenser et apprendre différentes techniques marketing éprouvées et efficaces pour promouvoir mon business.

Et devinez quoi ?

Fort de ces nouvelles connaissances, je suis revenu à mon idée de départ, la stratégie de communication web (qui me branche beaucoup plus).

Et ça fonctionne. :)

1 800 € gagnés dès la fin du cours 1K1mois

Et j’ai pu doubler ce revenu suite à une négociation avec un nouveau client devenu régulier.

Aujourd’hui, je propose des services sur mesure aux gérants de petites entreprises qui n’ont ni le temps de se développer sur le web ni les moyens de faire appel à de grosses agences.

Ainsi, je leur trouve de nouveaux clients et j’augmente leur chiffre d’affaires en intervenant sur:

  • La stratégie de communication et d’optimisation web.
  • La création de sites web (site vitrine, e-commerce, site mobile, blog…)
  • L’organisation de campagnes de pub (AdWords, Facebook, LinkedIn).
  • La création de logo, cartes de visite et visuels en tous genres (flyers, beach-flags, affiches…)
Bref, ça bosse dur.

Bref, ça bosse dur.

Outre mes compétences, j’ai un bon regard extérieur pour analyser les besoins de chacun et mettre le doigt sur ce qui doit être amélioré.

Je n’hésite pas à me former en direct et à m’entourer de personnes pour m’aider dans certaines tâches comme la création graphique ou la rédaction.

Ainsi, au fur et à mesure je me construis une équipe de professionnels motivés vivant un peu partout dans le monde.

Mes prestations peuvent aller de 500 à 3 500 € suivant les boulots demandés.

Et mes clients sont assez différents :

Bon, vous avez sûrement compris que je viens de Belgique du coup. ;)

Je négocie également pas mal de contrats en ce moment.

Et avec tous ces boulots en cours, je n’ai pas pu trouver tout de suite le temps de finaliser mon propre site.

La fameuse histoire du cordonnier…

Mais comme il est impératif de développer manuellement son activité avant de s’investir dans un site tant que les clients n’affluent pas, j’ai pris le temps de valider mon business avant de me pencher sur son cas.

Aujourd’hui, stevegravy.com existe bel et bien. Il est même traduit en 3 langues.

Aujourd'hui, j'en ai assez pour lâcher mon téléphone et finaliser mon site

Et je peux me dédier totalement à mes clients maintenant. :)

De chômeur à entrepreneur en passe de vivre de son activité

Officiellement, je suis toujours demandeur d’emploi.

Une situation qui ne durera pas vu les retours positifs que me procure le bouche-à-oreille avec mon travail.

Très bon signe pour en vivre dans un avenir assez proche.

Et c’est un juste retour des choses après mon échec avec ce restaurant.

J’ai tenu, suis resté positif en me disant que tout irait mieux. Je me suis reconstruit à force de travail et de pugnacité et j’ai pu reprendre confiance en mes capacités.

Je sais maintenant que l’on peut vivre correctement de son business en ligne avec la méthode adéquate et les bons outils.

Cela ne nécessite pas énormément d’investissement financier. Mais vous devrez compenser par un engagement personnel en énergie et en temps. Logique.

Après, tout dépend de vos objectifs :

  • Développer une activité en ligne en parallèle de votre boulot pour vous lancer en toute sécurité.
  • Ou vivre à plein temps de votre business.

Sachez simplement ce que vous voulez et n’ayez pas peur d’élargir vos compétences pour les monnayer…

Ensuite, tout est possible !

D’ici un an, j’espère déléguer une partie de mes tâches pour me concentrer sur la relation clientèle et la coordination de mes différents projets.

Je ne tiens pas à manquer de temps pour démarcher de nouveaux prospects et développer d’autres business en ligne.

Ce ne sont pas les idées qui manquent depuis mon inscription au cours.

Mais je reste concentré sur mon premier projet. Une chose à la fois, pour ne pas être submergé et faire de chaque jour une petite victoire.

Et dans 5 ans ? J’aimerais tenter les voyages tout en travaillant en ligne.

D’ailleurs, je m’octroie déjà ce petit plaisir. À l’heure où j’écris ces lignes, ma famille et moi sommes dans un petit village de bord de mer dans le nord de la France.

Où je profite du soleil en travaillant face à la mer.

Loin de la grisaille de Bruxelles

Loin de la grisaille de Bruxelles

L’entrepreneuriat est une expérience pleine de surprises

Certes, nous avons plus de risques…

  • De nous tromper
  • De ne pas gagner de salaire régulier
  • D’être incompris par nos proches
  • Voire même de ne pas réussir avant quelques mois (ou années pour ceux qui ne sont pas accompagnés)

Mais j’aime les nombreux possibles que cela peut entrainer.

Pouvoir enchainer différents projets à ma guise, profiter des bénéfices de mes créations personnelles ou intégrer les enseignements d’un éventuel échec pour toujours évoluer.

J’aime également m’entourer et choisir mon réseau de personnes compétentes.

J’adore cette idée de travailler avec des gens du monde entier :

  • Aider un client de Chicago.
  • Collaborer avec une graphiste nomade digitale.
  • Apprendre avec mes amis taïwanais. ;)

Et je compte bien profiter de toutes ces libertés.

Le monde ne demande qu'à être pris…

Le monde ne demande qu’à être pris…

Pour cela, pas de secret. Je donne le meilleur de moi-même, je reste rigoureux dans mon travail et surtout je développe mes compétences au fur et à mesure des besoins de chacun.

Ah oui ! Et bien sûr, je me forme avec les bonnes personnes.

Car pour lancer votre business vous trouverez toutes les techniques dans les livres et les blogs…

Mais l’avantage d’un bon coach est qu’il sait prendre cette matière pour vous aider à l’appliquer correctement, sans perdre de temps.

Et pour ma part, c’est une recette qui porte ses fruits.

Il y a encore un an, je lisais ce type de témoignage avec envie. Aujourd’hui, je le vis !

Comme quoi tout est possible pour peu que vous le vouliez vraiment.

Steve Gravy par Haydée Bouscasse

 

Lire d’autres témoignages d’étudiants 1k1mois :

Comment Anna gagne 3 000 €/mois en tant que traductrice juridique en parallèle de son boulot d’enseignante (qu’elle a définitivement lâché aujourd’hui)

Comment Anne-Catherine gagne 1 800 €/mois tout en conservant son emploi à mi-temps et ses loisirs

Comment Ghizlene a gagné 1 000 €/mois en parallèle de son Master et est devenue une neuropsychologue libérale confirmée dès l’obtention de son diplôme

 

Nos guides et stratégies directement dans ta boite mail

CATÉGORIES

PRODUITS

Tu aimeras sûrement aussi…

Devenir assistante virtuelle freelance : comment Ando s’est lancée avec succès

Devenir assistante virtuelle freelance : comment Ando s’est lancée avec succès

Ando est une jeune maman de 2 petites filles. Avec un Master comptabilité en poche, rien ne la prédestinait à devenir assistante virtuelle freelance. Contrôleuse de gestion salariée, passionnée, elle voulais faire carrière. Et pourtant, la vie en a voulu autrement… Ou plutôt, elle a décidé de changer de vie. Voici comment elle a réussi à se lancer avec succès.

lire plus

11 Commentaires

  1. Lawrence

    Joli témoignage, et qui donne envie.

    Le plus compliqué, est de savoir à quel moment on souhaite s’engager dans une formation.

    Haydée : Est-ce que Tony et toi vous avez finalisé votre formation ?

    Est-ce qu’il s’agit d’un suivi en ligne (j’imagine que oui) ?

    J’avais cru lire dans un de tes articles, que votre formation était encore en bêta :-)

    Réponse
    • Haydée

      Nous avons terminé la 2.0 ce mois-ci Lawrence après 8 mois de construction.
      Il s’agit d’un cours de 8 semaines avec suivi bien entendu :) mais tu fais bien de poser la question.

  2. Voyage Nord du Perou

    Bravo Steve – et bravo a Haydee et Tony ! C’est très encourageant de lire des témoignages comme cela !

    Réponse
    • Haydée

      Merci pour tes encouragements Martina.

      Un long parcours entre la conception du cours et la réussite des élèves !
      Ça fait plaisir.

  3. Annajo Janisz

    Très beau témoignage qui ne fait que renforcer ce dont j’étais déjà persuadée : vous déchirez :)

    Une série de questions a surgi dans ma tête à la lecture de l’article : Steve dit que sa première idée de business en ligne, proposer ses services en stratégie de communication web, n’avait pas reçu un écho favorable.

    Mais par la suite, il l’a à nouveau soumise et là, ça a marché.

    Qu’est-ce qui a fait que la seconde fois, cette idée a marché ? Comment a-t-il réorienté la chose afin que la 2è tentative de validation porte ses fruits ? Quelles sont les choses qu’il a laissées de côté, quelles sont celles qu’il a développées/changées ?

    En bref, pourquoi avoir soumis à nouveau cette idée sur le marché (puisque la première fois, ça n’avait pas été concluant) et qu’est-ce qui a fait concrètement que, cette fois-ci, ça a marché ?

    Longue vie au business de Steve (charmante petite famille :) ) et longue vie à votre formation évidemment ^^

    Réponse
    • Haydée

      Questions très pertinentes Annajo, tu fais bien de les poser.

      Lorsque Steve a tenté de proposer ses services en stratégie de communication web, sa validation sur le marché a auguré quelques retours positifs, mais pas encore assez pour en faire un business pérenne. Avoir 2 ou 3 clients potentiels ne suffisait pas. Raison pour laquelle il s’est orienté vers une nouvelle idée.

      Mais le cours avançant, nous lui avons enseigné d’autres de méthodes pour trouver davantage de clients tout en sachant contenter les premiers. Ajoute à cela ses qualités en communication (c’est un très bon commercial) ainsi que sa propension à ne rien lâcher qui lui ont permis de démarcher d’autres prospects dans les semaines qui suivirent.

      Malgré ses retours mitigés du début, il a donc décidé de servir les quelques clients issus de sa première validation tout en soumettant son autre idée sur le marché. Ce qui lui a valu un bouche-à-oreille positif dont il a pu profiter un peu plus tard.

      Ce n’est donc pas une seconde tentative de validation mais plutôt une validation à rebours qui s’est opérée.

      Ce qu’il a laissé de côté ? Toutes ces parties techniques chronophages qui ne servent à rien tant que tu n’es pas sûr d’avoir une idée vraiment profitable (pas de site, pas de blog ni de cartes de visite, etc.). Il s’est attelé à délivrer manuellement ses prestations, ce qui lui a fait gagner beaucoup d’énergie et de temps. C’est un des principes importants que nous enseignons.
      Un autre petite chose qui a dû peser dans la balance est le fait de nicher davantage son idée en ciblant mieux ses prospects afin de résonner au maximum avec eux.

      J’espère avoir bien répondu à tes interrogations. Et merci pour tes encouragements réguliers ! :)

  4. Jérémy

    Bonjour Haydée et Tony,

    je rejoins la remarque de Lawrence : j’avais noté un lancement de votre formation pour la mi-avril, et d’après ta réponse, c’est bien le cas… mais je n’arrive pas à trouver le lien sur le blog !

    Où puis-je trouver davantage d’infos dessus ?

    Et bravo à Steve pour son parcours : ce type de témoignage est vraiment motivant pour franchir le cap de entrepreneuriat ^^

    Réponse
    • Haydée

      Salut Jérémy,

      Merci pour ton intérêt.
      Nous avons lancé la 1.0 en début d’année, et la 2.0 arrive ! Nous l’avons revu entièrement suite aux retours de nos premiers élèves. Et actuellement, nous réglons les derniers aspects techniques avant le lancement officiel de la formation. C’est donc normal si tu n’as pas le lien, le cours n’est pas encore ouvert, mais il le sera d’ici 3 semaines max. :)

  5. Mbadinga Olsen

    Bonsoir, votre aide me serai la bienvenue, car j’ai lu vos articles et je crois que j’ai besoin de vous pour m’aider à devenir indépendant

    Réponse
  6. Mireille

    Bjr Haydee et Tony. Je souhaite lancer mon business en ligne et en vivre. J ai besoin de coach tels que vous? Comment puis je rentrer en contact avec vous?
    Mireille

    Réponse
    • Haydée Bouscasse

      Bonjour Mireille,

      Nous lançons la prochaine session de notre cours en ligne avec accompagnement d’ici peu de temps (je ne te donne pas de date précise mais ce sera dans moins de 2 mois).
      Je te conseille de t’inscrire à notre blog https://travelplugin.com/blog/ sur la bande de droite pour être au courant de la suite des évènements.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Comment passer de salarié à indépendant progressivement - Le guide d’Anne-Catherine - […] ➔ Comment Steve est passé de demandeur d’emploi à entrepreneur en ligne en gagnant 1 800 € dès ……

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This