La clé de la réussite de votre business est de tout donner – Cas concrets

Écrit par Haydée Bouscasse

Web-entrepreneuse et formatrice 2.0, j’aide les salariés lancer leur business en ligne en parallèle de leur travail.

Mis à jour le 28/05/2021 | Publié le 16/03/2015

Vous souhaitez monter votre business ? Voici la liste des 78 meilleures idées de business en ligne, la plus complète que vous trouverez sur le Net francophone. Pour l’obtenir au format PDF, cliquez sur ce lien. C’est gratuit.

Donnez.

Donnez tout votre savoir gratuitement.

Et ne faites pas semblant !

Les choses fonctionnent ainsi aujourd’hui.

Sans cette grande générosité, vous risquez vite de tomber dans l’anonymat.

Nous en revenons toujours à cette conclusion lorsque nous nous promulguons.

En discutant avec nombre d’entrepreneurs, je remarque que la plupart ont compris le principe.

Enfin… théoriquement :

« Ok pour donner 5% de mon savoir, mais ils peuvent bien acheter le reste. »

« Je n’arrive pas à me faire à l’idée… Les gens me payent pour ça en temps normal. »

Personne ne sait qui vous êtes. Personne ne vous trouvera

Il va falloir s’y faire : l’ancien modèle est révolu.

Alors, montrez-vous.

Haydée sourire à Elbasan sur les toits

Voilà, comme ça vous savez à qui vous parlez :)

La concurrence est infinie et vos clients sont à un clic de celui qui voudra donner plus que vous.

Imaginons que vous soyez expert comptable spécialisé dans les startups :

Il y a 10 ans, j’aurais ouvert l’annuaire de ma région pour vous trouver aux côtés de votre seul concurrent du coin.

Vous auriez donc eu 50% de chances de recevoir un appel de ma part.

À notre première rencontre, vous n’aviez plus qu’à m’impressionner avec votre grand bureau et votre cravate « has been » pour que je vous choisisse.

Aujourd’hui, je peux travailler avec n’importe qui dans le monde et croyez-moi, je ferai tout pour éviter vos locaux huppés.

Surtout si j’ai l’impression d’y être une profane sans mon tailleur corporate.

Et vous avez beau avoir un site internet en 2015, combien ai-je de chances de vous repérer ?

Admettons que je vous trouve. Pourquoi devrais-je vous faire confiance ?

Pas un article de blog. Aucune info pertinente. Si ce n’est une phrase prétentieuse stipulant que vous êtes le numéro un ou le meilleur du marché comme tous vos concurrents…

Et votre transparence ? Je la cherche encore.

Votre site n’est pas tant visité que ça.

Dépassé, l’annuaire ne vous amène plus personne. Enfin, sûrement pas vos prestigieux clients d’antan.

Les gens font appel à d’autres. Mais à qui ?

Damnation ! Le monde ne s’arrête plus à votre bled. Vous ne vous doutiez pas de l’existence de tous ces concurrents il y a encore 2 ans. Et leur visibilité sur le net est bien meilleure que la vôtre.

Tout cela commence à devenir inconfortable. Au point de vous forcer à appliquer certains conseils génériques du style :

  • Référencez votre site internet
  • Créez du contenu
  • Mettez-vous aux réseaux sociaux

Vous savez maintenant que vous n’avez plus le choix.

Surtout après avoir lu l’enquête de « l’Economist Intelligence » garantissant que d’ici 5 ans, le parcours du client sera totalement connecté.

Et une question fatidique tourne en boucle dans votre tête :

Comment empêcher tous ces concurrents de picorer dans mon assiette ?

Mauvaise approche ! Essayez autrement…

Apprenez à donner sans chercher à recevoir en retour

Il ne s’agit pas d’attacher vos dons tels des appâts au bout d’une canne à pêche.

Il suffit d’aimer donner.

Pas très sexy pour votre business, car vous sentez qu’un gros travail vous attend… pour un résultat incertain.

Vous voulez un exemple concret ?

Nous lançons aujourd’hui notre business « Chèvre Chaud » qui a pour mission d’aider les petites entreprises à devenir unique.

Pour cette occasion, nous offrons sur notre nouveau site :

Fini Les Business Pénibles : 7 fondements pour démarquer votre entreprise

manifeste-chevrechaud_fini-les-business-penibles_7-fondements-pour-demarquer-votre-entreprise

Vous vous demandez sûrement pourquoi nous faisons cela ?

En analysant les meilleurs du web, nous avons compris une chose importante :

La clé de la réussite de votre business est de donner tout ce que vous avez.

Que pouvez-vous offrir maintenant en dehors d’un ebook ?

  • Un blog profond et pertinent
  • Un podcast
  • Des cours offerts par mail
  • Une présentation Slideshare
  • Des séminaires gratuits dans votre bureau
  • Une série de vidéos YouTube
  • Un site communautaire

Cas concrets…

7 manières de bénéficier de votre générosité

À partir de quel moment dois-je estimer que je donne trop ?

Il n’est pas question de penser dans ces termes !

Observez ces modèles de marketing et inspirez-vous.

Donnez absolument tout, les gens courront après votre expérience

Vous organisez votre prochaine randonnée dans le Simien éthiopien ?

Vous aurez peut-être une chance de croiser de l’agence Terdav.

Terre d'Av

Fous du voyage à pied sous toutes ses formes, ils vous donnent des infos gratuites sur les randos du monde entier.

Ainsi, « Le  blog qui marche » vous gratifie d’une bonne dizaine d’articles par mois. Votre guide est là.

Cela vous empêchera t-il pour autant de louer leurs services sur place ? Non.

À moins que vous aimiez lire toutes ces infos sur la route…

Mais imaginez plutôt les fabuleuses histoires qu’un de leurs guides vous racontera en vous accompagnant. Car ils sont passionnés.

En transmettant gratuitement leur savoir et leurs valeurs, ils vous donnent confiance.

Pas de doute, ils deviendront sûrement votre choix privilégié pour votre prochaine rando.

Offrez le service de base, facturez le spécifique

Faire une veille digne de ce nom nécessite un outil en ligne : Scoop’it est bien connu pour cela.

Scoopit

D’ailleurs, vous avez sûrement déjà un compte chez eux puisqu’il vous a été offert gracieusement.

Vous veillez sur un sujet et pouvez poster jusqu’à 10 fois par jour. C’est un bon début. Mais qu’en est-il si vous souhaitez en faire plus ?

  • Une newsletter personnalisée
  • Des analyses sociales chiffrées
  • Une intégration sur WordPress…

D’autres outils gratuits vous permettront peut-être davantage. Mais difficile de vous débarrasser de vos automatismes maintenant que vous êtes habitué à celui-ci…

Du coup, vous passez aux offres spécifiques, même si cela a un coût.

Offrir une utilisation basique intéressante vous permet de facturer les options spécifiques.

Plus vous donnez, plus vos utilisateurs sont prêts à payer quand leurs besoins le leur dictent. Familiarisés avec votre produit ils le choisiront en premier comme solution payante.

Offrez la connaissance, facturez l’outil

Comment ne pas parler d’Adobe lorsqu’il s’agit d’offrir les connaissances.

Sa « Creative Suite » comporte tous les logiciels de graphisme professionnel dont vous pouvez rêver.

Adobe_Creative_Suite_6_Logo

Et comme ils ne font pas les choses à moitié, un site de formation et de support monstrueux est totalement dédié à chacun de leurs 33 outils !

Sur le bien nommé « helpx.adobe », tout est gratuit et en français :

  • Principes de base et prise en main
  • Nouveautés
  • Didacticiels vidéo AdobeTV
  • Manuel d’utilisation illustré
  • Foire aux questions et résolution des principaux problèmes
  • Communauté d’échange de connaissances

Même leurs pages de vente disposent de tutoriels utiles pour vous donner envie d’acheter.

Vous avez simplement besoin de payer l’outil. Et il est cher !

Pas étonnant vu la qualité des produits et services.

Alors, pourquoi aller chercher ailleurs quand tout est à votre disposition sur un seul site. La confiance est totale.

Offrez le logiciel, facturez les extras

Pourquoi payer un logiciel de design quand Canva vous offre le sien en ligne.

CanvaD’autant plus qu’il est accessible aux débutants.

Sa gratuité vous attire, vous testez et vous n’êtes pas déçu. Canva s’en assure.

L’ergonomie est d’une simplicité absolue et une formation en ligne est mise à disposition gracieusement.

Ça y est, vous êtes accro ?

Passons aux options payantes maintenant.

Chaque fois que vous vous connectez à la plateforme, vous tombez sur de nouveaux éléments que vous n’avez pas en version gratuite.

Ces caractéristiques permettant d’obtenir des designs de folie sont toutes expliquées en détail dans la fameuse formation.

Et si cela ne suffisait pas, des articles détaillés les décrivent histoire de vous donner l’eau à la bouche.

Des finitions qui valent largement la peine de lâcher un petit billet. Malin Canva !

Expliquez-leur comment faire et faites-le à leur place

Il m’arrive souvent de jeter un œil aux articles de Seomix.

SSeomix logo

Cette agence spécialisée dans le référencement naturel et le CMS WordPress propose des tutoriels tellement complets que vous pouvez tout faire vous-même.

Ainsi, vous obtenez de bons résultats pour sécuriser et référencer votre site WordPress.

En théorie…

Car à vrai dire, il est rare que je les applique.

Et vous non plus, trop occupé à travailler sur votre spécialité ou à répondre à vos contacts Facebook. À moins que vous ne soyez tout simplement fainéant.

Vous ferez donc appel aux prestations d’audit et d’optimisation de Seomix qui fera tout pour vous. Et vous lui ferez confiance, car il vous a déjà détaillé tout ce qu’il pouvait faire pour vous.

Quelle meilleure preuve pouvez-vous bien obtenir ?

Offrez l’information qui prépare vos lecteurs à devenir clients

Drivy, la location de voiture entre particuliers. Voilà une entreprise qui a tout compris et qui monte, qui monte !

Drivy logo

Chaque article de son blog vous fait ressentir le besoin d’utiliser ses services. Et ils sont fréquents.

Tout est amené en finesse.

Ils ne vous bassinent pas à tout va avec du :

Utilisez-nous, we are the best !

Non.

  • Ils partagent leurs bons plans : où aller
  • Racontent comment l’entreprise se développe à l’étranger en toute transparence
  • Expliquent comment bien profiter de vos congés
  • Informent sur le marché des véhicules d’occasion
  • Et vous font économiser de l’argent grâce à leurs conseils

Une tonne d’infos utiles qui n’augurent aucune question bête ni malentendu sur leurs intentions.

Un tout qui vous rapproche de leur état d’esprit au point de devenir un client de plus, prêt à profiter du service et de ses diverses applications présentées en amont.

Vous avez été préparé.

Rendez votre service gratuit  indispensable pour le facturer plus tard

Qui n’a jamais écouté de la musique sur Deezer ?

deezer logo

35 millions de titres en streaming, 16 millions d’utilisateurs actifs. Difficile de passer à côté.

Cette plateforme est tellement réputée que sa marque est presque devenue un nom générique.

À ses débuts vous pouviez tout avoir gratuitement :

  • Téléchargement de musique
  • Accès illimités sur tous supports
  • Qualité de son supérieur…

Aujourd’hui, si vous voulez l’intégrale c’est 7 € par mois. Sinon c’est pubs audio toutes les quinze minutes et limitation de durée d’écoute en gratuit.

Résultat : pas moins de 6 millions d’abonnés à ce jour.

Après être devenu incontournable, Deezer s’est donc orienté vers un système premium.

À l’instar de Scoop’it et de nombreux autres sites, il s’est tourné vers l’offre du service de base pour facturer le spécifique.

Malgré les plaintes des internautes ayant utilisé la plateforme gratuitement pendant des années, une grande partie a fait le pas vers l’abonnement premium.

Vous remarquez ? Tout est basé sur le principe de l’addiction…

Si j’étais dealer de drogue, j’offrirais un échantillon de qualité supérieure à mes futurs clients.

Et que feraient-ils selon vous ?

Ils en redemanderaient… Bande de drogués !

Rassurez-vous, le principe est bien moins pervers à notre niveau. Car le client garde son libre arbitre et il ne tient qu’à vous de lui offrir un maximum aussi longtemps que vous le voudrez.

Maintenant, la question est de savoir :

Donnez-vous autant que vous pourriez le faire ?

Haydée Bouscasse

 

 

Nos guides et stratégies directement dans ta boite mail

CATÉGORIES

PRODUITS

Tu aimeras sûrement aussi…

Créer du contenu et le promotionner pour attirer du trafic

Créer du contenu et le promotionner pour attirer du trafic

Évite d’entrer dans le cycle infernal de la création de « contenu sans fin » en apprenant à créer du contenu qui amène tes lecteurs à RESTER sur ton site et à le PARTAGER. Découvre les méthodes de promotion qui décupleront ton trafic et ton nombre d’abonnés – tout en dépassant la peur de te promotionner.

lire plus

21 Commentaires

  1. Baptistine & Jordan

    « Donner » et « nicher », les deux faces de la même pièce : où comment mériter son statut d’expert … et les clients qui vont avec.
    Nous adhérons complètement à cette façon de penser le commerce, comme un échange, une relation à instaurer entre personnes, pour un marketing plus humain.

    Merci pour cet e-book de qualité qui nous incite à repenser différemment nos projets. Un beau départ pour votre nouvelle marque !

    Réponse
    • Haydée

      @ Baptistine et Jordan,

      À la lecture de votre commentaire, je me dis : « La voilà la nouvelle génération d’entrepreneurs conscients des transformations profondes du travail aujourd’hui. »

      Vous avez parfaitement compris ce que nous voulons faire passer au niveau de l’entreprise. Mais au-delà, vous saisissez également les changements qui s’opèrent dans notre monde. C’est encourageant. :)

      Ces changements me font penser à l’excellent article du non moins excellent blog de la Mutinerie.org : habituez-vous à être en transition perpétuelle qui explique très bien à quel point notre monde change vite et comme il est de plus en plus difficile de le suivre avec succès.

      Gardez le cap ! Et n’hésitez pas à vous servir des préceptes de l’ebook de Chèvre Chaud pour améliorer votre communication à niveau des services que vous proposez, car votre potentiel est grand.

      Et merci pour vos encouragements. :)

  2. Jeanduvoyage

    slt,

    en réponse à la première partie de cette article…

    Sans chercher LE gratuit, pour trouver un Webmaster qui veux me faire un truc que j’avais réussi tt seul en html/php/JS… c’est la cata aujourd’hui !!! (malheureusement, j’ai perdu les fichiers principaux dans ma séparation)…
    le seul qui m’a répondu « favorablement » à refusé un payement « espèce »…
    les 2 autres n’avaient pas la capacité !!!
    BON, c’est pas un truc simple non plus, mais quand même, faut pas exagérer, tt le monde est spécialiste de la base de wordpress, mais dés que ça sort des clous, y’a plus personnes !!!
    Pfft !!!
    une misère j’vous dis ma pauv’dame !!!
    T-off

    Réponse
    • Haydée

      C’est vrai que la première partie de l’article parle surtout de visibilité Jeanduvoyage (ou T-off comme tu préfères).
      Et quel dommage de ne pas être visible lorsqu’on est bon dans ce que l’on fait…

      Nous avons eu ce problème lors de la conception de notre ebook. Trouver un mec qui maîtrise Indesign et puisse nous faire le boulot avec un rendu exactement comme nous l’espérions sans nous assassiner sur le prix.
      Trop dur à trouver apparemment. Au final, Tony s’est formé au logiciel et a fait le taf.

      Si nous avions pu trouver un tech capable de nous montrer ses compétences en nous donnant un max d’exemples et de conseils gratuits nous nous serions jetés sur lui et l’aurions payé avec plaisir !
      Mais ce n’est pas encore bien ancré dans les mœurs, dommage…

      Dans tous les cas, l’avantage de donner du gratuit est que le prestataire montre ce dont il est capable grâce aux exemples qu’il met à disposition. Gage supplémentaire de la crédibilité de ses compétences.

      Bref, dur de trouver un spécialiste qui convient à nos exigences. Alors je n’imagine pas pour toi : trouver un spécialiste qui puisse sortir du carcan de ses réalisations habituelles.

      Tu n’as plus qu’à remettre les mains dans le cambouis et à bien ranger tes prochains fichiers en cas de nouveau départ. ;)

  3. Annajo Janisz

    J’adore, j’adhère.

    En vous souhaitant toute la réussite que vous méritez car maintenant que je carbure dans mes projets, je connais la valeur de votre travail, votre dur labeur, et tous les efforts que vous avez accomplis pour parvenir à ce beau résultat.

    Même si mon résultat à moi ne se voit pas encore « à la surface », ce n’est plus qu’une question de 2-3 semaines à présent (premier ebook et blog voyage tout nouveau, tout frais)

    Bravo !

    Réponse
    • Haydée

      Merci AnnaJo,

      C’est en bossant d’arrache pied sur son propre projet que l’on se rend compte de la valeur de celui des autres et de ce que cela implique en coulisse.

      Je suis sûre que tu arriveras à quelque chose de bien également étant donné l’énergie que tu déploies pour faire avancer ton travail. Je l’ai bien senti dans un commentaire que tu as laissé sur un autre article.

      Et encore une fois nous t’encourageons dans ce sens, il n’y a pas de raison : le travail paye toujours d’une manière ou d’une autre.
      Alors à dans 3 semaines ! :)

  4. Amélie

    Bonjour,
    J’ai lu votre article en entier et j’adhère. Selon moi c’est du bon sens. Mais à la fin de l’article je me suis dis « nous sommes des produits » ou plutôt des objets. Si je suis un produit de consommation, c’est à double sens : je consomme et je me fais consommer. Donc au final ça revient au même : nous ne sommes plus considéré en tant qu’être humain mais en tant qu’objet de satisfaction d’autrui. En fait nous sommes juste ça : celui qui créera votre business. Vous vous servez d’autrui pour rentabiliser votre affaire. Autrui croit qu’il va rentabiliser la sienne. Mais de ce coté, il y a illusion. Sauf si cet autrui est dans le même état d’esprit que vous, sans état d’âme, ici pour vendre son truc. On le sait qu’il faut donner un maximum, mais on ne donne pas pour donner ! Pour donner gratuitement … Là est la subtilité. Il y a une forme d’échange caché. L’un donne, l’autre reçoit. Celui qui donne se fait payer, celui qui reçoit paie. Sans forcément sans rendre compte, et donc là encore on peut constater que l’être humain n’est plus considéré en tant que tel. Le business a pris le dessus.
    L’être humain est l’objet du désir de l’autre. *
    Mais chacun est esclave de soi-même (et donc de l’autre), ou plutôt de sa réussite, par tous les moyens…

    Réponse
    • Haydée

      Tu as une vision bien noire de la chose Amélie. Peut-être trop noire. Et tu mélanges quelques notions très différentes.

      Nous ne sommes pas des produits de consommation, mais des consommateurs, que cela nous plaise ou non.
      Mais je pense que tu devrais plutôt t’en réjouir, car si tu ne veux plus être une consommatrice tu devras tendre vers l’autonomie. Tu devras donc retourner cultiver ta terre et créer ta propre énergie pour vivre.
      Certains y parviennent très bien, mais cela demande des sacrifices que peu d’entre nous sont capables de faire et un style de vie en marge de notre société.

      Mais je te rassure, être consommateur ne fait pas pour autant de nous de simples objets uniquement destinés à créer le business des autres.

      Si les entreprises se servent d’autrui pour rentabiliser leurs affaires. Autrui se sert des affaires des entreprises pour améliorer son niveau de vie.

      Et si autrui est également entrepreneur, on ne lui sert pas « de l’illusion, à moins qu’il ne soit sans état d’âme », on lui donne des notions et des outils qu’il sera à même d’utiliser pour pérenniser son propre business… ou pas. Tout dépendra de son travail et non d’une quelconque arnaque que tu voudrais lui faire endosser.

      Il y a toujours un échange « gagnant gagnant ». Prends les exemples de cet article.

      Comment aurais-tu pu écouter ta musique en ligne sans deezer et comment deezer aurait pu supporter le coût de son intégration sur le web sans ta contribution ?

      Préfères-tu payer ta location de voiture très cher chez les professionnels plutôt que de profiter des contacts de particuliers mis à disposition à moitié prix sur drivy ? Moyennant une commission leur permettant de gérer le site bien sûr.

      Comment un créatif pourrait-il retranscrire sa fantaisie sur le web sans les outils de la suite Adobe ? À moins qu’il veuille passer sa vie à apprendre les techniques et les codes informatiques qui lui permettront de le faire sans elle (et adieu la créa).

      Autant de services qui demandent beaucoup de travail à ceux qui les proposent. Et tout travail ne doit-il pas être rémunéré ? Surtout quand il est bien fait et particulièrement utile.

      Le gratuit que ces entreprises fournissent en plus de ces services avantageux n’est pas là pour attirer le consommateur dans des filets néfastes. Bien au contraire !
      C’est une manière de lui montrer qu’elles sont disposées à prouver qu’elles ont de meilleures intentions que la grosse entreprise à l’ancienne qui ne pense qu’à te prendre du fric sans chercher plus loin. C’est un gage de sincérité et d’efficacité.
      Et tant mieux si ce gratuit est aussi pensé pour aider l’entreprise à gagner des clients.
      C’est un échange honnête.

      Dans la vie, tout est échange. L’amitié elle-même est une forme d’échange.

      Nous faisons tous quelque chose pour obtenir autre chose.

      Réfléchis bien à ce qui t’a motivé dans la création de ton blog d’aide aux candidats libres pour le BTS tourisme. Tu y trouvera forcément une raison enfouie différente de celle de simplement donner pour donner. Ne serait-ce qu’un besoin de reconnaissance ou une fierté personnelle.
      Même un Abbé Pierre ou une Mère Theresa avaient leurs motivations profondes au-delà de leur altruisme exacerbé.

      Enfin, il n’a pas fallu attendre que le business prenne le dessus pour constater que l’être humain est l’objet du désir de l’autre. C’est un fait avéré depuis la nuit des temps.
      N’est-ce pas l’essence même de l’esclavage et des guerres ?

  5. Yael

    Je me suis inscrite ici pour recevoir un joyeux coup de pied aux fesses qui secoue bien de temps à autre dans ma boîte à lettre, et en voici un ! Je pense qu’il est bon tout autant d’être encouragé et boosté que de se faire un brin secouer les puces, et ce qui est formidable c’est chez Travel Plugin vous savez faire tout cela en même temps ! Je suis une petite nouvelle qui s’est cassé la gueule plusieurs fois avec diverses activités (bon, que je sois honnête, dans les cassages de gueule, il y a avait de jolies réussites quand même et surtout, oui surtout, d’excellents apprentissages – j’en parle justement, en riant, mais c’était testé, dans un article de mon blog consacré aux emmerdes). Là j’essaie à la fois de grandir et donner des outils aux autres pour construire leurs propres échelles, d’offrir un max en contenu libre et de tâcher de réfléchir (oui quand même) à comment vivre, aussi, au-delà de ce savoir offert. J’aime tellement fouiner, apprendre (je passerais ma vie à apprendre) et partager qu’en fait, ne faire que cela ne m’ennuierait pas, au contraire. Mais il faut aussi (ç’a été dit sur un autre article de Travel Plugin un peu secouage de puces également, et toujours en même temps motivant au possible) apprendre les règles du marché, et vivre avec. C’est un équilibre pas évident (à mon sens d’encore débutante pleine de peps mais ayant énormément à apprendre) à trouver. Je vais aller m’inscrire sur Chèvre Chaud. Je remercie énormément Travel Plugin (que je linkerai sans doute à plusieurs occasions sur mon blog) pour tous ces articles, pour ce nouveau site, et également pour le livre que vous avez mis en accès gratuit. Je le décortique en ce moment. Je m’aperçois de toutes mes erreurs, cela m’ouvre en même temps plein de nouvelles pistes, il est utile, drôle, documenté, on sent bien le vécu et le « testé », c’est expert sans être jamais barbant, une réussite, bravo :) Merci encore, et direction Chèvre Chaud, alors !

    Réponse
    • Haydée

      L’avantage de notre manière de faire, c’est que nous nous « auto-secouons » les puces par la même occasion Yael.

      En tout cas, ta philosophie de vie prouve que tu es sur la bonne voie. Nous sommes en perpétuelle phase d’apprentissage tous autant que nous sommes.

      Et si tu t’es cassé la gueule plus d’une fois c’est bon signe, car comme tu le dis c’est ainsi que nous apprenons le plus pour mieux réussir ensuite. Je connais cela.

      Un grand merci pour tes compliments concernant Chèvre Chaud et Travelplugin. J’espère que notre ebook « Fini les Business Pénibles » te permettra d’avancer davantage encore. Il y a assez de pistes pour que cela « pop » ton blog comme tu le mérites. ;)

  6. SALHI

    Super! Je vous admire et je vous envie !
    J’appartiens à l’ancienne école, j’avais connu la machine à écrire mécanique,la machine à boule, la ronéo, le télex et autre et autre…..
    Je travaille en ce moment d’arrache pieds pour lancer ma fille nouvellement diplômée pour créer sa propre entreprise « ETSAA ». Vos conseils sont payants !
    Permettez-moi de vous ajouter à mes cercles sur Google+ je vous invite à visiter notre site provisoire Conseils-Assistance Salhilarbi.
    Internet est le meilleur cadeau de la science et la technologie pour notre village planétaire.
    Cordiales salutations à toutes les lectrices et lecteurs.

    Réponse
    • Haydée

      Aaah ! La machine à écrire… Je ne l’ai pas connue, mais j’ai pratiqué parfois la ronéo (duplicateur à alcool) au collège pour aider mes profs à imprimer leurs cours. Tout cela ne nous rajeunit pas Salhi. :)

      Outre notre propre réussite, la plus grande fierté que nous retirons de ce travail de longue haleine est la possibilité d’en faire profiter ceux assez ouverts pour se servir de ce que l’on donne.
      Surtout quand cela paye !

      Un commentaire comme le tien est donc particulièrement important pour nous. Et il prouve à quel point donner ce gratuit est épanouissant.

      J’espère sincèrement que ta fille réussira dans son entreprise. Et il n’y a aucune raison que ce ne soit pas le cas.

      En suivant nos conseils, le seul problème qu’elle risque de rencontrer est le fait qu’elle soit parfois trop avant-gardiste dans son domaine.
      Car si la Kabylie est comme la France, les méthodes marketing auront tendance à avoir un peu de retard. Ce qui n’aide pas toujours les clients à s’orienter vers les entrepreneurs innovants.

      Qu’elle persiste et cela paiera, car le monde change vite et elle sera aux premières loges pour en profiter.

  7. Fred

    Oui, ils cherchent la rentabilité du service dit « gratuit ».
    Tout est question de business !

    Réponse
    • Haydée

      Je corrigerai en disant que tout est question de méthode, Fred. Car en appliquant celle-ci à d’autres domaines que le business pur, comme ton site vantant les talents artistiques par exemple, tu t’octroies une plus grande visibilité et une crédibilité méritée.

      Une bien belle façon de rentabiliser le service dit « gratuit » au service de ta cause. Qu’elle soit lucrative ou non.

  8. titoune

    J’ai fait le tour de plusieurs des vos articles et il y a qq chose qui m’échappe. Vous parlez des vos « différents business » sur internet, de votre vie de baroudeur voyageur…
    C’est bien beau mais j’ai l’impression que vous romancer la réaliser de vos vies. Cela se ressent par cette alternance entre un ton « je dévoile tout provoque » et un flou ambigu très explicite sur vos sois disant « business ».
    Pour faire court j’ai l’impression que vous n’avez pas encore atteint l’autonomie financière avec votre propre activité online que vous conseiller déjà aux gens de faire comme vous.
    Vos business sont une tel réussite que vous êtes de conseils légitimes?
    Je ne dit pas que comme coach remotivation vous n’êtes pas très bon, mais de la à parler business !
    Si votre chiffre d’affaire annuel atteint plus de 10 000 euros vous devez sortir le champagne. Enfin, gardez en un peu pour payer vos charges.

    Soyons sérieux si il vous plait.

    Réponse
    • Haydée

      Ou tu n’as rien compris à notre démarche ou tu troll très mal Titoune.

      Évidemment que nous n’avons pas encore atteint notre autonomie financière puisque nous sommes en pleine construction de cette nouvelle vie. Nous créons notre réussite (ou pas) en live. C’est la première chose que j’explique dans mon « A propos » :

      « En perpétuelle expérimentation, je vous explique mes réussites et mes galères sans tabous. »

      Bref, nous dévoilons en temps réel et en toute transparence l’avancement de nos projets de nomades numériques. Nous sommes donc loin de romancer notre vie. Nous ne pouvons pas faire plus concret.

      Nous ne conseillons pas aux gens de faire comme nous. Nous proposons à ceux qui veulent suivre cette voie de bénéficier de notre expérience là où nous partons de rien. Une aubaine pour eux.

      Et nous pouvons déjà largement parler business sur le blog. Nous n’atteignons pas encore tout à fait 10 000 € par an, mais nous n’en sommes pas loin. Et ce avec un seul business sur les 4 programmés ! C’est déjà une belle réussite entrepreneuriale. Très prometteur.

      Mais au-delà de notre exemple, entreprendre commence le jour où tu planifies tes projets et ta vie. Cela n’implique donc pas uniquement le fait d’avoir déjà gagné de l’argent.

      Bref, que ce soit en développement personnel ou en entrepreneuriat nous sommes effectivement de conseil légitime, car sur la bonne voie de cette autonomie financière libérée de l’esclavagisme moderne du travail actuel.

  9. T-off

    M**de, c’est cette article que je cherchais sur le « fromage de chèvre »… fais le légèrement chauffer sur une tartine de pain grillée et rajoute du miel liquide dessus, tu verra que c’est top !!! LOL

    Bon, revenons en à ce nouveau site… @tout de suite !!!

    ;)

    Réponse
    • Haydée

      Oui c’est sûrement celui-là que tu cherchais T-off !

      Tu m’as donné faim là :) même si ce n’est pas ce qu’il y a de plus diététique…

      Concernant le site, tu as reçu le mail de Tony, car j’ai un doute ? Je sais que certains l’ont retrouvé dans leurs spams.

  10. Romain

    Bonjour,

    Votre propos n’est pas très gentil Titoune… Je crois que Haydée prêche par l’exemple de façon exemplaire ! Elle donne son expérience en temps réel et elle nous en fait bénéficier sans rien demander en retour.

    Haydée, je vous trouve bien patiente de lui avoir répondu aussi gentiment.

    Longue vie à vous et à votre entreprise.
    Romain

    Réponse
    • Haydée

      Tu as raison !

      C’est drôle de se relire presqu’un an plus tard.

      La vie de l’entreprise continue son petit bonhomme de chemin cette fois depuis Taïwan.

      Et le travail porte ses fruits :

      Après avoir donné des cours en ligne à un groupe d’élèves ultra motivés, nous lançons une formation en ligne en avril après 6 mois de travail.

      Alors oui, désolée Titoune, mais je continue à donner des conseils. :)

      Merci d’avoir compris notre démarche Romain.

  11. Alexandra

    Salut !
    Ce concept de don désintéressé confirme l’intuition que je ressens depuis longtemps et que j’ai pu confirmer un peu dans ma vie : mes proches ou parfois mes collègues me demandent si je m’y connais pour tel ou tel truc (une application, un point juridique, ou un site qui répondra à leurs questions) car apparemment je passe pour une nana cultivée et curieuse, j’ai « l’intelligence de la recherche » (dixit un de mes anciens chefs) et je serais aussi une « facilitatrice » (dixit mon conseiller en bilan de compétences), et c’est toujours avec plaisir que je rends service (à partir du moment où c’est dans mes cordes et que je n’ai pas affaire à un casse-pieds !) Une de mes anciennes cheffes (car oui j’ai aussi eu des femmes managers ^^) m’avait demandé de former sa nouvelle assistante au logiciel de suivi de courrier de notre collectivité, et plus récemment une chef de service m’a demandé des conseils pour organiser efficacement les fichiers et répertoires informatiques de son équipe. Je vais p’t’être rajouter « pédagogie » à mes points forts, tiens…

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This