Que reste-t-il de la citadelle de Hué après 2 guerres ?

Écrit par Tony Founs

Content marketer, copywriter freelance et formateur 2.0, j’aide les salariés à se lancer en indépendant en parallèle de leur travail.

Mis à jour le 28/05/2020 | Publié le 20/08/2013

Hué, la cité la plus prospère de l’histoire du Vietnam disparaît face aux guerres contre la France et les États-Unis, destructeurs de la quasi-totalité de la citadelle impériale.

dessin guerres du Vietnam à Hué

Cœur du patrimoine culturel vietnamien, Hué fut pourtant le foyer principal d’enseignement social, scientifique et religieux du pays et regorge de monuments à visiter.

Des édifices toujours debout après 35 ans de guerre

Le Vietnam sort de ses guerres seigneuriales et de la domination chinoise. Les Nguyên prennent le pouvoir à partir de 1802 et construisent la citadelle de Hué.

Porte Chuong-Duc, cité imperiale de Hué, Vietnam

Porte latérale de Chuong-Duc, l’une des 4 portes de la cité imperiale de Hué

Bâtie sur le modèle pékinois des Ming elle fait plus de 6 km carrés cernés de murs de 6 mètres de haut. C’est une ville dans la ville !

Malgré ma vision des premiers vestiges de la guerre, mon impression est bonne en y entrant.

C’est paisible ici.

Vélo porteur citadelle de Hué,Vietnam

Chacun vaque nonchalamment à ses occupations dans des rues peu fréquentées

Ça change de Hanoï, sa sœur ennemie ou de l’effervescence de Hô-Chi-Minh.

3 monuments emboîtés les uns dans les autres

Je ne suis que de passage à Hué. Notre bus nous impose d’y faire une escale de quelques heures et je choisi de visiter la citadelle à pied.

Voilà ce que vous pourrez y voir :

1. La Citadelle Impériale – Kinh Thanh

Un rempart « à la Vauban » entouré de fossés et percé de 10 portes fortifiées. Ajoutez-y des canaux et des bastions…

Remparts et douves de la citadelle de Hué, Vietnam

Les remparts et les douves de la citadelle de Hué inspirés de l’ingénieur français Vauban

Canon sacrés, citadelle de Hué, Vietnam

Les 9 canons sacrés de l’entrée principale

Ca sent la présence française ici.

9 canons sacrés, défenseurs symboliques de la cité représentent les 5 éléments et les 4 saisons.

Ça fait déjà plus asiatique. :)

 

Porte fortifiée citadelle de Hué, Vietnam

L’une des petites portes fortifiées de la citadelle de Hué et son pont qui enjambe les douves

A l’intérieur c’est un grand village qui s’étend autour de la cité royale. La vieille ville comme on l’appelle.

2. la Cité Impériale – Hoang Thanh

Nichée dans la citadelle, face à la Tour du Drapeau, c’est un modèle réduit de la cité interdite de Pékin. Destinée aux administrateurs, aux soldats et aux serviteurs de la cour, c’est la dernière cité royale encore debout au Vietnam.

Porte du midi, cité impériale de Hué, Vietnam

L’entrée principale de la cité. Seule la famille impériale pouvait passer la porte du centre.

3. la Cité Pourpre Interdite – Tu Câm Thanh

Enclavée au cœur de la cité royale, c’est le domaine particulier de la famille impériale. Les nombreux palais et bâtiments sont réservés aux proches ainsi qu’aux 500 épouses et concubines de l’empereur. Ça fait beaucoup d’enfants !

Intérieur temple Hung Mieu cité interdite de Hué, Vietnam

Seuls les eunuques pouvaient circuler impunément dans la cité réservée aux Nguyên.

Je suis ravi de pouvoir voir tout ça. Quelques heures c’est court !

Surtout que la compagnie de bus avait prévu le coup.

Une douzaine de motos-taxis nous attendent à Hué

Et nous sommes une douzaine de touristes à sortir du bus. C’est marrant ça…
A peine arrivés qu’ils nous proposent déjà leurs tours pour 3 heures au triple des prix habituels. Les malins. :)

Tous mes voisins touristes, sans exception, s’installent sur les motos sans broncher.
Nous refusons la nôtre. Le guide insiste, en vain, nous restons fermes. Intrigué, le gérant nous apprécie.
Après une discussion sympa il nous laissera partir avec sa seule carte de la ville.

Dans la citadelle de Hué avec ma carte

C’est bien grâce à sa carte que nous avons pu voir tant de choses en si peu de temps. Merci !

40% des vietnamiens d’origine portent le nom de Nguyên

Empereur Vietnam, Gia Long

Père de la dynastie Nguyên

C’était la récompense ultime pour service rendu à la nation.

Imaginez après 150 ans de règne de la dynastie Nguyên ; 150 ans d’histoire remplie de héros.

Imaginez les problèmes d’identité des jeunes. Certains demandent même à changer de nom.

13 empereurs porteront ce nom et assureront une ère de prospérité dans le royaume.
Enfin… surtout les premiers, car après 1882 c’est le bordel !

Toutes ces guerres destructrices d’un beau patrimoine

Avant les guerres ouvertes, fut le colonialisme et les conquêtes françaises.

L’époque coloniale (1883 – 1945)

Le refus du protectorat Français et la préparation d’un soulèvement par l’empereur déclenche de sévères représailles des forces coloniales.

1885, la France frappe au cœur du pouvoir vietnamien

  • Cité impériale pilonnée
  • Trésors et mobiliers dérobés
  • Palais, temples et appartements des concubines brûlés
  • Bibliothèque royale incendiée. Adieu manuscrits, annales et œuvres littéraires. A l’instar de César avec Alexandrie, les français détruisirent une grosse partie de patrimoine culturel Vietnamien.
Promenade en ruines Hué, Vietnam

Un passage abandonné entre deux palais de la cité interdite de Hué

Un eunuque raconta qu’ils pillèrent tout jusqu’aux cure-dents et moustiquaires de la cité. Par chance pour nous touristes, ils épargnèrent les plus beaux palais formant l’axe principal de la cité.

Le Vietnam cède et devient un protectorat Français de l’Indochine avec le Cambodge et le Laos.

Hué abrite toujours les Nguyên dans les restes de la Cité Impériale. Mais la dynastie s’amolli devant l’hégémonie française. Paris remplace les souverains trop réfractaires par des marionnettes.

La seconde guerre mondiale oblige Vichy à rappeler ses troupes d’Indochine. Il faut renforcer les défenses de la France.

Le Japon en profite et force Pétain et la France occupée à lui laisser le Vietnam.

Les nippon pillent le riz et inondent une partie du pays, provoquant la famine et la mort de 20% de la population vietnamienne. Hué n’est pas épargnée.

Empereur Vietnam Bao Dai

L’empereur déchu Bao Dai

La Guerre d’Indochine (1946 – 1954)

Alliée au Viêt-Minh communiste de Hô-Chi-Minh, la France récupère son influence et repousse japonais, chinois et britanniques.

Le dernier roi de la dynastie Nguyên donne sa démission mais garde sa résidence à Hué.
Dans le même temps, Hô-Chi-Minh proclame l’indépendance du pays et déplace la capitale à Hanoï.

Les mésententes entre la France et le Viêt-Minh font échouer les négociations. Notre beau pays répond aux soulèvements vietnamiens en tuant 6 000 civils.

La guérilla Vietnamienne est en branle !

Malgré leurs murs épais, les citadelles tombent les unes après les autres. Celle de Hanoï est prise en seulement quelques heures !

1947, la plupart des palais de la Cité interdite de Hué sont détruits par le feu

Le siège français laisse moins d’un tiers des constructions debout dans la citadelle. L’armée française bombarde Hué et pille la cité pour la seconde fois de son histoire.
Ce qui ne l’empêche pas de perdre la guerre après la défaite de Dien Bien Phu.

La Guerre du Vietnam (1954 – 1975)

Les français laissent la place aux américains appelés à l’aide lors du conflit indochinois.

Le Vietnam est partagé en deux. La frontière, au Nord de Hué, devient une zone de guerre stratégique.
Communistes du nord, soutenus par le bloc de l’est et la Chine, et Viêt-Cong du sud, soutenus par les Etats-Unis, s’affrontent. La guerre du Vietnam devient un épisode marquant de la guerre froide.

1968, la cité impériale de Hué est quasiment rayée de la carte

B52 Américain bombardant le Vietnam

Plus de 5 millions de tonnes de bombes sont lâchées sur le Vietnam entre 1965 et 1972

C’est encore la cité pourpre interdite qui morfle ! Adieu…

  • Palais de la Suprême Harmonie
  • Salle du trône aux colonnes laquées de pourpre et rehaussées d’or
  • Porte Ngo-Môn, où l’empereur édictait ses décisions
  • Musée impérial abritant vêtements royaux, meubles et porcelaines

La « Guerre Américaine » laisse la cité en ruine, abandonnée aux termites et aux pluies ravageuses des typhons.

Plan cité impériale de Hué, Vietnam

Cité Impériale. En vert = les bâtiments disparus – En rouge = les bâtiments qui existent encore

Elle est également le théâtre de nombreuses exactions comme le massacre de My Lai en 1968. Suite à une embuscade du Vietminh ayant causé la mort de plusieurs GI, 504 civils sont tués.

Charnier de My Lai, Vietnam

Le nom de ces malheureux est encore inscrit sur un Mémorial du village de My Lai

Le plus grand chantier de rénovations du Vietnam et bien plus !

La Cité est meurtrie, abandonnée. Mais à la fin de la guerre, les vietnamiens prennent conscience de la richesse historique de la citadelle et commencent d’importants travaux de reconstruction.

1993, la citadelle intègre le patrimoine mondial de l’Unesco qui lance les grandes rénovations

De nombreux fonds provenant d’une quarantaine d’organisations gouvernementales, non gouvernementales, et internationales permettent la reconstitution progressive de la cité historique. Les aides pleuvent.
Mention spéciale à la Pologne, pionnière en la matière.

Bâtiment rouge de la cité interdite de Hué, Vietnam

Les rénovations se calquent sur les maigres informations de l’époque

Sur 147 palais, bâtiments, pavillons, bibliothèques et résidences, 85 sont des ruines aux fondations à peine visibles et 62 sont réparables.

La restauration de la Cité Impériale de Hué est l‘un des plus grands chantiers archéologique mondial du XXIème siècle.

La cité impériale ressuscite !

Vietnamiens jouant aux cartes,citadelle de Hué Vietnam

La vie a repris son cours le long des murailles de la cité impériale

Les prises de guerre, symboles de la suprématie vietnamienne

Après 3 heures de marche dans la cité, je découvre d’anciennes machines de guerre Etats-Uniennes.

Je suis rincé et loin du point de rendez-vous de mon bus. Il risque de partir sans moi mais le symbole est trop beau pour ne pas s’y arrêter.

Des avions, des tanks et des pièces d’artillerie lourde sont parqués juste à côté de la cité impériale.

Pièce d'artillerie américaine Hué, Vietnam

De jolies prises de guerre U.S. Imaginez la taille des trous que cela peut faire dans le corps

Mig Russe guerre du vietnam à Hué, vietnam

On y trouve même un Mig Russe, fièrement exposé à la gloire de Hô-Chi-Minh

Les panneaux de ce musée à ciel ouvert parlent d’impérialisme américain. Ça change de notre propagande Onusienne. C’est toujours bon de voir l’autre côté de la barrière.

Les rénovations de la communauté internationale n’ont pas finis de nous en faire découvrir. La preuve en image avec cette reconstitution digitale de la citadelle de Hué.

Lac intérieur citadelle de Hué, Vietnam

Il reste beaucoup à voir à l’intérieur de la citadelle, comme ce petit lac et les rues qui le bordent

Vous trouverez des marchés aux alentours et vous y croiserez des gens sympathiques.

Vous pourrez ensuite visiter les 175 monuments des 7 tombes royales Nguyên le long de la rivière des Parfums. 125 ont été épargnés et ne demandent qu’à être vus. Mais c’est une autre histoire.

Pour approfondir sur les monuments Hué voici cette carte interactive assez ludique qui vous permettra de les visiter un par un.

Tony Founs

 

 

Nos guides et stratégies directement dans ta boite mail

CATÉGORIES

PRODUITS

Tu aimeras sûrement aussi…

Vivre en nomade digital : mes 9 ans d’expérience entre travail et voyage

Vivre en nomade digital : mes 9 ans d’expérience entre travail et voyage

Vivre en nomade digital est loin des stéréotypes que tu trouves sur internet. Par exemple ? Ce n’est pas un métier, mais un mode de vie. Et plus tu te déplaces, plus tu casques – moins tu as de temps pour bosser. Comment aborder l’aventure ? Comment Gérer ? Constat réaliste et trucs à savoir (absolument !) à travers mes 9 ans d’expérience.

lire plus
Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Pas que je déteste l’Albanie. Certains paysages sont magnifiques et les gens sont accueillants. Ils ont même un certain style… Mais entre dictature stalinienne et capitalisme sauvage, le pays a oublié de passer par la case civilisée. Un peu comme les américains qui, comme disait Sacha Guitry :
« Sont passés directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation. »

lire plus

47 Commentaires

  1. jconsult

    Un souffle historique vient de passer, jouissons de ce moment unique et sachons l’apprécier. Merci.

    Réponse
    • Tony

      Tant que ce n’est pas le souffle du napalm qui vient chauffer nos méninges. :)
      J’avoue avoir également beaucoup apprécié me documenter sur le sujet. C’est fou ce que la France a pu faire dont on entend peu parler au final.

  2. Chris @ Tour du monde

    Ça n’a pas forcément l’envergure d’Angkor Wat au Cambodge ou de la cité interdite en Chine mais ça a l’air chargé d’une histoire récente particulièrement forte qui doit donner à ces lieux une atmosphère bien unique…

    Réponse
    • Tony

      Vrai Chris. Cette mini cité interdite n’a pas l’envergure de sa grande sœur chinoise. Les colons ne lui en ont pas laisser l’occasion. Je n’avais pas imaginé que l’histoire du Vietnam fut à ce point tourmentée. Les vietnamiens ne semblent pourtant pas en vouloir à leurs anciens ennemis malgré les millions de mort sur 35 ans.
      L’atmosphère de Hué m’a donné une impression de beauté mélancolique accentuée par la nonchalance des habitants de la citadelle. Et j’ai beaucoup aimé l’intemporalité du lieu. Tout cela laisse songeur.

    • Sirhom

      Rien à envier à la cité interdite de Pékin, qui est bien moche et dans un sale état. Pékin a aussi connu ses temps de trouble, un peu à la même époque. Mais si la cité interdite est encore debout, c’est parce que les forces coloniales alliées ( nous ) ont fait preuve de goût, et préféré piller le palais d’été, le plus beau site de la capitale chinoise. Il semblerait que l’histoire se répète.

      La cité impériale de Hué possède son charme propre. En dépit des restaurations, l’ensemble reste passablement en ruine, mais l’atmosphère doucement balancée par le climat tropical vous plonge dans une molle rêverie éveillé.

      Rien à voir avec la cité interdite de Pékin, là c’est de la boucherie touristique.

    • Tony

      Après la lecture de tes deux billets sur la cité interdite de Pékin, je dois dire que la perspective d’une visite ne m’enchante plus vraiment. Pourquoi devrait on considérer ce genre de visites comme étapes obligatoires ?
      Nous avons eu ce cas de conscience avec la baie d’Halong au Vietnam. Au bout du compte, nous avons fait l’impasse dessus. Trop touristique.

      En fait, ce qui me gonfle le plus c’est de me retrouver avec des photos prises par mes soins mais ressemblant à s’y méprendre à des milliers de clichés trouvés sur le net. Tout le monde fait la même photo sous le même angle (le meilleur) au point que Google Maps rassemble et enchaîne ces clichés sous forme d’un espèce de morphing homogène.

      L’originalité des voyageurs m’impressionne… Mais je ne me mets pas à part, je suis le même touriste suiveur que les autres. Je me pose plus de questions que certains, c’est tout.

      Côté historique, je ne doute pas du bon goût des colons ! :) Ils ont toujours su apprécier les belles choses. Que ce soit au Vietnam, en Chine ou en Amérique latine avec les conquistadors.

      Simplement pour Hué les Français furent plus cons qu’à l’accoutumée. Ils auraient dû réagir comme les officiers allemands qui ont refusé de détruire Paris à la fin de la seconde guerre mondiale et laisser la cité interdite de Hué vide mais encore debout…

  3. Amandine

    Très chouette article et belles photos. Cela me révolte toujours quand un bout d’histoire disparaît, à grand coup de bombardement, de vandalisme, d’archéologues peu scrupuleux (ça je l’ai beaucoup vu en Amérique du Sud).
    Mais cela donne envie de découvrir Hué malgré tout … :)

    Réponse
    • Tony

      Ah oui ! L’Amérique Latine n’est pas en reste niveau gâchis. Les pertes inestimables occasionnées par les pilleurs de sites me font toujours mal au cœur.
      C’est le même sentiment de révolte qui m’anime lorsque je vois les exactions de la France colonialiste en Afrique ou en Asie. Surtout quand un petit « pardon national » suffit à enterrer l’histoire 40 ans plus tard. La connerie humaine détruit malheureusement beaucoup de belles choses.
      Je te conseille malgré tout Hué ; en amatrice d’archéologie tu devrais te régaler. :) Merci Amandine

  4. Laurent

    Le tourisme n’a pas, loin de là, que des impactes positifs sur un pays. Mais on peut au moins lui reconnaître une certaine vertu quant à la préservation du patrimoine. Je doute que de telles sommes seraient engagées s’il n’y avait pas derrière la promesse d’un afflux de touristes.

    Réponse
    • Tony

      Enfin une bonne raison d’être un bon touriste ! Je me suis souvent senti l’emmerdeur de service en tant que touriste. Et vu que je le suis 100 % du temps en voyage, j’ai tendance à me stigmatiser tout seul…
      J’apporte quand même un peu de devises au pays visité, et j’essaye de les donner au maximum de personnes qui me paraissent en avoir besoin. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui me pousse à chercher le petit boui-boui au fond d’une ruelle ou l’hôtel sans prétention mais tellement plus humain que les grosse chaînes habituelles.

      Tu as raison, les sommes engagées sont immenses à Hué et ce n’est pas uniquement pour les beaux yeux du Vietnam. J’imagine qu’une autre raison doit pousser des pays comme la France ou le Japon à contribuer grandement à l’effort de rénovation de Hué : le rachat de leur bonne conscience !

      Merci pour tes commentaires toujours aussi pertinents Laurent. :)

    • Sirhom

      En effet Laurent, le tourisme le plus souvent transforme des sites somptueux en parcs à thèmes. C’est bien le blé qui fait fonctionner la machine. Ce qui me désole le plus souvent dans mes errances touristiques, c’est que les sites que l’on visite ne sont que des coquilles vides, dont la fonction n’est plus que le transit des consommateurs. Je préfère en général les lieux vivants, par exemple les temples où l’on prie plus que ceux où l’on vient se gaver de camelote souvenir.

      Les vietnamiens n’en ont un peu rien à fout’ du patrimoine. Les communistes après la victoire comme en Chine pendant un moment, entendaient rompre avec le passé impérial, dictatorial, etc. C’est dans les années 80, à la ré-ouverture à l’international, qu’ils y ont vu un intérêt. Aujourd’hui l’Unesco travaille à la restauration de la cité, mais dans le même temps on bâtit dans l’enceinte de la cité des hôtels et des terrains de tennis, pour les voyageurs friqués que le mauvais goût n’effraie pas.

    • Sirhom

      Eh Tony c’est mignon ton passage sur la rédemption des méchants anciens. J’en ai la larme à l’œil:)

    • Tony

      Pour une fois que j’avais foi en la beauté d’un geste que je pensais louable… Quelle crédulité. Faut que j’arrête TF1 en intraveineuse moi.

    • Laurent

      Moi aussi Sirhom je préfère les lieux plus authentiques que chez Mickey. Je préfère les mosquée d’Ispahan à celles de Samarcande où l’on a été jusqu’à construire des murs autour pour cacher la vieille ville derrière, jugée sans doute disgracieuse pour les touristes.
      Mais soyons réalistes, évidemment l’argent est le nerf de la guerre. Et sans argent, pas d’entretien de ces lieux qui donc se dégradent jusqu’à n’être plus que des ruines. Je n’aurais rien contre qu’un gentil mécène s’allège de quelques millions pour payer la facture sans souhaiter la moindre retombée économique. Mais le pays des bisounours, s’il existe, je ne l’ai pas encore vraiment trouvé :-(. Donc je m’adapte … ou pas, ça dépend des lieux.

  5. soso

    Très interessant ton article sur hué.
    Par contre, le vietnamien représenté avec la peau jaune et les yeux bridés c’est un peu un cliché d’un autre temps non? (surtout que les vietnamiens ont la peau mate ou tres blanche selon les régions, mais pas jaune???)

    Réponse
    • Tony

      Salut Soso. Merci pour ton commentaire.
      C’est marrant mais j’étais persuadé que les asiatiques avaient les yeux bridés. J’ai dû me tromper, ce doit être un trait physique qui a disparu avec le temps…

      Je t’accorde que mon Viêt-Cong tire légèrement sur le jaune. Quelle couleur me préconises-tu pour la peau vietnamienne du coup ? Plutôt mate ou très blanche ? Je ne voudrais pas me faire fustiger pour avoir privilégié l’une par rapport à l’autre. Il n’y a qu’un pas entre le dessin humoristique et le racisme parait-il.
      D’ailleurs que dirais-tu de devenir l’inspectrice des couleurs de peau des personnages de dessins travelplugin ? Cool comme hobby non ? Si tu as le temps bien sûr. :)

      Et sinon, qu’as-tu trouvé de « très intéressant » exceptés les yeux et la peau de mon Viêt-Cong ?

  6. soso

    Salut Tony,

    N’y vois pas une attaque mais une simple remarque.

    Non, tous les asiatiques n’ont pas les yeux bridés (c’est tres grand l’asie)
    De même que les noirs n’ont pas tous des grosses levres et un gros nez.
    Je t’assure, les vietnamiens ont bien la peau « blanche » et pas jaune, crois moi mes parents adoptifs sont vietnamiens.
    Si on représente un juif avec un nez crochu, peut-on dire « oui mais ils ont bien un nez crochu les juifs, ou est le mal? »

    C’est simplement que (selon moi), cette représentation caricaturales des asiatiques entretient les clichés racistes.

    Là où je veux en venir c’est :
    Est-il indispensable que ton personnage est les yeux bridés et la peau jaune pour que l’on comprennent qu’il sagit d’un vietnamien? Je pense que non.

    Ton synisme et ton sarcasme dans ta réponse me surprend, pourquoi une telle réaction à la critique (qui est pourtant constructive, sans insulte ni provocation ou moquerie)

    bien à toi

    sophie

    Réponse
    • Tony

      N’y vois aucun sarcasme de ma part Sophie mais plutôt de l’amusement.
      L’horreur des exactions françaises que je dénonce ici est bien plus importante que le choix d’une nuance de couleur de peau asiatique. C’est là que tu devrais parler de racisme.
      Tu me dis « article intéressant », je te repose la question : En quoi l’est-il pour toi excepté la futilité d’une illustration ?

      Ta réaction me fais penser à celle des extrémistes du Moyen Orient ayant condamné les caricatures faites sur le voile.

  7. soso

    Un dessin n’est pas plus futile qu’un texte ou une photo.
    Les caricatures sur le voile, oui il sagissait de caricature, donc de satire.
    En quoi ton dessin cherche à être satirique?

    Qui a t’il de « drole » dans une telle représentation d’un vietnamien?

    On voit bien que tu n’as pas été victime de moqueries comme mon jeune frère à l’école.
    Peut-être faisait tu partie de ceux qui se tiraient les yeux pour se moquer de sa différence physique en singeant l’accent asiatique.

    Ne t’en fais pas je ne viendrais plus JAMAIS sur ton blog, tu n’es pas ouvert au dialogue.

    Tu réponds à une question par une question c’est tres courageux et surtout malin :
    tu évites ainsi de te perdre dans des explications dont la portée de dépasse.
    Bravo, c’est tres courageux de justifier ainsi ses publications.

    Je ne t’ai jamais accusé d’être raciste mais tu peux tout de même comprendre que certains se sentent blessés par tes caricatures de mauvais gout (ce qui n’enleve rien à tes talents de dessinateur). Je pensais à tord que tu pourrais comprendre qu’un dessin à autant de portée que les mots.

    http://www.lexpress.fr/styles/saveurs/un-dessin-raciste-sur-un-gobelet-starbucks_1160008.html

    lit cet article, tu pourras peut-être comprendre le message que je voulait te faire passer.

    cdt
    sophie

    Réponse
    • Tony

      Je le savais, tu seras vraiment parfaite pour modérer mes dessins.

      Aucune explication n’est nécessaire, tu fais très bien les questions-réponses toute seule.
      Si tu veux j’ai une bonne adresse de psy pour les traumatismes d’enfance.

      Pense quand même à lire l’article si tu reviens dans le coin, ça me fera plaisir.

      Et accepte un bisou de mes grosses lèvres de blanc pour te consoler. ;)

    • Sirhom

      Boh Soso, faut pas le prendre comme ça ! Où es-tu née pour avoir la peau blanche et pas les yeux bridés ? Ma copine est née à Hanoï et sa peau est ambrée, un délice. Moi je suis français du terroir teinté espagnol, et à coté j’ai l’air d’un foie gras surgelé. Notre fille a les yeux bridés, mais j’y suis pour rien.

      C’est vrai qu’il règne en France un mépris tacite et entendu au sujet des asiatiques. La question ultra-médiatisée du racisme ne les concerne pas. Aujourd’hui c’est le domaine exclusif des blacks, des arabes et des juifs. Les chinois par exemple doivent au moins être étudiants en œnologie, pour mériter le statut de victimes raciales.

      N’empêche, il faut arrêter un peu avec ces pseudo convenances anti-racistes qui mettent tellement tout à plat que plus rien n’a de relief. Avec ça et un certain féminisme, il faudrait à présent voir contre ses sens qu’un black c’est pareil qu’un blanc, qu’une nana c’est pareil qu’un mec. Moi je marche pas.

      Par ailleurs, je trouve pas le traitement de Tony, et son dessin de VC abusifs ou complaisants. Il aurait pu lui faire une dentition de rongeur, comme Hergé dans Tintin. C’est pas le cas. Il colorie en aplat, il faut donc choisir une unique couleur.

      C’est quelle couleur la couleur interdite ?

    • Tony

      Soso a disparu… Sûrement au profit d’un nouveau pseudo pour de nouveaux commentaires aussi pertinents que les précédents.

      Les « convenances anti-racistes qui mettent tellement tout à plat que plus rien n’a de relief ». Alors là chapeau bas ! Je n’aurais su le dire de plus belle manière.

      Je remarque que les asiatiques sont beaucoup plus discrets dans leurs revendications ethniques. On m’a toujours dit que ceux qui n’ont rien à prouver n’ont pas besoin de parler à tout va de leur condition. Serait-ce la raison de leur pudeur ou est-ce simplement culturel ? Peut-être un mix des deux.

      En tout cas j’avais remarqué cette petite teinte espagnol chez toi. Encore un point commun : j’ai également mes origines ibériques mais du côté catalan. :)

    • Valérie

      Bonjour… Je découvre aujourd’hui ce blog et ton billet sur Hué au cours de recherches pour un article à écrire sur un circuit touristique au Vietnam.
      Merci Tony pour le ton sincère du blog et ces commentaires « francs du collier » :-)

      Mais je n’aurais pas posté ce message sans l’échange tendu provoqué par Soso…
      Bien blanche aux yeux bleus, née en Afrique et ayant beaucoup voyagé (mais pas en Asie), j’adhère TOTALEMENT au commentaire de Sirhom et je suis certaine que mes ami(e)s de couleur aussi
      Bon vent ! Je reviendrai te lire, c’est sûr !

    • Tony

      J’espère que les quelques infos de l’article t’auront servi pour ton circuit Valérie, j’ai passé beaucoup de temps à les dégoter et les comparer à l’époque.

      Tu m’as fait relire le fil des commentaires du coup. Un an plus tard, je trouve plus que jamais celui de Sirhom extrêmement pertinent. Des remarques comme celle de Soso nous montrent bien à quel point les petits esprits se focalisent sur des questions sans intérêt, comme celles de la stigmatisation de bas niveau et du communautarisme primaire.

      La manipulation doit sûrement être à l’origine de ce genre de pensées.
      Dans le cas de Soso ce n’est pas très grave puisque ce n’est que de l’angélisme qui reste assez gentillet. Mais à plus grande échelle, ce genre de raisonnement n’amène les peuples qu’à se différencier des autres en insistant inutilement sur des différences futiles qui les détournent des vraies valeurs que nous devons prôner.

      Diviser pour mieux régner est le mot d’ordre de cette manipulation que nous retrouvons un peu partout dans le monde (Afrique, Balkans, etc…).

      Ravi qu’il y ait des personnes comme toi sur cette planète en tout cas. Tu es née où exactement ? Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ?

  8. Bertrand

    Je vais te surprendre mais j’ai plutôt apprécier cette petite promenade touristique autour de la citadelle à hué :) Je n’ai pas été jusqu’à entrer à l’intérieur mais j’ai aimé les portes qui permettent d’entrer dans la vieille ville, la vieille ville elle même et le calme qu’il y a autour de la citadelle. J’aime particulièrement me poser dans ce genre de ville, ni trop grande, ni trop touristique.

    Réponse
    • Tony

      Plus rien ne me surprend avec toi.

      Et puis Hué est vachement sympa, tu as raison. Le genre de ville que j’aurais voulu faire plus à fond d’ailleurs. Pour le peu que j’y suis resté j’ai trouvé les gens plutôt cool là bas.

      J’avoue avoir eu une petite pensée pour toi en écrivant l’article. Je me suis dit, ça au moins ce n’est pas trop porté archéologie, ça lui plaira sûrement plus. Gagné ! :)

  9. Marc

    Sympa cet article, ca change. J’ai appris pas mal de truc, moi qui ne suit pas très porté sur l’histoire, notamment la reproduction de Nguyen lol xD

    Pour repondre à soso: dsl mais dans la plupart des illustrations les asiat sont représentés comme ça. Fais moi une illustration de soldat avec les yeux normaux et la peau blanche, personne ne pensera qu’il sera asiat. Sauf si tu lui met le drapeau de son pays sur son casque…

    Et l’asiat qui s’occupe de la blanchisserie dans Lucky Luke ????? Porte plainte, les créateurs sont racistes…

    Dessinons les noirs avec la peau blanche aussi, non ? :)

    C’est vraiment chercher la petite bête pour troller…

    Réponse
    • Tony

      Alors là tu fais très fort Marc ! Grâce à toi, et accessoirement Lucky Luke, je viens de retrouver un des mes partage Google+ datant de mars 2013.
      C’est ce dessin. Il reprend exactement ton idée mais avec les noirs !
      D’ailleurs je disais mot pour mot en commentaire : Gaffe à ne pas dessiner les asiatiques avec des yeux trop bridés…

      Comment ai-je pu oublié ça.
      A l’époque, j’étais le futur commentateur de ma mésaventure présente ; un devin en quelque sorte… ok j’arrête mes conneries.

      En tout cas merci pour le compliment, je me suis bien marré sur le fait que tu en ai tant appris sur la reproduction des Nguyen. :D
      31 gosses ! Il faut les assumer.

      Et merci surtout de m’ôter le doute que je puisse être un parano réactionnaire avec Soso.
      Personne d’autre que toi n’a réagit. Me remettant en question assez facilement, je commençais à douter du bien fondé de mes réponses.

    • Laurent

      Bah c’est-à-dire qu’étant un peu tire au flan, je n’ai pas osé réagir au sujet du dessin. La rumeur court comme quoi un dossier sur « le cas Tony » est prêt à être déposé à la cour internationale de La Haye. Tu comprendras donc que le sujet soit délicat ;-)

    • Tony

      Tu n’es pas un tire au flan Laurent, tu es censé. Ne jamais défendre une réputation indéfendable est un bon principe. :)
      J’ai regardé la liste des condamnés par La Haye et je remarque que parmi les 40 ordures présentes il n’y a personne qui s’est occupé des vietnamiens… J’ai trouvé ma niche ! Je plaide coupable. ^^

  10. Jonathan de voyagecast

    Misère de misère, Tony tu fais de ces articles ! Moi qui me plaint de temps à autre que les blogs de voyages sont trop lisses, tu me cloue le bec ! J’avais déjà plaisir à voir tes dessins, j’en ai actuellement à lire tes articles, n’as-tu donc aucune limite ? Laisse un peu de talent pour les autres, c’est frustrant pour nous là !

    Pour les dessins, je crois surtout que le second degrés de ton commentaire n’est pas passé… Surtout qu’en regardant il n’est même pas si jaune que ça, tu l’aurais fait citron j’aurais dit ok, mais là… Par contre si tu décide de dessiner un suisse, ne le fait pas habillé en paysan entrain de traire une vache en montagne en mangeant du chocolat, sinon je ne reviendrai plus JAMAIS lire ton blog, na ! Et le banquier avec une valise pleine de billets et une montre en diamants non plus d’ailleurs…

    Peace&love ;-)

    Réponse
    • Tony

      J’allais m’endormir quand j’ai lu ton commentaire Jonathan ; et je ne te félicite pas : tu m’as tellement fait rire que ça m’a réveillé !

      Pour la peine, le premier Suisse que je dessinerai sera un paysan style « grand père de Heidi » avec une valise pleine de pièces en chocolat et une montre flik flak.
      C’est ça ou un tennisman français. A toi de choisir.

      Tes compliments ont tellement gonflé mon égo que j’ai essayé de me rouler une pelle… en vain. :)
      C’est vraiment bon de voir qu’un gros travail est apprécié à sa juste valeur. C’est grâce à des retours comme le tien que je trouve la motivation de faire autant de recherches quitte à y passer plusieurs jours.
      Merci à toi !

  11. Marie

    Article très intéressant, Tony, une fois de plus. Bravo pour ton travail de recherche et ce style rédactionnel qui rend la chose très agréable à lire, en plus du côté instructif.
    C’est à mon sens la seule chose à retenir de ce billet, et je te confirme que ton dessin ne m’a aucunement choquée.
    Par contre,j’en profite pour dire que je m’élève violemment contre toutes les représentations que l’on fait du français à travers le monde: affublé d’un béret et d’une baguette de pain.
    D’ailleurs, j’envisage de créer la ligue de défense de l’image du français, car moi, française, n’ai jamais porté de béret, non mais oh. Damned!! Mouahaha…!!

    Réponse
    • Tony

      Et bien tu pourras dire merci à Haydée si la lecture de mes articles reste agréable. Sans elle je t’écrirai un livre d’histoire imbouffable à chaque billet ! :)

      Le stéréotype béret/baguette du français est tenace. Tu as oublié d’y ajouter l’accessoire « Citroën 2CV » pour parfaire le tableau.

      Je m’insurge également contre la représentation de la couleur de peau française. Pourquoi le français aurait-il la peau blanche ? En bonne terre d’accueil que nous sommes, notre melting pot est impressionnant, toutes les couleurs sont présentes.
      Nous ne sommes pas tous des petits cochons rose et je refuse cette caricature d’un autre temps !
      Tous les prochains français que je dessinerai seront noirs avec des gros nez pour la peine.
      Ou avec des nez crochus ? Mince, ça frôle l’antisémitisme là…^^

  12. Thibaut ProfiterduMonde

    Article très recherché !
    Moi j’étais allé à Hué il y a 2-3 ans, et j’avais adoré, sans rien connaître historiquement…
    Il y a aussi Hoi An qui doit être intéressante comme ville niveau historique.

    Réponse
    • Tony

      Oh oui Thibaut, beaucoup de recherches et grosse synthèse de mon expérience couplée à tout ce que j’ai trouvé de pertinent sur la toile.
      Autant dire des dizaines d’articles…

      Pas besoin de connaître son histoire pour adorer Hué, c’est clair. :)
      Quant à Hoi An, Son passé est beaucoup moins chargé mais ça vaut le détour.
      Pour y être resté quelques jours, je l’ai trouvée agréable bien qu’extrêmement touristique. Tu n’imagine pas le nombre d’hôtels de luxe qui se construisent en ce moment sur ses côtes.
      Mais avec un vélo et une exploration un peu plus poussée des environs, tu tombes sur de petits endroits magnifiques et des habitants charmants.
      A voir !

  13. Jules

    Un article passionnant et très bien écrit. Le Viêt Nam est un pays qui m’intéresse beaucoup à l’histoire douloureuse mais captivante. J’ignorais totalement l’existence d’un tel ensemble d’édifices. C’est vraiment impressionnant ! La reconstitution digitale est bien faite, en plus en VO ça donne forcément un côté authentique :) Merci pour toutes ces découvertes !

    Réponse
    • Tony

      Merci Jules, j’ai découvert Hué par hasard et je remercie la compagnie de bus de nous avoir obligé à faire cette escale improvisée.
      Je suis content de ton retour sur la reconstitution digitale car j’ai effectivement pensé la même chose.

      C’est vrai que le Vietnam n’est pas en reste au niveau de son histoire douloureuse. Et pourtant la majorité des vietnamiens garde un respect impressionnant envers ses anciens ennemis.
      Bon, de temps à autres tu peux croiser le regard d’une femme de victime de la guerre chargé de quelques réticence quand tu lui parles, mais ce n’est jamais méchant. Et je me mets à sa place…

  14. Francois Denis

    Je tombe par hasard sur votre site.. j’habite pour ma part depuis 2 ans a Hue et je me passionne pour l’histoire de cette ville.. dans vos propros, on sent bien la version vietnamienne des choses… normal, le vainqueur écrit toujours (son) histoire… les choses ne sont pas si simples et vous devriez vous renseigner un peu plus avant d’écrire certaines choses… notamment sur la période de 1947… a cette époque, le vietminh a déclaré la guerre aux français et occupe le terrain.. les français vont mettre quelques semaines pour les déloger… a hue, comme un peu partout, le vietminh pratique « la terre brûlée » et incendie tout sur son passage, avant de quitter les lieux, pour empêcher « le retour de l’ordre ancien ». La plupart des bâtiments de la citadelle ont ete brûlé par eux et en aucun cas par les français. En 1885, les français ont pille la citadelle, mais suite a une attaque extrêmement violente des vietnamiens. Cordialement.

    Réponse
    • Tony

      Après maint recoupements entre bouquins et articles du net sur le sujet, je suis passé à côté de l’info expliquant que le vietminh pratiquait la technique de la terre brûlée. Comme quoi il faut des passionnés pour creuser plus avant dans l’histoire et rectifier certains dires des blogs de voyage. Merci pour la précision François.

      Il ne faudra pas trop m’en vouloir de ne pas approfondir d’avantage ou de faire quelques raccourcis quant à l’histoire de la ville. Le sujet mérite bien plus de mots que mon billet. Traitant plus de voyage que d’histoire, je ne pourrai jamais prétendre tout expliquer ; trop long, trop fastidieux. Du coup si des lecteurs peuvent ajouter quelques compléments d’information, voir même rectifier certaines choses comme tu l’as fait, j’en suis ravi.

      Par contre, pour 1885, doit-on excuser pour autant les représailles françaises dues à l’attaque vietnamienne ? Imagine qu’un pays veuille envahir le tien en prenant en main sa gestion contre son gré, ne réagirais-tu pas violemment ?
      S’insurger contre le colonisateur me paraît légitime. Envahir un pays pour ses ressources l’est beaucoup moins à mes yeux. Mais peut-être y a t-il des raisons obscures légitimant tout cela dont je ne suis pas au courant…

  15. Cath

    Bonjour ! Je me permets juste de vous signaler une erreur concernant votre chronique sur la période «Guerre d’Indochine 1946-1954 ».

    Le massacre de My Lai auquel correspond la photo que vous avez postée (pas plus d’ailleurs qu’un quelconque autre massacre de ce type) n’a pas été perpétré par des soldats français durant la Guerre d’Indochine, mais par des américains, durant la seconde partie de cette Guerre qu’ils nomment « Guerre du Vietnam ».

    Cela s’est produit le 16 Mars 1968, en représailles à une embuscade du Vietminh ayant causé la mort de plusieurs GI. Et bien que ça ne change pas grand chose à cette abomination, ce ne sont pas 6000 civils mais 504 qui ont été massacrés à My Lai, et dont les noms figurent d’ailleurs sur le Mémorial du village.

    Les français sont responsables de bien des exactions dans le Monde, que je trouve vraiment bien de dénoncer, mais celle-ci n’est en revanche pas de leur fait, et je tenais par conséquent à vous notifier cette petite erreur. Non pas que je sois militariste ou même chauvine, bien au contraire. Disons juste que j’aime bien rendre à César ce qui lui appartient, et dans le cas présent, César est américain ;-)

    Mais j’espère que vous ne m’en voudrez pas d’être venue mettre mon grain de sel dans votre article. Cela étant, j’ai passé un très agréable moment sur votre blog, vraiment sympa à lire et à regarder ! Et donc merci pour ça ! Je vous souhaite un bon dimanche…

    Amicalement de Bretagne,
    Cath

    Réponse
    • Tony

      Merci beaucoup pour cette correction Cath. Je vais m’empresser de rectifier tout cela et je te remercie de l’avoir signalé. Dommage que César soit souvent américain quand il s’agit d’exactions.
      N’hésite pas à revenir vers nous si tu voyais d’autre erreurs car je sens une certaine érudition du Vietnam dans tes écrits et il est toujours bon d’avoir les conseils de spécialistes comme toi.
      Et vive la Bretagne ! :)

  16. Cath

    Hello !

    C’est moi qui vous remercie, Haydée et toi, pour toutes les choses instructives qu’on apprend sur ce blog, et pour le plaisir des yeux ! :-)

    Et… euh… non, je ne suis pas vraiment érudite sur la question du conflit indochinois puis vietnamien, mais juste à fond dedans en ce moment, pour causes de recherches. Du coup ça tombait seulement pile poil ! ;-)
    Quant aux soldats américains… bah… je crois que si on entend si souvent parler de leurs exactions, c’est juste parce qu’ils sont plus fréquemment en position d’ingérence que les autres. Nation américaine, ultra-impérialiste par excellence, et donc partout là où elle n’a rien à faire…
    Mais je crois que si on creuse, de nombreux états n’ont rien à lui envier, à commencer par le nôtre, au passé colonialiste peu reluisant ;-)
    Sans parler du fait que, de toute façon, les guerres ont toujours exalté chez nombre d’humains un côté déjà passablement violent. Du coup, c’est la porte ouverte à tous les défoulements. Bref, pas franchement la joie ! ;-)

    Pour ce qui est de ton illustration d’un vietnamien à « peau jaune et yeux bridés », s’il ne correspond pas aux parents de la demoiselle qui s’est sentie blessée, en revanche il correspond tout à fait à un ancien copain que j’avais, dont la peau magnifiquement dorée et les yeux en amande étaient à faire pâlir d’envie n’importe quelle donzelle. Et je ne pense pas qu’il aurait été vexé deux secondes par ton dessin ! ;-)

    Belle semaine à tous…

    Réponse
    • Tony

      C’est vrai que le colonialisme européen n’a rien à envier à l’impérialisme américain…
      En tout cas ta rectification m’a fait bouger la photo bien plus bas dans l’article, un petit remaniement nécessaire pour rester cohérent. Au final les 6 000 morts n’étaient pas associés à la photo de My Lai, une confusion que je ne pouvais me permettre de laisser ainsi.

      Pour l’illustration je ne sais pas si la demoiselle s’est vraiment sentie blessée ou si elle a joué le jeu du discrédit mais nous avons continué notre échange par mail sans qu’elle veuille entendre raison. Mais qu’est ce que j’ai ri ! Et pour cela je l’en remercie.

      Jolie description de ton copain en tout cas, ça donne envie de goûter même pour un hétéro comme moi. ;)
      Au plaisir Cath !

  17. Phong

    Merci pour votre article.
    J’ai deja vue le film de My Lai : Massacre at My Lai Four. C’est une partie de l’histoire, ils n’oubliront pas les Vietnamiens comme moi.

    Réponse
  18. Valérie

    Bonsoir Tony

    Je suis toute honteuse de ne réagir que maintenant à ton message du 26 novembre 2014 ….. Allez, mieux vaut tard que jamais !

    J’ai beaucoup apprécié de recevoir ton commentaire et je pense que nous partageons une vision du voyage, du monde et des relations humaines.

    J’en profite pour souhaiter à tous les visiteurs de ton site (je ne suis PAS sectaire – lol) la plus belle années 2015 possible.

    Pour répondre à ta dernière question, j’ai 53 ans, suis née au Gabon et y ait vécu jusqu’à mes 8 ans. Retour en France en 1968 (le 30 avril, ça ne s’invente pas!)

    Un BTS Tourisme, des études de langues et de commerce international. 25 ans de salariat d’assistante de direction à responsable du développement international. Un licenciement en 2006 « parce que je devenais trop vieille » (juré, c’est vrai même si c’est officieux). Depuis 2007, travailleur indépendant d’abord dans l’aide au développement export des tpe-pme et depuis un peu plus d’un an, je fais enfin ce que j’aime le plus : écrire. Je suis donc rédacteur-correcteur-traducteur. J’écris et/ou traduis des contenus print et web pour des agences multimédia, des plateformes de rédaction et des clients directs.

    Je suis arrivée sur ton site pendant mes recherches pour la rédaction d’un article sur le Vietnam…. Et j’y ai passé des plombes. J’ai adoré !

    J’ai pas mal voyagé : Grande-Bretagne et URSS pendant mes études – Beaucoup en France et Belgique pendant les 4 années où j’étais accompagnatrice de voyages le week-end – Et plus tard en Afrique du Sud, Pays-Bas, Suisse, Belgique, Namibie, USA etc… en déplacements professionnels. Je ne suis jamais allée en Asie, pour l’instant.

    That’s all folks ! pour aujourd’hui du moins.

    A bientôt

    Réponse
    • Tony

      Tous mes vœux également pour cette nouvelle année Valérie. Elle s’annonce très mouvementée. Enfin, comme les autres me diras-tu. :)

      Et bien quel parcours, je suis impressionné !

      Ce qui me fait le plus plaisir dans ta réponse, c’est ta capacité à rebondir quelque soit ta situation professionnelle. Et surtout le fait d’avoir su monter dans le wagon de la révolution numérique bien avant la plupart des personnes de ma génération. Chapeau bas.

      Par contre, virée à 45 ans parce que tu étais considérée comme trop vieille me sidère complètement. Les voix de l’esclavagisme moderne sont déraisonnables…

      Niveau voyage, si tu n’as pas fait l’Asie, que tu aimeras sûrement quand tu y seras, je t’envie d’avoir eu l’occasion de visiter l’URSS que je ne connaîtrai jamais en tant que telle.
      J’ai par contre bon espoir de vivre un jour dans certains pays d’Afrique noire et en Russie.

      En tout cas, si tu as des enfants je les envie aussi, car tu dois avoir des tonnes d’anecdotes intéressantes à leur raconter et une propension à leur ouvrir l’esprit qui n’aurait pas été pour me déplaire.

      Au plaisir Valérie.

      PS : Très sympa ton site pro.

Trackbacks/Pingbacks

  1. A Vientiane, le touriste s’emmerde et l’entrepreneur français s’éclate - […] la guerre du Vietnam. Il sert alors de foyer de mercenaires aux Américains et de base arrière pour les…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This