12 raisons qui peuvent vous faire détester le voyage

Vous la sentez la crasse là... parce que moi oui !

Écrit par Haydée Bouscasse

Web-entrepreneuse et formatrice 2.0, j’aide les salariés lancer leur business en ligne en parallèle de leur travail.

Mis à jour le 28/05/2020 | Publié le 17/05/2013

Mettons les choses au clair : Vous êtes un accroc au voyage depuis bientôt une décennie et vous avez même renoncé à votre carrière d’ingénieur pour bourlinguer sur les routes ! Mais il y a des jours où vous raccrocheriez bien votre sac à dos. Dur de se l’avouer mais certaines raisons nous amènent parfois à détester le voyage.

1. Les vols retardés et les correspondances manquées

Ne vous est-il jamais arrivé d’attendre encore et encore, sans que l’on vous donne la moindre info ? Et au bout de 4h, la compagnie vous apprend que votre vol est annulé…

Dessin voyageur en sitting sur piste d'aéroport

 

Ce fut mon cas en février, lors de mon séjour en Asie. L’avion annulé a pourri les vacances de la moitié des passagers et occasionné quelques remous dans l’aéroport ! Heureusement que je partais plus de 2 mois sans problème de connexion par la suite.

Il y a de quoi vous plomber un début de voyage, planifié ou pas. Imaginez les frais supplémentaires.
N’hésitez pas à porter réclamation en cas de litige. Par flemme ou par manque de connaissances juridiques, peu de personnes le font.

2. Le jetlag (comment dit-on en français déjà!?)

Vous arrivez enfin à destination, un charmant petit village typique que vous vous empressez de visiter et Bam ! Vous êtes soudainement touché par une vague de somnolence en plein après-midi.

Et vous ne restez que quelques jours, misère… A peine le temps de vous adapter que vous voilà déjà reparti.

3. Les racoleurs en veux-tu en voilà

« Good price for you my friend » ! A Bangkok, le Caire ou Marrakech, combien de fois l’aurez vous entendu ? En restant à proximité des marchés et des attractions touristiques, vous n’y échapperez pas ! Vous pourrez passer devant eux 10 fois, ils vous serviront toujours le même refrain.

4. Trop de voyageurs et c’est de pire en pire !

Groupe de voyageurs au Laos

Un melting-pot de voyageurs au Laos pour notre plus grand plaisir… :)

Vous ne pensiez tout de même pas être le premier à vous déplacer à l’étranger? Difficile d’accepter de faire parti du troupeau. Vous ne vous sentez plus unique.

Prenez Rome et ses hordes de touristes armés jusqu’aux dents de caméras et d’appareils photos. Ou Kaoh San Road à Bangkok rempli de jeunes à la mode « pantalon Thaï spécial touriste » façon hippies.

En 2012, le site Veille infotourisme assurait que les touristes avaient dépassé le milliard. Ils envahissent le monde !

Voilà sûrement ce qui me fera choisir des destinations insolites. Privilégions Myanmar au Vietnam, l’Albanie à l’Italie, ou encore l’Arménie à la Pologne.

5. Les demandes de visa, c’est long, c’est cher, c’est lourd…

Et nous y passons tous ! L’article de Corinne nous décrit bien le bordel administratif que l’on peut vivre en tant que nomade. Les démarches d’obtention d’un visa, le prix et les délais d’attente peuvent en démotiver plus d’un.

J’ai dû batailler ferme un mois durant pour récupérer un nouveau passeport Irlandais ! Ce fut tout une histoire et l’Irlande m’a fait ressentir à quel point le manque d’ambassades est particulièrement problématique dans certains pays.

6. Vous vous sentez sale ?

Haydée en pause vélo

Vélo vers l’Alsace sans douche : Vous la sentez l’odeur là? …moi non plus donc tout va bien :)

Aaaah ! La liberté d’un trajet Paris-Alsace en vélo ! J’avais fait le choix de faire du camping sauvage. Imaginez 80 km par jour sous le cagnard d’août sans point d’eau et surtout dans ma sueur. Heureusement sur les 7 jours à l’aller je me suis octroyée un camping municipal.

Dans l’Atlas au Maroc, lorsqu’on treck dans les montagnes, il n’y a pas de douche, il y a des points d’eau… glacée ! Je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas été courageuse sur ce coup là. J’ai préféré rester crade ! Mea culpa

Partir à l’aventure sous-entend poussière, crasse et pays pauvres alors il faudra bien vous y habituer un peu.

7. Vous faites un accident, aïe !

Dur de se faire rapatrier, ou au mieux de regarder les autres danser sur la plage depuis votre fauteuil roulant.
Et vous n’êtes pas assuré ? La flemme des démarches, de payer ou vous dire tout simplement : « Tout va bien se passer » vont vous coûter très cher !

Payer toute votre vie pour économiser sur votre santé n’est-ce pas une belle raison de détester votre voyage ?

8. Les dortoirs, on aime jusqu’à un certain point

Vous avez rencontré des nouveaux voyageurs, échangé, fait la cuisine, rigolé et même fait la fête avec eux ; ces moments étaient plus que cool ! Mais avec le temps on se lasse et certains inconvénients deviennent pesant. Je me souviens d’un dortoir de 10 personnes en Argentine à Buenos Aires.

un dormeur cul nu en dortoir de voyageurs

Une belle photo représentative des dortoirs – mon lit est en face …

Entre un ronfleur éléphantesque, un vantard grande gueule et les allées et venues permanentes des autres colocs, la vie était presque impossible ! Sans compter que mon lit à moitié cassé promettait un confort digne d’une meule de foin.

Et puis, j’ai beau profiter à fond de la compagnie des autres, certains moments sont réservés à mon intimité et mon confort. Vous vous voyez faire l’amour dans le dortoir vous ?

9. Des nuits dans les aéroports

Rester bloqué des heures dans l’aérogare est encore une chose que nous vivons tous. Si vous devez y passer la nuit, vous savez que les sièges seront parfois rares.

Pire ! Le design des fauteuils est fait par des sadiques ! Ils ont délibérément ajouté des séparations entre chaque siège afin qu’aucune personne ne puisse s’y allonger. Vous savez alors que vous finirez par terre.

A l’inverse, les fauteuils de Sao Paolo étaient tellement confortables que je me suis endormie en attendant ma correspondance… Je l’ai chopée mais seulement dans mes rêves :(

10. Les guides sont la voix de dieu… des moutons, pardon

Lonely Planet livreVous avez déjà suivi un Lonely Planet à la lettre ? Quand tout le monde suit le même guide tel une Bible, où est donc le plaisir de découvrir ?

Vous sentez cette petite culpabilité qui vous titille lorsque vous rencontrez les mêmes personnes tout au long de votre périple ? Vous vous dites bonjour d’un air gêné en vous disant intérieurement :

« Ah, toi aussi tu as lu le même guide que moi ? »

11. Et les toilettes publiques, ça existe ici ?

Vous avez déjà remarqué que c’est dans les pires situations qu’un sévère mal de ventre vous prend ? Les produits exotiques font leur effet et pas de WC en vue pour vous soulager.

L’expérience fait que vous trimbalerez toujours un rouleau de PQ dans votre sac, prêt à faire un sprint pour vous cacher dans la nature. D’ailleurs, avec le temps je préfère largement pisser dehors que dans des toilettes publiques, c’est plus hygiénique.

12. On vous a volé votre sac

Arme

On vous a volé votre sac ?

Au revoir petit appareil photo, adieu beaux clichés de voyage. Il y a de quoi enrager ! Mais quand on vous agresse avec une arme, vous avez tendance à refiler toutes vos affaires sans réfléchir.

Enfin, ça dépend pour qui…


Vous vous repassez le film en imaginant comment vous auriez pu sauver vos biens et ça vous tient longtemps après le voyage. Espérons que ce ne soit pas votre carte bancaire ou votre liasse de billets « trouvée » par une femme de ménage…
Mais c’est grâce à toutes ces difficultés que l’on peu apprécier les bonnes raisons de voyager à leur juste valeur. Et c’est une fois rentré, quand la routine s’installe, qu’on se remémore tous ces moments, bons comme mauvais, avec plaisir…
A vos commentaires pour la 13ème galère ! Je suis sûre que vous avez d’autres exemples qui peuvent nous faire détester le voyage à me soumettre.

Haydée Bouscasse

 

 

Nos guides et stratégies directement dans ta boite mail

CATÉGORIES

PRODUITS

Tu aimeras sûrement aussi…

Vivre en nomade digital : mes 9 ans d’expérience entre travail et voyage

Vivre en nomade digital : mes 9 ans d’expérience entre travail et voyage

Vivre en nomade digital est loin des stéréotypes que tu trouves sur internet. Par exemple ? Ce n’est pas un métier, mais un mode de vie. Et plus tu te déplaces, plus tu casques – moins tu as de temps pour bosser. Comment aborder l’aventure ? Comment Gérer ? Constat réaliste et trucs à savoir (absolument !) à travers mes 9 ans d’expérience.

lire plus
Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Nomade digital en Albanie ? Non merci…

Pas que je déteste l’Albanie. Certains paysages sont magnifiques et les gens sont accueillants. Ils ont même un certain style… Mais entre dictature stalinienne et capitalisme sauvage, le pays a oublié de passer par la case civilisée. Un peu comme les américains qui, comme disait Sacha Guitry :
« Sont passés directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation. »

lire plus

73 Commentaires

  1. Mat

    « Vous vous voyez faire l’amour dans le dortoir vous ? »: fait ! et on était pas les seuls en plus (à le faire en même temps je précise). Suffit d’être discret histoire de pas réveiller le voisin.

    Réponse
    • Haydée

      @ Mat,
      Bon ok… ça m’est déjà arrivé aussi, je l’avoue ;) Mais disons que tu ne vas pas en faire ton activité quotidienne vu les conditions et qu’il est important d’avoir un minimum de respect pour les autres.

  2. Benoit(novomonde)

    Ahahah… excellente la photo du dortoire ;-)… Moi j’espère juste ne pas vivre la même mésavanture que vous en Amérique du sud… C’est vraiment un truc qui peut te bousiller un voyage…

    Réponse
    • Haydée

      @ Benoit, oui, disons que la suite du voyage a été dure. Ce n’est plus aussi évident de visiter les villes en marchant des heures avec un pied arraché ! Sans compter une grosse semaine pour refaire les passeports …. Bref ce qui ne tue pas rend fort, c’est ce qu’on dit.

  3. Bertrand

    Je retiendrais deux points qui me sont difficiles à supporter : les racoleurs, surtout quand il s’agit de drogue ou prostitution, j’aurais à chaque fois envie de leur en coller une mais je ne le fait pas :)

    Et le tourisme de masse, surtout quand il s’agit avant tout de venir profiter de la pauvreté d’un pays pour bénéficier à moindre cout des deux points cités précédemment ou tout simplement collectionner les pays parce que ça fait « intelligent » de voyager. Le prix de la bière est trop souvent le critère d’appréciation numéro un dans certains pays !

    La conclusion de tout ça, la même que toi, jusqu’à présent je voulais avoir une vue d’ensemble du monde, j’ai profité de pouvoir voyager sur une longue durée pour le faire, mais aujourd’hui je privilégierais la qualité à la quantité. Autrement dit, si je ne peux pas faire 500 Km sans croiser un « hot spot » de la débauche, je n’y vais plus. Je ne veux pas prendre part à cela, ni de prêt (ça n’arrivera jamais), ni de loin (pas même comme spectateur) !

    Mais ça ne me fait pas détester le voyage pour autant, je sélectionne.

    Réponse
    • Haydée

      @ Bertrand,
      Ah bon tu ne leur en colle pas une ? Ils ne la méritent pas de toute façon, ça leur donnerai trop d’importance et du crédit pour te la rendre lol.
      Tout à fait d’accord avec le « j’ai visité nombre de pays et je reviens en France pour payer ma phrase et me donner des airs d’intelligence » !

  4. Laurent

    Je suis assez d’accord avec toi pour les vols, le pire c’est que cette fièvre est contagieuse, que les gens arrivent à se prendre la tête eux même. Après, les « trop de voyageurs », c’est facile à éviter, il faut sortir de certains chemins battus et aller aux bons horaires afin d’éviter les hordes de vilains, qu’ils cherchent à te vendre ou à acheter.

    Quant aux destinations moins touristiques comme la Croatie, je ne trouve pas. C’était déjà la queue à Zadar, Split et Dubrovnik au début des années 1980…

    Par contre, je ne suis pas d’accord avec l’hygiène en voyage. C’est très facile d’emmener de quoi se laver à vélo (je ferais un post là-dessus), de squatter les clubs de foot, les douches des campings à l’oeil…

    Réponse
    • Haydée

      Salut Laurent,

      On peut toujours éviter ce « trop plein de voyageurs » mais on le déteste quand ça arrive !
      Tu as sûrement raison pour la Croatie, j’ai été un peu vite sur ce coup là, quel pays me conseilles-tu de mettre à la place alors ? J’aurai aimé une solution de rechange ;)

      Concernant l’hygiène je te renvoi à l’article de Ryan que je met en référence.
      Ma première expérience à vélo m’a montré ces erreurs de débutants et sur le trajet je n’ai pas vu des clubs de foot partout ni de camping d’ailleurs. J’aurai dû me renseigner avant, c’est la leçon que j’en ai tiré. J’ai malgré tout utilisé les toilettes des cafés-bar pour une petite toilette de temps en temps.

  5. Corinne

    Omagad la photo du dortoir, mortelle :D
    Moi ce qui me fait le plus chier ce sont les racoleurs. J’en viens à éviter certains pays/régions rien que pour ça tellement ça me saoule. Où alors y rester assez longtemps histoire de bien m’y afficher pour qu’on me foute la paix (c’est bon, celle-là on la connaît, elle nous achètera rien).
    À part ça j’ai fait caca au sommet d’une montagne une fois, sacrée vue :p

    Réponse
    • Haydée

      @ Corinne,
      Pour la photo, j’étais avec un autre collègue du dortoir et nous avons voulu immortaliser ce moment. Quelle chance, j’ai pu ainsi illustrer mon article avec. Et pour les curieux, ses coucougnettes étaient cachées par le drap :)
      Si j’avais pensé utiliser cette photo pour un article du blog !

      Concernant les racoleurs, lorsque j’étais en Thaïlande, j’ai rencontré une anglaise qui faisait un tour de 7 mois en Asie. Elle me disait que sa pire expérience de racolage était en Chine.
      Je généralise car je ne connais pas le pays, peut-être était-elle dans des coins très touristique. Toi qui aime beaucoup Taïwan, y vit-on la même chose ?

  6. Romain

    Mmmmhh ! ça donne envie !! Je vois que tu essaies de décourager un milliard de touristes ! C’est malin !
    J’essaie de charger la mule :
    *Le poids du sac justement ! Où le bagage en lui même : parfois lourd, encombrant. Souvent obligé de le faire suivre partout, ne pas le quitter les yeux… Un vrai boulet en fait. Partir avec un petit sac à dos de 2kg…c’est possible…mais on y arrive pas !
    * Les distances aéroport/villes. C’est juste du temps perdu ! Ne pas se perdre, arriver assez tôt…attendre…attendre…et rebelote à l’arrivée. Prendre le temps, je suis pour, mais plus à la campagne que dans une navette pour l’aéroport.

    Réponse
    • Haydée

      Salut Romain,
      Tu as tout compris ! Si je pouvais tous les décourager et voyager seule ! :) Je déconne bien sûr.
      Ah oui le poids du sac exact : je me suis faite avoir en Amérique latine mais pas en Asie du coup.
      Mon premier voyage longue durée : j’ai emmené 50 kg ! J’en ai bavé, même si je restais sur place dans la même ville pendant 1 année, l’aller retour a simplement été un enfer.

  7. Cécile

    Haha j’ai bien rigolé dans cet article !
    Le dortoir avec le mec à poil, ça avait l’air suuuuuper. Arf.

    Je suis bien d’accord avec toi pour le nombre parfois énorme de touristes… Ici en Islande, l’avantage, c’est qu’on se retrouve souvent seul avec soi-même. A part les attractions phares, il n’y a pas encore grand monde… On en reparle cet été…… =/

    Réponse
    • Haydée

      Salut Cécile !

      Qu’appelles-tu les attractions phares ?
      Je ne connais pas l’Islande, il y a si peu de monde que ça, en terme de touriste ? Tu peux m’en dire plus ;) ?

    • Cécile

      Oups ! Je viens seulement de voir ta réponse !
      Ce que je voulais dire par là, c’est qu’il y a bel et bien plus de touristes chaque année en Islande, surtout pendant la haute saison, mais les paysages sont tellement vastes… Il est très simple de se retrouver seul dans un paysage de rêve et ça c’est appréciable :-)

  8. fabrice

    Sympa cet article!
    Les dortoirs, parfois, c’est même 20 lits…!
    Une fois, deux mecs faisaient leur affaire dans le lit d’à côté, cela m’a assez traumatisé:-)

    Réponse
    • Haydée

      @ Fabrice,

      Je ne suis jamais allée dans les dortoirs à 20 lits, ça doit être folklo !
      Ce que l’on comprend ici c’est que les besoins sexuels doivent être assouvis, quelque soit l’endroit ou les conditions ;)

  9. Audrey & Fred

    Hé bien l’on peux dire qu’on espère ne pas subir trop de galère durant ce voyage ! Nous avons quand même la chance d’être en Amérique du Nord et de vivre dans notre Van. Mais cela nous prépare bien à nos prochaines aventures (comme l’Amérique Latine).
    En tout cas, même dans notre cas, nous connaissons bien le problème de se laver (merci les lavettes pour bébés) et pouvoir aller dans les rares Trucks Stop que nous voyons pour profiter à fond d’une douche à 5$ !
    Le pauvre Fabrice, quel chance de ne pas aller en dortoirs ! ça a l’air d’être vraiment chiant…

    Réponse
    • Haydée

      @ Audrey et Fred,

      J’ai fait quelques voyages en utilitaire. En s’organisant un peu tu peux dormir à l’arrière, mais en général tu ne pars pas longtemps car le confort est moindre. Par contre le Van, ça c’est pas mal.
      De notre côté, nous avions une douche solaire qu’on avait acheté 9€ je crois. C’est assez pratique, même si l’eau ne chauffe qu’au bout de plusieurs heures. ;)

  10. Trystan

    MDR le dortoir ! Ben au moins c’était chambre avec vue, de quoi tu te plains ?! lol

    Pour les racoleurs, ouais c’est relou ; mais ca qui me met surtout mal à l’aise c’est quand ce sont des enfants : ils seraient mieux à l’école et ça me fout les boules.

    Pour l’instant je n’ai vécu qu’une fois le vol (mais je l’avais cherché en rentrant bourré à 3h du mat’ par les rues sombres de Quito…).

    Réponse
    • Haydée

      Salut Trystan,

      Oui j’avais une chambre avec vue, c’est le cas de le dire ! Et quelle vue ! Ohmygod… :)
      Vrai : j’ai essayé de prendre les enfants en train de racoler les touristes, mais ce n’était pas évident de le faire discrètement donc elles sont plutôt floues en général. J’aurai voulu illustrer un article avec ce qui peut nous choquer nous européen. Et même si nous sommes tous au courant, je pense qu’il faut en parler quand même pour sensibiliser les autres contre ces pratiques.

      En plus Quito est assez dangereux j’ai trouvé, que t’es-tu fais voler ?? Rien de grave ?

  11. Christophe (Voyage Sur Le Fil)

    Moi je dit:
    « Les retards, ça ne touche que les gens pressés » :)
    Au contraire, un bon retard d’avion ça évite la sensation trop forte de « téléportation » à l’autre bout du monde…

    Puis acheter le Lonely Planet c’est intéressant pour savoir où les « touristes » vont… et les éviter :p

    Merci Haydée pour cet article!

    Réponse
    • Haydée

      Salut Christophe,
      Bel argument haha je dois être quelqu’un de pressé alors ;)
      Il m’est arrivé également de lire le Lonely Planet… à bon escient.

  12. Tiphanya

    J’aime bien ta remarque sur les toilettes, cela me rappelle un long trajet en bus au Togo. Au moment de la pause pipi, les femmes se sont alignés le long du bus dans l’herbe, cachant tout avec leur jupe, et hop c’était fait.
    Du coup avant de partir au Kirghizstan, enceinte et ayant du mal à survivre avec les toilettes parisiens, j’étais un peu inquiète. Mais, bonne nouvelle, la femme enceinte a un sixième sens : elle repère les toilettes au milieu de nul part !

    Réponse
    • Haydée

      @ Tiphanya,

      Et ça ressemble à quoi des toilettes au milieu de nul part ?
      Courageuse en tout cas de partir enceinte comme tu l’as fait.

  13. Téo

    Pour moi, le voyage c’est une façon de m’évader et de faire le vide. Donc ces inconvénients ne me font pas peur, mais c’est vrai que parfois ça peut être gênant, en particulier « les vols retardés ».

    Réponse
    • Haydée

      Téodore,

      Clairement, j’espère qu’aucun voyageur ne sera dissuadé des inconvénients du voyage. Par contre, je reste persuadée que beaucoup de non-voyageurs le sont !

  14. Guillaume

    Pour rebondir sur ton 12eme point, il y a aussi le racket ! Dans ma jeunesse, à Djibouti, un co….. m’avait pris mes lunettes en otages. Soit je lui filais du pognon pour un service pas rendu de sa part (lol la bonne blague) soit il me les écrasait direct au sol ! Un régal cet épisode !!!

    Réponse
    • Haydée

      Salut Guillaume,

      Tu as donc trouvé un 13ème point ici : le racket. Et donc tu lui as donné le fric ou pas finalement ?

  15. Joana@VeniVidiVoyage

    Aha, je lis cet article depuis l’aeroport au Sri Lanka ou je suis arrivee a 5h du mat apres une nuit dans le bus… mon avion est a 16h30, j’attends ! Heureusement que j’ai trouve les bornes wifi ;) mais ouais, les nuits dans les aeroports ne sont pas le meilleur aspect du voyage… mais ca en fait partie !

    Réponse
    • Haydée

      Salut Joana,

      C’est une belle attente, plus de 11h ! Et encore tu as eu de la chance avec les bornes wifi car ce n’est pas gagné partout. Tu étais à l’aéroport au Sri Lanka pour ton retour en France ?

  16. Lucie

    Olala! Tu m’as fait rire :) Jetlag oui complètement, j’ai seulement vécu ça en arrivant en Australie et ça m’a fait drôle, les racoleurs en Thaïlande agaçants mais bon on fait avec, jusque là on ne m’a jamais piqué mes affaires (fingers crossed!). Au final c’est des trucs qui sont agaçants sur le coup.
    ps: géniale la photo du mec dans l’auberge de jeunesse, ça j’y ai pas encore eu droit :)

    Réponse
  17. Nadege@Séjour Miami

    Sympa cet article, je me reconnais dans certains points. Les sièges d’aéroports c’est vrai que c’est sadique !

    Réponse
  18. Amélie

    Je me suis beaucoup amusée en lisant l’article car je me voyais dans chaque situation surtout dans le marché avec les vendeurs qui font tous pour vous faire acheter. l’anecdote de la chambre avec 10 personnes et le ronfleur que j’ai failli poignarder… OUI avec mon sommeil je rigole point!!!

    Réponse
  19. Jules

    Ahhh les dortoirs. Je me rappellerai toujours de l’Australien qui dormait dans le lit situé en dessous du mien à Londres. Sa soirée au pub lui a été fatale. Le mur tremblait tellement il ronflait. Bon après moi j’avais passé une nuit à tousser tous les quarts d’heure. Faut bien se venger non ? :) En tous cas je suis bien content qu’il était trop bourré pour imaginer le fait d’enlever son pantalon. Déjà ça de gagné !

    Question vol, on s’était fait braqué la voiture garée devant l’hôtel à Pompéi. On était arrivé vers 17h et voulions visiter les ruines le lendemain matin avant de reprendre la route pour la Sicile. Trois des quatre sacs de voyages n’étaient plus là, dont le mien évidemment. Résultat on a rien visité et on a repris la route le matin même. Par contre là c’était pénible de devoir refaire toute sa garde robe estivale.

    Réponse
    • Haydée

      Salut Jules,

      Dur ton histoire de vol. Avais-tu une assurance quelconque pour tes sacs ?? T’es-tu fais remboursé ou tout a été perdu ?

  20. Guide Australie

    Ahh je reconnais quelque trucs meme si ca ne me fais pas détester les voyages.
    Le manque de toilette et douche publique, d’où le sentiment de se sentir sale surtout quand il fait très chaud, les rabatteurs, les longues escales où on se retrouve à dormir dans l’aéroport (heureusement j’ai trouvé un canapé pour moi tout seul ^^)

    Réponse
  21. Laurent

    Oui, Haydée, c’est clair que l’on peut toujours éviter ce genre de voyageurs. Je te propose de remplacer Croatie par Arménie ou Géorgie ! Une occasion unique de découvrir ces pays du Caucase aux gens si extraordinaires !

    Sinon, pour les routards en stop n’oubliez pas les toilettes des stations services sur les aires de repos. Elles sont généralement gratuites parfois, le prix n’est que de deux euros, comme en Allemagne !

    Réponse
  22. Trystan

    Ouais ce serait bien comme article ! :)
    Nan rien de grave, je me suis juste fait piquer mon mobile donc ca va, et en plus par chance, vu que j’étais bourré, j’ai tout de même réussi à mettre une beigne à l’un d’eux sans vraiment viser lol Coup de bol.
    Mais sinon, c’est vrai que l’Equateur n’est pas un pays très sûr. Faut faire bien gaffe. Après moi j’y suis resté pendant 6 mois donc au bout d’un moment on me reconnaissait, on me prenait moins pour un gringo lambda prêt à se faire détrousser.
    Mais 2 semaines avant que je repartes, une française s’est fait tuée par balle dans le quartier de Guapulo : une histoire de drogue apparemment.
    Disons qu’il faut faire attention un peu plus que dans d’autres pays.
    Il t’es arrivé quelque chose là-bas toi ?

    Réponse
    • Haydée

      Non il ne m’est rien arrivé à Quito mais j’ai senti qu’il fallait faire attention. Il y avait une part de parano car nous nous sommes fait agresser quelques semaines avant à la frontière Pérou / Equateur.

      Je ne sais pas si c’est la même histoire ou si c’est une rumeur, mais j’ai également entendu parler d’une française tuée là bas. Fille de chirurgien, elle vivait dans les beaux quartiers de Quito . Un soir elle appela un taxi pour sortir. Il est venu la chercher à sa porte et quelques rues plus loin, à un feu rouge, 3 hommes armés sont arrivés, l’ont sorti du taxi et pour un oui ou un non, lui ont tiré une balle dans le ventre…

      Celle-ci réussi à aller jusqu’à l’hôpital qui lui demanda sa carte bleue. Comme elle ne l’avait pas sur elle, on lui refusa les soins. Une équatorienne s’est alors manifesté et a payé pour elle 2h après. Mais elle n’a pas survécu à sa blessure… forcément :(

      Quant à eux, ils étaient apparemment drogués jusqu’au cou, et venait de butter une autre personne juste avant cette fille.

  23. Mali

    J’ai eu le coup du vol de sac en Espagne le dernier jour du séjour : va t-en porter plainte avec des policiers espagnols qui parlent à peine anglais :(
    Et j’avais plus mes clés, plus de papiers, plus un sou, plus d’appareil, heureusement c’était il y a longtemps !

    Réponse
  24. Trystan

    Ca ressemble à cette histoire en effet…
    Mais ça craint pas tout le temps comme ça, heureusement !

    Réponse
  25. Jules

    On a eu la mauvaise idée d’être honnêtes et de dire à l’assurance que la voiture était fracturée mais n’avait pas bougée, donc aucun dédommagement. Donc tout a été perdu, pour la forme et pour l’assurance, nous sommes tout de même allés au commissariat pour déclarer le vol. Mais ce n’était pas indispensable, on aurait eu meilleur temps à prendre la route directement. Surtout que l’assurance ne voulait bien rembourser que la réparation de la vitre de la voiture…

    Réponse
  26. Jos

    Merci pour cet article. Mais je pense, je suis même sûr :-), que tu n’arriveras pas à décourager tes lecteurs de continuer à voyager… Même avec l’image du dortoir :-D

    Réponse
    • Haydée

      Salut Jos,

      An mince, je n’aurai pas réussi à les dissuader, tant pis j’irai voyager dans la masse. Bon dimanche :)

  27. Julien

    Excellente la photo du dortoir! C’est un champion du monde celui là…
    De mon côté, je pense que rien ne pourra me faire détester le voyage même les trains en Inde…

    Réponse
    • Haydée

      @ Julien,

      Monsieur « Champion du Monde » avait perdu son gros sac à dos à l’aéroport, peut-être que ceci explique cela ! Il n’avait plus rien à se mettre ;)
      Pour être honnête, il y a une chose qui me fait vraiment detester le voyage, ce sont les aéroports, j’ai beaucoup de mal tout simplement.

  28. Camille

    Moi ce qui m’agace en voyage c’est que j’ai toujours la fâcheuse tendance à arriver un jour de forte pluie (je ne sais pas pourquoi, j’ai la poisse avec ça !).

    Du coup je me suis surprise plus d’une fois à sécher mes chaussures et quelques affaires aux sèche-cheveux ! Et je peux vous assurer que c’est vraiment vraiment ch**** !

    Réponse
    • Haydée

      Lol je connais Camille sauf que quand je ne prend pas toujours mon sèche cheveux… Et remettre des fringues humides, c’est, comment dire .. très désagréable aussi !

  29. Romain

    Moi c’est le vol ou racket qui me fait le plus peur… j’adore la photo et l’idee de me retrouver sans mes souvenirs… j’arrete pas de m’imaginer negocier la carte memoire avec mes agresseurs… heureusement ca ne m’est encore jamais arrive surtout que je n’ai voyage qu’en asie jusqu’a present…

    Pour les dortoirs, jamais connu, voyageant avec ma femme j’ai toujours voulu de l’intimite, sans avoir forcement plus de confort d’ailleurs car nous restons en mode « petit budget »…

    Par contre jamais eu de soucis avec le jetlag (decalage horaire en francais ;-)

    Réponse
    • Haydée

      De toute façon, une chambre en couple ne coûte pas tellement plus cher que le dortoir pour 2 personnes. Je comprend que cette intimité soit importante pour vous. Je préfère également.
      Merci pour la traduction ;)

  30. peko

    Ne crachons pas trop sur les spots touristiques, ils sont souvent un très bon moyen pour taffer, et au final vivre une expérience humaine forte, tout au long de mes pérégrinations, j’ai souvent entendue des termes comme « locaux » de la bouche de ceux qui voyage « a la roots » j’avoue que je n’y croit que moyennement.
    Les spots touristiques sont de très bon coins pour se rencontrer entre personne qui partage une culture, une expérience commune, une vision plus ou moins critique du pays qu’il traverse, échanger des bon plans (ça evite de suivre les guide à la lettre), et faire une pause dans le voyage (et de manger une pizza, par ce que la vie sans pizzas ne vaut pas le coup d’être vécue …).
    Ce sont des endroit que je n’affectionne pas particulièrement mais que je ne renie pas car je suis moi aussi un touriste !
    Et puis quand tu voyage en célibataire ne nous mentons pas c’est la que ça se passe :D.

    Pour ce qui est des guides de voyages … pour l’anecdote j’ai eu le plaisir d’envoyer paître « un journaliste du guide du routard » un peu trop exigeant, un grand moment !

    Réponse
    • Haydée

      Tu as bien raison Péko, c’est bien dans ces endroits que l’on trouve du travail.

      Mais rappelons qu’ici je parle de voyage touristique pur.
      Quand on est dans la rue et qu’on ne croise que des blancs de la même espèce que nous, peut-être qu’on aurait du rester chez soi, ça aurait été pareil. Des moments qui ont pu m’agacer parfois.

      Après, je me suis bien éclatée dans les auberges de jeunesses qu’avec des américains ou des anglais !

      Mais complètement, lorsqu’on voyage seul, ces endroits sont indispensables. Ce billet humoristique dépeint les moments déplaisant et ces villes ont bien entendu des bons côtés.

      Par contre pour la Pizza, c’est bien une des choses que je fuis le plus en voyage ! On mange tellement bien dans certains pays que ça me dépasse quand on me dit :

      « On va au macdo ou à la pizzeria ? »

      Et puis si t’as envie d’avoir des grosses fesses plus tard continu la pizza, moi je n’y tiens pas ;)

    • peko

      La pizza est une addiction j’essaye d’arrêter mais c’est plus fort que moi :D (je me suis marié avec une italienne pour te dire jusqu’où ça va ), par contre Mcdo non merci … ya burger king ça change, mon métabolisme me le permet j’ai du bol .

      C’est juste que j’ai rencontré tellement de voyageur qui crachait sur « des blancs de la même espèce » étant moi mme terrien, ce sont des a priori qui me dérange un peu, critiqué un lieux par ce qu’il est « pleins de blancs » pour reprendre ton expression, et que nous mme nous somme « Blanc » je trouve ça vachement bizarre.
      Mais c’est peut être par ce que j’ai pas mal bosser avec des touristes de tous type.

      en tout cas je continue a suivre votre blog, tout ces « mauvais souvenir » et toutes ces merveilleuse galère sont souvent le débuts d’une aventure, et parfois deviennent les meilleurs souvenirs !

      Ps : j’ai bien compris ce que tu voulais dire par « blanc » venant d’un autre pays que celui visiter,comme un Péruvien en vacance en Bolivie ou bien un antillais en vacance en Dominique, ou un Thai en vacance en Birmanie, mais avoue que ce terme est un peu con quand mme ;).

    • Haydée

      Ah oui tu m’as fait peur car tu reprends juste un de mes mots (blancs) alors que c’est une expression ;) pour qualifier les touristes. J’aurai peut-être du utiliser le mot « Européen », ou « Américain », mais peut-être qu’on m’aurait repris aussi.

      Tant mieux si tu ne manges pas MacDo, c’est pas bon ! Et ma Pizza, je la mangerai avec plaisir en Italie ;)
      Bon week end et merci de nous suivre. Moi aussi je trouve tes photos éblouissantes à propos.

  31. Leman Russ

    Voici les bons principes à respecter pour éviter les désagréments.

    – Jamais dans un pays du Tiers monde ou en guerre (non mais faut vraiment être débile).
    – Toujours au moins un des participants qui parle la langue.
    – Hôtel cinq étoiles (du campquoi? du camping non mais sérieux là)
    – Si tu veux faire du sport, il y a la natation, les arts martiaux mais le vélo sérieux la crasse et la sueur, ce sont des vacances ça?

    Un séjour en tête à tête avec sa chérie dans un Palace à Venise c’est pas un peux mieux ?

    Et enfin: si c’est pour être dans la galère bas autant rester chez soi surtout si tu as une piscine, habites au bords de la mer et si tu as de la place pour les soirées entre amis, les fiestas….

    Pour avoir autant besoin de dépaysement vos vies doivent être pourries, franchement je vous pleins.

    Réponse
    • peko

      c’est pas completement faux.
      Tu soulève un point important pour éviter que le voyage ne devienne un cauchemar, bien choisir sa destination en fonction de ses envies …

      Si on envie de vacance far niente (après tout pourquoi pas) on privilégiera des destinations un peu plus « facile », la cote Thaïlandaise, la Turquie, les Antilles française ou on est pas obliger de se faire comprendre pour commander sa pina colada, et ou il y a tjs qqu’un pour subir nos petits caprices (par ce que quand mme au prix qu’on paye, on peut râler Moooonsieur ! …).

      Une plage de sable blanc, un bungalow (ca fais aventurier pour les copains) climatiser ,un pti dej orientale et le papier cul dans les toilettes privée.

      Car le voyage c’est pas des vacances, c’est beaucoup de désagrément, ça demande de l’adaptation, de l’ouverture d’esprit, du calme (beaucoup de calme), savoir passé outre ses petites exigences, une grosse faculté d’adaptation et savoir laissé de coté son petit confort et son petit train train du quotidien mais surtout avoir une grosse faim de découverte.
      Ainsi on claque nos thunes pour avoir le plaisir masochiste de passer des heures et des heures dans un bus a regarder par la fenêtre, admirant les paysages, se délectant du film de la vie, n’étant qu’un petit point qui se déplace sur une carte.

      mon chère Leman Russ je te le dit, mec les galères sont mes meilleurs souvenirs, alors ne me pleins pas je suis ravie de ma vie !
      Tu te trompes en confondant dépaysement et découverte, tu confonds vacances et voyage !
      Par contre tu as raison a 100% sur un point, reste chez toi, ne voyage pas ça nous évitera de la mauvaise pub sur place, et tu sera heureux au bord de ta piscine avec ta femme, ton confort, tes amies .

  32. Maya

    aaaah, le bonheur des dortoirs. Je me souviens encore être devenue folle et avoir insulté tout mon dortoir à Chiang Mai, en Thailande. Il était 4 heures du matin, et une fêtarde venait de vomir dans la poubelle du dortoir, ce qui avait déja réveillé tout le monde. Mais le vase a débordé quand ses amis ont décidé de continuer la soirée…dans le dortoir et ont commencé à parler et rire!… Je me suis levée hors de moi, leur ai donné exactement 2 minutes pour se la fermer (le temps d’un aller retour aux WC), et suis retournée me coucher… dans un calme des plus complets. L’amie avec qui je voyageais en rigole encore!

    Sinon, le poids du sac est aussi un point important ! C’est toujours compliqué de limiter ce qu’on emporte, surtout quand on part longtemps, mais porter plus de 15 kilos sur son dos plusieurs heures d’affilée, ça TUE toute envie de bouger de la chambre d’hôtel… (Et ça donne des torticolis…)

    Un article très fun, en tout cas !

    Réponse
    • Haydée

      Salut Maya,

      Là tu es allée fort, mais je crois qu’ils le méritaient tous ! ;)
      Si cela m’arrivait, je pense que je n’arriverai plus à dormir après malgré le silence tant attendu.
      Comme tu dis, on adore reparler des souvenirs les plus pourris !

      Même après plusieurs voyages, j’ai encore pris trop d’affaires en Amérique latine, à tel point que j’ai laissé la moitié, eh oui je dis bien la moitié dans l’appart d’un ami Argentin pour continuer mon voyage dans les autres pays, Colombie, Pérou, etc.

      Merci pour le compliment.

  33. Romain

    Tiens un troll qui s’est perdu….

    – Pays en guerre ça peut aller de soit, pays du tiers monde… et bien reste dans ton monde si ça peut te faire plaisir.
    – donc en gros t’as des amis bouche-trous si t’as besoin d’une certaine langue (« et tiens machin, tu parles telle langue c’est ca ? Allez viens je t’emmène ! »)
    – Hotel 5 étoiles ? tant mieux pour toi si tu peut te l’offrir mais oh qu’entends, tu t’indignerais que certains « osent » voyager alors qu’ils ont moins de moyens ?
    – Tu es un monsieur je sais j’ai raison manifestement, si le vélo c’est pas ton truc (comme le camping) ça peut l’être pour d’autre et oui ça peut être des vacances plaisante (le vélo comme le camping)

    Si ta vision idyllique c’est des vacances en Italie avec ta chérie, ma foi pourquoi pas mais ce n’est que ta vision des choses, pour toi un palace te convient soit et pourquoi est-ce si difficile de concevoir que de partir à l’aventure quitte à faire face à des moment certes moins plaisant est ce que nous autres voyageurs nous intéressent ?

    Vu ta conclusion moi je dirais plutôt vu ton commentaire que tu dois être sérieusement frustré de la vie… jaloux ou je ne sais quoi mais bon j’en doute un peu, allez petit troll retourne dans ta forêt j’ai assez joué.

    Réponse
  34. Francois

    Il ya un truc que je ne comprends pas c est ton histoire des dortoirs.
    Franchement partout ou je suis alle que ce soit l asie l amerique du sud ou l afrique si tu prends une guesthouse de locaux tu paye 15 fois moins cher qu un dortoirs de backpacker

    Réponse
    • Haydée

      Merci pour l’info François,

      C’est génial ton histoire de payer 15 fois moins cher ! A raison de 8€ par nuit (si mes souvenirs sont bons) combien as-tu payé alors ? C’est un plan en or, fait croquer, on veut en savoir plus.

  35. Francois

    Il suffit juste de se demerder.

    Je suis vraiment contre tout les sites ou tout est explique c est a dire comment faire sa valise quoi prendre dans son sac ou aller dormir a 15000kms de chez soit etc…
    on se fout de la gueule des gens dans les club med mais a y regarder de plus pres les backpackers c est exactement la meme chose, ils sont tous au meme endroit dans les memes guesthouses dans les memes restos etc…

    Réponse
    • Haydée

      Tu as raison, je suis d’accord avec toi, on retrouve les mêmes spécimens dans les mêmes endroits. Ils ont tous lu le même lonely planet.

      Bon par contre tu ne m’as toujours pas donné ton plan. Tu couches pour obtenir de tels prix :D ?

  36. Thibaut

    Je rajouterai : les touristes sans aucun respect pour le pays et la culture locale !
    Ils se croient les maîtres du monde, et c’est regrettable…

    Réponse
    • Haydée

      A mon avis, on peut encore en rajouter une bonne douzaine, mais celle-ci avait toute sa place ! J’ai beaucoup de mal avec ça…
      Mais bon un touriste par définition n’est pas ce qu’il y a de plus respectueux pour la faune locale :)

    • Romain

      Justement non ! Par définition un touriste = Voyageur, personne qui voyage pour son agrément, le mot est devenu péjoratif parce que lorsque notre vision du voyage devient différente de la façon dont nous avons envie de parcourir le monde on a cherché à se détacher de la « masse » en s’inventant des nouveaux mots, backpackers, baroudeurs et j’en passe, mais qu’on le veuille ou non nous restons des visiteurs, donc des touristes !

    • Haydée

      Alors j’aurai peut-être du dire « tourisme », car même si celui-ci rapporte du fric, il est souvent préjudiciable pour les populations locales, comme au Pérou près du Machu Picchu, les populations ont été appauvries, au Mexique à Cancun où les populations ont été délocalisées et appauvries également, bref. Je ne parlais absolument pas de cette image péjorative, je suis loin de ces clichés Romain.

      Que touriste soit égal à voyageur ne change rien pour moi. Un touriste reste un pollueur et pas seulement en carbone ! J’ai écrit un article à ce sujet sur le Pérou, je t’invite à le lire, cela m’évitera de te faire une dissertation.

      L’industrie du tourisme au Pérou : alerte au désastre !
      http://www.voyageurs-du-net.com/industrie-tourisme-perou-desastre

      Et ça je confirme, c’est une des choses que je déteste dans le voyage.

  37. peko

    Je ne comprendrai jamais ce résonnement … cette petite fierté d’avoir payé moins cher que les autres (l’autre ce méchant touriste qui nous gâche notre paysage et à cause de qui nos photos font moins « roots » à nous voyageur aventurier que nous croyons être), c’est tellement déplacé cette gueguere du cheap, c’est une des raisons qui me fais bosser en voyage, plutôt que de perdre du temps a négocier 4$ je préfère payer un coup a boire.

    Voyager Cheap ne veut pas dire Voyager bien ! et s’en vanter est bien la preuve que tous ces voyages n’ont décidément servie a rien

    l’aventure c’est la petite accélération que tu ressens dans ta poitrine quand tu vie une expérience qui te sort de ton ordinaire, n’écoute pas tous ces « grands voyageurs qui ont tout vue tout fait » et vie ta propre expérience.
    La rencontre c’est cette humain H avec qui tu va échanger à cette instant T, l’important n’est pas sa race, ou son origine, qu’il soit « local » ou pas mais ce que vous allez vous apporter mutuellement .
    Pour peu qu’on s’ouvre et que l’on arrête de maudire son voisin confrère de voyage, qui doit surement faire la mme chose a votre sujet, le voyage peut commencer.

    Les rencontres, L’aventure, L’ouverture !! bordel !!

    Réponse
    • Haydée

      Salut Peko,

      Ah bah si c’est tellement mieux de vivre et dormir dehors avec son sac de couchage. Là au moins tu ne payes rien, et puis tu rencontres pleins de monde : D’autres clochards, et puis des tas d’emmerdeurs, d’autant plus si t’es une fille.
      Bref je déconne…

      Tu as raison, à chacun son voyage, peu importe l’argent dépensé. Ce qui est important c’est cette rencontre que ce soit avec les locaux, ou PAS !

      J’avoue que je me fais tout de même un plaisir de négocier, surtout quand le jeu fait parti de la vente. Au Maroc, par exemple, quelqu’un qui ne négocie pas passe un peu pour un con aux yeux des locaux.

  38. Annais

    Un article vraiment amusant, Haydée, c’est incroyable ce que tu racontes à propos des dortoirs (et cette photo là!, je ne pourrais arrêter de rire! Merci pour partager ton histoire, toute une aventure!
    En plus, je m’ai surprené beaucoup quand j’ai lu que tu parlais de skymediator, le service pour faire des réclamations aériens. Je dois dire que j’ai eu une très mauvaise experience avec eux, suite à une réclamation qu’ils m’ont géré il y a quelque temps. Ils ont essayé d’être payé sans m’avoir obtenu mon indemnisation. Finalement, je n’obtenu rien avec eux et j’ai perdu trop de temps… Heureusement, j’ai trouvé un autre service appelé refund.me (www.refund.me/fr) qui m’ont obtenu 250€ d’indemnisation pur un retard de 5 heures environs. Je vous recommende totalement ce service.
    Merci à nouveaux pour raconter ton histoire, je me suis amusé beaucoup :)

    Réponse
    • Haydée

      Tiens c’est marrant Annais, mais à l’époque j’ai hésité entre les deux entreprises. Je connais donc refund.me.

      2 raisons pour lesquelles je travaille avec Skymédiator :
      1. parce qu’ils m’ont remboursé mon billet,
      2. parce que je trouve leur système d’affiliation efficace contrairement à certains de leurs concurrents. Voici le lien que les lecteurs utilisent pour faire leur réclamation de retard ou de vol annulé : http://fr.skymediator.com/?tracking_aff_id=1051&source=popunder

      On m’avait recommandé refund.me mais malheureusement lorsque je les avais contacté, ils ne m’ont répondu que 3 semaines plus tard. J’ai donc laissé tomber.
      Mais bonne nouvelle si tu as pu obtenir ce montant rapidement. Je n’ai pas de doute en revanche sur leur honnêteté.

      Merci pour tes remarques sympas concernant l’article, cette photo est bien marrante ! :) :)

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This