11 choses que tu dois oublier pour devenir entrepreneur

Écrit par Haydée Bouscasse

Web-entrepreneuse et formatrice 2.0, j’aide les salariés lancer leur business en ligne en parallèle de leur travail.

Mis à jour le 24/05/2021 | Publié le 24/03/2015

Tu souhaites devenir entrepreneur de la manière la plus simple et la plus accessible ?

Télécharge mon cours gratuit pour commencer à gagner ta vie en ligne :

Maintenant, si tu souhaites avancer sur ce que tu aimes et réussir…

Renonce au reste.

Pour vivre comme je l’entends, mon seul objectif était de devenir entrepreneuse.

Et je savais ce qu’allait me coûter la construction de cette vie sur le long terme.

Mes premières concessions :

  • Résilier mon abonnement téléphonique
  • Ne plus rien dépenser
  • Oublier famille et amis
  • M’enterrer 12h par jour à travailler

Je ne calculais même plus les plaintes de mon mec qui me menaçait de me quitter…

Tony-Fou après Haydée

Il en est devenu fou !

Heureusement, il a vite compris et m’a rejoint dans ma démarche.

Tu comprends maintenant pourquoi tu n’es toujours pas entrepreneur ?

Haydée dur dur d'être entrepreneur

Parce que ça coûte !

Et entre stagner ou persister dans la voie des changements radicaux, on choisit souvent l’option de la facilité.

À toi de voir ce que tu veux faire de ton avenir.

Mais rassure-toi, tout ceci n’est pas définitif. Et qu’est-ce qu’une année (ou deux, ou trois,…) dans une vie ?

Que dalle !!!

Alors, prêt pour les concessions ?

Pour devenir entrepreneur, oublie…

1. Ta crainte du changement

« ça fait un bail, quoi de neuf ? »

C’est fou le nombre de gens qui répondent :

« Rien de spécial, comme d’hab. La routine quoi. »

Pourtant, à ce moment précis leur regard se trouble et leurs vieilles années défilent dans leur tête en une fraction de seconde. Dur.

Le changement implique la souffrance, c’est vrai…

Mais qui oserait dire que l’inertie est mieux ?

Et puis avec le temps, j’ai compris que surmonter les embûches de la remise en question avait quelque chose de passionnant.

Pour moi, oser le changement est devenu une norme. Je prends même mon pied à le faire (ça compense parfois les carences du onzième point… Nan j’déconne.)

Bref, pas de changement, pas d’entrepreneuriat.

Il est temps d’en accepter l’idée.

Et pour commencer à changer, oublie…

2. Ce que tu es en train de faire en ce moment

Avec nos milliers de choses à faire, nous sommes tous très occupés.

Tony a pratiqué le Jorkyball en national pendant 15 ans

Tony a pratiqué le Jorkyball en national pendant 15 ans

Jouer, entraîner les autres et participer aux championnats de France ne lui ont pas laissé beaucoup de temps pour entreprendre.

Toujours sur la brèche pour un sport qui ne lui faisait pas gagner sa vie.

Un de mes mentors m’a confié un jour :

« Les grands requins blancs sont obligés de nager en permanence pour respirer. Dans le business, tu dois toujours avancer pour survivre. »

Toujours être actif, oui.

Encore faut-il privilégier les bonnes réalisations pour atteindre tes objectifs prioritaires.

Alors… Sois un requin-entrepreneur. :)

Quand certains lecteurs assidus du blog m’avouent qu’ils se sentent encore plus croupir dans leur job depuis qu’ils voient le chemin que nous avons parcouru, j’ai envie de leur dire :

« Arrête tout de suite ce que tu es en train de faire ! »

Et oublie…

3. Ta soi-disant réussite

Avoir un bon travail et un gros salaire.

Impossible de changer ma condition tant ces stéréotypes de la réussite sociale me submergeaient.

Embrigadée dans cette doctrine carriériste, j’ai tout essayé :

  • commerciale,
  • contrôleuse de gestion,
  • consultante informatique,
  • et plein d’autres métiers…

Aussi vite commencés, aussi vite terminés. Rien ne me convenait.

Car en suivant ce « dogme », tu finis par ne rencontrer que des gens qui pensent comme toi, mangent comme toi et chient comme toi…

WC-Collègues1

En soirée, tes discussions se limitent et t’éloignent des nombreux chemins alternatifs qui ne manquent pas d’exister.

Problématique pour s’ouvrir l’esprit.

Le jour où je l’ai réalisé, j’ai quitté tout ce que j’avais. Car l’argent ne fait pas le bonheur ni le bon entrepreneur d’ailleurs !

Alors, oublie…

4. De vouloir faire de l’argent à tout prix

Aaah ! Si tu pouvais créer quelque chose et… BOOM ! Jackpot !

Mais trop rivé sur le fric, tu risques de détruire ton business.

À moins d’être investisseur sur les marchés financiers évidemment. Tout est relatif.

Malheureusement, l’argent peut facilement compromettre les valeurs censées être au centre de la culture de ton entreprise.

Ces valeurs spécifiques, invisibles et insaisissables sur lesquelles les bons entrepreneurs se concentrent.

Obnubilé par l’argent, tu en deviens myope.

Ainsi, les chances que ta réalisation ait une réelle valeur sont minces. Et soit tu ne vends rien, soit tu vends au rabais.

Mais attention de ne pas tomber dans le piège inverse.

Car si certaines entreprises se concentraient davantage sur le profit, il y aurait certainement moins d’échecs dès la première année de leur existence.

Le tout est de trouver la bonne idée et de la faire fructifier.

Et dans ce cas, oublie…

5. De virevolter d’une idée brillante à une autre

Bref, de sauter du coq à l’âne.

Nous sommes tous appâtés par une nouvelle idée séduisante qui chasse l’ancienne.

Fais partie de « ceux qui font » et non pas de « ceux qui rêvent ».

Fumeur-de-joints

Facile d’écouter son cerveau pulluler de bonnes idées. Autant que d’écouter les conseilleurs n’ayant jamais bougé leurs fesses.

Alors, oublie…

6. De suivre les conseils des « bien intentionnés »

On m’a souvent bassiné avec des discours du style :

« Tafer comme une chienne pour ta boîte alors que tu pourrais être pépère à 7h par jour et profiter de tes temps libres ? T’es malade ! »

Pas con…

Alors pendant de longues années j’ai trimé dans des boîtes avec des collègues qui ne me convenaient pas et dans une ambiance que je méprisais.

C’est à force de chronométrer chacune des actions qu’impliquaient mes tâches que j’ai compris. La seule chose qui m’intéressait était de me surpasser. Pas d’attendre mon week-end.

À force d’écouter les autres, ceux qui me veulent du bien (tu connais…), j’étais en train de saboter mon envie d’entreprendre.

Alors stop ! Oublie les conseils de maman.

Un lion n’a pas besoin de l’approbation du mouton.

Et si les gens désapprouvent ton nouveau tournant, c’est que tu es peut-être sur le bon chemin.

Peu importe ce qu’ils pensent de toi.

Et ça tombe bien, car tu dois oublier…

7. D’être centré sur toi-même

Cela vaut aussi pour tes besoins immédiats. Ils ne doivent plus passer avant ton projet.

« Ah ça y est, madame met sa casquette « développement personnel » pour nous rappeler les trucs chiants. »

…Me diras-tu.

Être entrepreneur demande quelques sacrifices…

Tu veux devenir un Samouraï, oui ou non ? De la discipline diantre !

Succomber à tes loisirs improductifs ou procrastiner devant des vidéos poilantes sur YouTube ne t’aidera pas à rester focalisé sur des projets qui ont du sens.

L’entrepreneuriat est un fascinant mélange d’abnégation et d’écoute d’autrui.

Tout en restant détaché du jugement des autres. Notion importante !

Car puisque tu es en perpétuel apprentissage, tu peux toujours oublier…

8. D’avoir l’air super intelligent

Tu ne compteras plus le nombre de fois que tu passeras pour un con.

Mais qui se préoccupe de son image lorsqu’il se pose mille questions ? Comme tout entrepreneur qui se respecte.

Avant, je n’avais jamais soupçonné à quel point j’étais ignare.

Si je n’avais pas passé autant de temps à poser des questions sur les forums, je serais à la masse sur des tonnes de sujets.

Et encore maintenant, je manque cruellement de compétences pour atteindre mes objectifs.

Personne n’a la science infuse, surtout dans l’apprentissage permanent.

Tu veux évoluer ?

Mettez votre fierté de côté.

Mets ta fierté de côté.

C’est l’une des grandes qualités de l’entrepreneur s’il veut avancer.

Se former en continu implique l’autodiagnostic, la compréhension de ses lacunes et faiblesses, et… de passer pour un con.

Tu as honte ? La perspective d’être moins bon qu’un autre te donne des boutons ?

J’ai un scoop pour toi…

Un tas d’entrepreneurs sont meilleurs que toi ! Mais ils se feront un plaisir de te répondre avec humilité, car eux aussi sont passés par là.

Tu ferais mieux d’en profiter.

On se croit bien souvent plus fort qu’on ne l’est. Ou qu’on voudrait le paraître – quitte à se cacher derrière un vernis.

Chose défendue pour un entrepreneur, alors oublie…

9. Ton masque

Tu crois vraiment que l’on ne te voit pas derrière ?

Kelu-Tony-masqué-et-Roro-déguisé

C’est bon Tony, on t’a reconnu.

Bon effectivement, avec internet on ne sait pas vraiment qui se cache derrière l’écran.

Pratique pour te planquer… Mais du coup tu n’es personne !

Pratique pour prétendre être quelqu’un d’autre… Mais comment prouver ton authenticité le moment venu ?

D’autant plus si tu ne fais qu’un avec ton business. Tu seras fatalement amené à te découvrir.

On se cache rarement pour de bonnes raisons.

Surfe sur tes demi-mensonges, manque de transparence et ta crédibilité sera nulle.

Les internautes ne sont pas dupes. Ils renifleront ta malhonnêteté à des kilomètres.

Pourtant, malgré cela et la transparence croissante des acteurs du Net, il reste encore quelques personnes qui donnent des conseils sur ce qu’elles n’ont pas vécu. Et en général, elles ne font pas long feu.

Ta force doit résider dans le courage de te présenter tel que tu es. De dévoiler tes émotions pour attirer les bonnes personnes vers toi. Au risque d’être en désaccord avec certains.

Mais qu’importe, en tant qu’entrepreneur tu dois oublier…

10. De fuir les conflits

Derrière les discours d’apparence « peace and love » de la blogosphère se cache une grande hypocrisie. Le fameux masque…

Va à la rencontre de tes blogueurs préférés, écoute-les parler et tu seras surpris.

Des blogueurs adorables et populaires peuvent être encensés en ligne et pourtant être sujets à controverses, conflits, chantages et attaques mesquines.

J’en ai rencontré.

Ils font simplement l’objet d’une jalousie pure et dure et doivent régulièrement défendre leur probité autant que la sécurité de leur site et de leurs business.

Loin d’être une célébrité du net, j’ai moi-même eu ma dose de chantages, critiques acerbes, et agressions de trolls en tout genre.

Haydée-avec-un-baton-pour-se-défendre-des-chiens-sauvages-Elbasan

Mais c’est plutôt calme ces temps-ci et je m’ennuie un peu. :)

Le plus drôle dans cette histoire est que tu connais bien la plupart d’entre eux. Certains sont probablement même proches de toi.

Ne fuis pas, rentre dans la danse, même si rejoindre ce petit monde implique que tu auras des détracteurs.

Bataille pour préserver ta intégrité et remercie-les surtout pour l’attention qu’ils te portent et la publicité qu’ils te font.

Alors ? Pas facile d’être un entrepreneur en ligne.

Tu dépenses tellement d’énergie que tu en oublies…

11. Ta vie sexuelle trépidante

Je te vois venir :

« Il faut être fou pour faire une croix sur une si belle chose ! »

Et pourtant, pendant la période d’élaboration de notre premier business en ligne, nous sommes devenus presque asexués…

Tony-et-Haydée-yoga-dans-les-montagnes-d'Elbasan

La vie de couple en nomade digital avec :

  • ses déplacements perpétuels
  • son travail acharné
  • ses désaccords sur nos stratégies
  • son parcours entrepreneurial  semé d’embûches

Engendre un tel stresse qu’elle prend le pas sur nos moments charnels.

Et que dire des lits pourris de nos nombreux appartements d’emprunt ! Dur de se taper une partie de jambe en l’air dans ces conditions…

Mais c’est un passage sporadique, je te rassure. Et nous ne regrettons rien.

Les accrochages ont enrichi nos idées et notre couple. Qui sait, peut-être que cela agit même positivement sur le sexe pour l’avenir. Nous t’en dirons peut-être un peu plus à l’occas.

D’ailleurs, après coup c’était la fête ! Sans te faire de dessin.

Cela en fait des choses à oublier…

Tu veux vraiment entreprendre ?

Détache-toi de ces 11 manies (enfin, surtout les 10 premières).

C’est toujours mieux que d’oublier de vivre pour te réveiller à 65 ans, bourré de regrets.

Cela te parle dit ainsi ?

C’est qu’il y a peut-être un entrepreneur qui se cache en toi !

Il ne lui reste plus qu’à se sortir les doigts du cul. :)

Haydée Bouscasse

 

 

Nos guides et stratégies directement dans ta boite mail

CATÉGORIES

PRODUITS

Tu aimeras sûrement aussi…

Comment trouver une niche rentable en web-entrepreneur et infopreneur

Comment trouver une niche rentable en web-entrepreneur et infopreneur

Près de la moitié des entrepreneurs en ligne échouent en créant un produit ou un service dont les gens se foutent totalement… Pourquoi ? Ils ne savent tout simplement pas comment trouver leur niche. Et ils ne cherchent pas à VRAIMENT connaître leurs clients. Apprends à le faire de ton côté et tu garantiras la rentabilité de ton futur business en ligne.

lire plus

39 Commentaires

  1. Sarah

    Oui ça me parle! ;-) clairement et je suis en plein dedans! J’entends « quand tu seras en échec…. » et « c est genial et j’ai confiance en toi tu ne peux que t’épanouir… »
    Oui je suis imparfaite et j’ai des tonnes a apprendre, mais c’est exactement ce qui me plais! Partir de zero et avoir tout à construire! me voilà arrivee a ma dernière semaine en tant qu’employée. Je te rejoins pleinement… ca en vaut la peine ! Se créer sa vie …

    Réponse
    • Haydée

      Bravo pour ton site Sarah que je découvre à l’instant : une belle mise en valeur de tes écrits d’exception, et je sais le travail que cela demande.
      Sacré changement de vie en tout cas, je te souhaite beaucoup de réussite et d’apprentissage continu !

  2. Nathalie @ Voyageurs Sans Frontières

    Merci pour cet article! Même si nous venons à peine de lancer notre blog, nous avons une vraie démarche entrepreneuriale et souhaitons, à termes, en faire une activité à plein temps! Merci pour ces conseils et surtout de nous faire réaliser que beaucoup d’étapes par lesquelles nous passons en ce moment sont normales :) C’est dur, c’est beaucoup d’investissement et ce n’est que le début mais on adore ça et on va se donner à fond! Des histoires comme la tienne sont très inspirantes et motivantes!

    Réponse
    • Haydée

      Lesquelles Nathalie ? La 11e par exemple :p ? ahah !

      Le blogging est un premier pas de géant vers l’entrepreneuriat. Mine de rien, c’est comme gérer une petite entreprise.

      Maintenant avez-vous réfléchi à ce que vous pouviez vendre ? Un service en particulier ? Des partenariats en vue ?

      Bref, il y a des tas de manières de faire, on en reparle quand vous voulez.

    • Nathalie @ Voyageurs Sans Frontières

      Haha!!! Je dirais plutôt les 4, 6 et 7 ;) On ne veut pas devenir millionnaires, ce n’est pas notre moteur et ce ne serait de toute façon pas réaliste! Mais pouvoir faire cette activité à plein temps nous plairait énormément et on va tout faire pour y arriver.

      Depuis quelque mois on a commencé à discuter avec d’autres blogueurs voyages et c’est pour le moment une très bonne expérience, vous êtes pour la plupart très bienveillants et c’est très encourageant pour la suite! On va continuer dans cette démarche en nous rendant au Salon Blogueurs prévu en mai à Ajaccio. Petit à petit on se fait une petite place dans la blogosphère et la communauté :)

      Pour le moment nous pensons plutôt à la mise en place de partenariats. C’est un moyen de faire des rencontres et d’en apprendre toujours plus sur le métier de blogueur voyage et Dieu sait s’il y en a des choses à apprendre! Ca nous plairait aussi de traiter avec les professionnels du tourisme à termes. Peut-être qu’une idée de service à vendre nous viendra par la suite. Pour le moment ce n’est que le début et nous nous creusons les méninges pour faire un blog le plus complet, utile et pro possible ;)

    • Haydée

      Vous avez l’air de savoir « ne plus écouter » les conseils des biens intentionnés, j’en suis sûre maintenant ;) Nathalie !
      Pour ce qui est de l’argent, le travail dur nous attend tous avant d’atteindre certains objectifs.
      Et puis les vidéos youtube, on peut s’en passer quelque temps. Je sais que tu suis beaucoup de séries comme j’avais pu le lire sur ta page à propos. Est-ce pour cette raison que tu as évoqué le point 7 ?
      Bref, on n’a rien sans rien.

      En parlant de métier de blogueur-voyageur (ou voyageurs professionnels), j’ai reçu un mail très courtois aujourd’hui de l’entreprise ruralidays.com. Elle propose plusieurs nuits d’hôtel gratuites en Andalousie tout en faisant la traversée de la via ferrata la plus dangereuse au monde ! En échange, elle souhaite bien entendu que nous parlions d’elle à travers un article. Je ne sais pas si tu as été contacté, mais si toutefois tu es intéressé, tu sais maintenant ce que l’entreprise propose.

      Nous avons décliné pour notre part pour une tonne de raisons, déjà nous sommes dans les Balkans pour un moment !

      Vous avez raison, cette intégration ne peut être que bénéfique et c’est en tâtonnant qu’on fini par trouver plein d’idées.

    • Nathalie @ Voyageurs Sans Frontières

      Merci du tuyau Ruralidays! On va aller voir ça très rapidement, tu nous l’as bien vendu! :)

      Oui effectivement on a appris à « ne plus écouter » tout en écoutant quelque part parce que c’est aussi bon d’avoir un point de vue totalement différent du notre, même si c’est parfois…frustrant ;)!

      Haha oui c’est vrai que je suis accro de séries et que ça me prend beaucoup de temps! C’est une de mes passions qui est pour le moment mise au second plan et puis j’ai trouvé la parade, je regarde mes épisodes le matin et le soir dans le bus qui m’amène au travail! J’ai 3h de trajets quotidiens et pas de 3G alors j’optimise ;). Séb aussi a nettement ralenti ses sessions geekage sur la console! On a une nouvelle priorité ;)

      Encore merci pour tous tes conseils !

  3. Bertrand

    Hello, ça fait un bail ;).
    Je dois être le seul site de vente en ligne sur cette planète qui pousse au minimalisme, soit à consommer/dépenser que ce dont ont à besoin. Je me suis vu contacter le client car je pressentais qu’il s’était trompé dans la commande tout en sachant qu’il aurait gardé les pièces si je lui avait envoyé, ou à envoyer le client chez D4 car le haut de gamme que je vend n’ai pas toujours une obligation pour des pratiques plus occasionnelles…
    Quand bien même j’aurais absolument besoin de cet argent pour vivre j’y préférais l’harmonie avec moi-même. Mais je pense que sur le long terme cet attitude paiera, même si c’est loin d’être ma préoccupation première quand j’agis de la sorte…
    Ça c’était pour le point 4, 7 et 9. Car pour vivre en harmonie avec soi même il faut cesser d’être centré sur sa petite personne et jouer un petit rôle d’adolescent en crise !
    Avoir l’air intelligent même si j’essayais je n’y arriverais pas ! Pour la réussite voilà longtemps que le non-sens de cette société m’a sauté au yeux et que je n’accorde plus la moindre importance à ses diktats de réussites. Ça me fait même bien rire à vrai dire, j’observe tous ces gens comme de pauvres enfants égarés, qu’ils sont très probablement !
    Sinon je laisse couler, si le changement doit être qu’il soit, si je dois me faire attaquer qu’ils attaquent… Ça ne me fera pas un deuxième trou au c… pour rester dans le registre de l’article :).
    A bientôt.

    Réponse
    • Haydée

      Oui, ça fait un bail Bertrand. Comment vas-tu ? La routine ? Ah non, ça m’étonnerait. :)

      Bonne démarche avec tes clients. Tu as sûrement dû te faire quelques fidèles à vie de cette manière. Mais de là à pressentir que l’un d’eux avait fait la mauvaise commande… chapeau bas ! Tu devais sacrément bien le connaître celui-là.

      Je ne suis pas non plus adepte du « vendre tout simplement » et je préfère avoir une vraie interaction avec mes clients. Pour ta vente de produits ce sera grâce à un SAV conscient, pour mes propositions de services ce sera avec des conseils avisés à la recherche du meilleur, quitte à prendre plus de temps avec eux.
      Et je vois également cela comme un état d’esprit et non comme un stratagème pour gagner ces fameux fidèles.

      Je ne suis pas sûre que les « autocentrés » sachent ce qu’ils sont vraiment. Ils ne jouent pas les ados en crise, ils le sont réellement. Et ce n’est pas entièrement de leur faute. Ils représentent un petit échantillon des produits « défectueux » créés par notre système et certaines valeurs manquantes font qu’ils s’égarent. Plus facile pour les obliger à faire ce qu’on leur dit de faire.

      Une question me traverse souvent l’esprit en ce moment : combien de temps reste-t-il aux assujettis à la « réussite sociale » ? Car si l’on ne devient pas son propre patron, c’est l’esclavagisme total qui nous attend sûrement dans les années à venir.

      Mais je ne suis pas si pressée de le savoir. Je préfère travailler dur pour sortir de ce carcan et atteindre ma liberté avant que tout soit plus difficile encore. Ce n’est pas gagné.

      Je sais que tu n’es pas en première ligne face aux changements qui s’annoncent et je sais aussi que ce ne sont pas les jugements des autres qui te poseront problème. Mais protège tes fesses quand même, on ne sait jamais. ;)

  4. Tatiana

    Coucou

    Je t’adore et c’est peu dire! Cela fait peu de temps que je te lis et c’est toujours le bon sujet au bon moment pour moi. comment tu sais? lol
    Ce sujet je l’imprime en triple exemplaire et je l’accroche partout et me mettre au travail car c’est vrai que j ai toujours mieux à faire que de m’occuper d’un business (dont je n ai pas encore l’idée) qui peut me charger la vie!!
    J’arrête de blablater et je le mets en route !
    En tous les cas MERCI§
    Bonne journée

    Tatiana

    Réponse
    • Haydée

      Wooo Tatiana, c’est une bien belle déclaration d’amour. :)

      Pour ta question, sache que j’ai le don d’ubiquité. Quand j’écris un article, je suis à côté de mes lecteurs et je lis dans leurs pensées. Enfin, seulement ceux qui m’aiment vraiment hein ! Héhé

      Bon, plus sérieusement et comme je ne suis pas dieu, je te dirais que je sens surtout l’ambiance générale qui flotte dans l’air du temps. Je m’inspire des faits que ce monde en pleine mutation ne manque pas de nous montrer et je couple tout cela à ma propre expérience.

      Telle une « psychohistorienne », j’analyse mon environnement et les désirs des jeunes dans la même dynamique que moi. Ainsi, j’essaye de traiter au mieux les sujets susceptibles de les (nous) aider à avancer.

      J’ai mis un peu de temps à te répondre. Du coup j’espère que tu en as profité pour mettre en route la machine. Sinon ça va chier :P

  5. Nath'

    Hello,
    Comme d’hab’ j’aime ce ton qui fait mouche et qui donne envie de se mettre des coups de pied au c.. !
    Toutefois, tout le monde n’a pas la fibre ni l’âme d’un entrepreneur… Et puis, je pense que cela a pu fonctionner pour vous parce que tous les 2 vous avez du sang d’entrepreneur dans les veines. Mais dans un couple où seul l’un a envie de tout bousculer pour changer de vie, cela peut aussi être source de conflit et aller au clash, non ?

    Réponse
    • Haydée

      Oui totalement Nath’ !
      C’est ce qu’il m’est arrivé avec mon ex petit ami. Bon, d’ailleurs, nous ne sommes plus ensemble…
      Mais je pense c’est la même chose pour tout le monde, entrepreneur ou non, mieux vaut trouver une personne souhaitant aller dans la même direction.

  6. Sarah

    Merci beaucoup Haydee. Ca me touche particulièrement car tu fais partie des premiers blogs que j’ai découverts et suivis lorsque j’ai décidé de me lancer dans cette aventure. Ton blog fait aussi partie de ceux qui rebooste lors des passages à vide dans la vie d’entrepreneuse nomade qui peut, par moment, faire peur .. ;-)

    Réponse
    • Haydée

      Cool Sarah contente d’être une source d’inspiration ! Reboostons-nous ensemble donc.

  7. Amélie

    Bonjour,
    Votre article me parle … Notamment le point 10. Dans celui-ci vous parlez des attaques. Cette phrase m’a interpellée : « Le plus drôle dans cette histoire est que vous connaissez bien la plupart d’entre eux. Certains sont probablement même proches de vous. » , car je soupçonne une personne très proche de moi (la plus proche en fait) d’être à l’origine de certains commentaires méchants et postés en « Anonyme » sur mon blog.
    A priori vous savez qu’il s’agit de personne proche de vous… Est-ce qu’il y a une méthode pour connaître l’identité de ces personnes qui laissent des commentaires anonymes et méchants ?
    Je vous remercie.
    Amélie

    Réponse
    • Haydée

      Aaah les trolls.

      Nous en avons eu deux ou trois assez coriaces en 2013-2014 Amélie. Nous avons même dû ajouter quelques lignes de codes dans le blog pour éviter l’usurpation de notre identité dans nos commentaires. Je ne savais même pas que cela était possible. Ils insultaient tout le monde avec notre profil dans notre blog, mais également dans ceux des autres.

      Nous n’avons pas véritablement cherché à découvrir leur identité. D’autant qu’ils sont toujours cachés derrière un VPN qui dissimule leur véritable adresse IP. Le courage n’est pas leur qualité principale. :)

      Par contre, à force de recoupements via les propos dans leurs commentaires, nous avons pu nous faire une idée assez précise de qui cela pouvait être. C’est sûrement ainsi que tu pourras découvrir qui est le tien. Mais il faut se méfier de ses propres déductions.

      Et puis cela n’a finalement pas grand intérêt. Si ce n’est pour nous foutre de leur gueule autour d’un verre lors de nos moments de détente.

      Le meilleur conseil que je puisse te donner est de ne pas t’en soucier. Imagine le temps qu’ils passent à penser à toi et prends ces attaques comme des compliments.

      Je te conseille même de te servir de ces méchancetés à bon escient en les utilisant comme de bonnes pages de pub.

      Et dis-toi que si certaines personnes sont jalouses de toi, c’est que tu assures Amélie !

  8. Sébastien Drouin

    Ô combien je suis d’accord avec toi ! C’est précisément ainsi que je ressens les choses également. Mais comme pour le requin, je crois qu’un entrepreneur a besoin d’être actif non pas seulement pour son business, mais pour lui-même. A l’arrêt, l’entrepreneur dépérit moralement.

    Réponse
    • Haydée

      Vrai Sébastien. Au-delà de l’entrepreneur, l’être humain tout court dépérit sans action. Ou au mieux s’atrophie.
      Je pense au dessin animé Wall.E en t’écrivant cela. :) Les humains n’ont plus de muscles dans les jambes tellement ils sont assistés par leur fauteuil gravitationnel.

      Bon, par contre ils ont l’air de bien s’amuser dans cette fiction. Car dans la réalité, je n’ose imaginer leur déprime.

      Pour aller plus loin, ce qui me parait encore plus séduisant dans l’activité perpétuelle générée par l’entrepreneuriat, c’est le fait de toujours se fixer des objectifs. Car c’est justement l’absence de but dans la vie qui fait dépérir chaque humain de notre planète.

  9. Roseline Gay

    J’ai commencé à vivre le jour ou j’ai pris mon courage à deux mains et que j’ai monté ma boite… Quand on est épanoui et passionné par ce que l’on fait…. ça ne peux que fonctionner et l’on ne peut être qu’heureux ! Plus de patrons casse bonbons qui nous demandent des taches absurdes, plus de collègues casse bonbons qu’on subit… notre rythme, nos règles du jeu… ça n’a pas de prix !!!!!

    Réponse
    • Haydée

      Quand je vois ton sourire qui exprime tant de bonheur, je comprends ton choix Roseline.

      « Éducateur canin conseiller à Montélimar », la niche est bien trouvée (sans jeu de mots). Et il est sûrement plus facile d’éduquer des chiens plutôt que son patron ou ses collègues. ;)

      Oui, cette liberté de travailler n’a pas de prix, même si cela demande d’énormes efforts.

  10. Chantal P

    Hello ! Un très bel article où je me retrouve ! J’ai 63ans et j’ai créé l’an passé mon blog http://www.ambition-et-reussite.com – je ne me « vois » pas du tout à la retraite donc je me définis comme « une retraitée très active » haha ! Je ne voyage pas (mais pourquoi pas ?), suis heureuse comme ça et je fais ce que j’aime. L’est pas belle la vie ? Si !! Merci pour ton verbe et son éloquence. J’aime bien suivre vos pérégrinations… Et je me suis souvenue en te lisant que lorsque j’ai quitté une « brillante » carrière commerciale pour créer mon institut de beauté (avant-gardiste à l’époque…) puis fait mes études de Conseillère en Santé Holistique, ma famille m’a traité de folle et n’a vraiment pas compris ces choix dits « d’insécurité » et il est vrai que j’ai moins bien vécu financièrement parlant avec de grosses grosses galères seulement j’ai été très efficace dans mes conseils en tant que coach-thérapeute (forcément quand tu vis les choses, tu les comprends beaucoup mieux… haha), j’ai fait de superbes rencontres et dire que je ne regrette rien serait peut être un peu vantard mais en tous cas, à 98% je ne regrette rien !

    Réponse
    • Haydée

      Je n’ai jamais compris cette notion de retraite à 65 ans Chantal. Enfin, si. Lorsque l’on est esclave justement. Du coup je n’appellerais pas cela retraite, mais affranchissement social.

      Et puis il y a ce terme « vie active ». Quand tu pars à la retraite, ta vie active s’achève… Autant nous achever tout court. Car comme tu le dis si bien, nous n’avons pas envie de vivre ce vide brutal.

      Et même les fonctionnaires « actifs » pensent ainsi. La mère de Tony, qui approche la retraite, est déjà en train de préparer son avenir « d’affranchie » avec un travail motivant. Non pas par manque d’argent, mais pour rester active justement.
      Elle ne souhaite pas s’enterrer chez elle bêtement comme elle le dit.

      Même si elles sont importantes, les finances ne font pas tout. Ton témoignage le certifie et s’ajoute à une multitude d’autres retours positifs que nous ne manquons pas de trouver un peu partout.

      Et ce sont souvent les mêmes mots qui reviennent à la fin :

      « Je ne regrette rien ! »

      Même si c’est à 98 % seulement. ;)

      Le voyage n’est pas indispensable pour réaliser cela. Nous aussi nous pensons nous poser un jour, il n’y a pas de raison. Je comprends que tu sois heureuse dans ces conditions. Et ce n’est pas toujours simple en « nomade digital ». Il faut être sacrément motivé. C’est le sujet de notre prochain article d’ailleurs.

      Les idéalistes sont toujours des fous. C’est bon signe !

      Bravo pour ton parcours semé d’embûches qui est une belle confirmation de ce qu’évoque mon article. Tu es un exemple à suivre et ton expérience le renforce. Merci !

  11. Pascal

    bonjour,

    excellent cet article!!

    Etant encore salarié, je me retrouve bien dans les points 3 et 9!!!
    Mais ça y est, je commence doucement à développer mon blog http://prospectionandbusiness.com/ : il y a 2 mois, je n’y connaissais rien en wordpress et compagnie.
    L’apprentissage me fait sortir de cette p… de zone de confort.

    A bientôt

    Pascal

    Réponse
    • Haydée

      Et plus tu sors de cette zone, plus tu en apprends, mieux tu te sens Pascal. Le plus difficile est de lancer la machine.

      J’en ai un peu chié aussi lorsque je me suis mise à WordPress. Un vrai casse-tête. Mais rien de tel pour se remuer les neurones et voir qu’en fait… ce n’est que le début ! :D

      Mais tu es bien parti à ce que je vois avec ton blog. Bravo pour tes premiers pas.

      Pour ce qui est du masque, il te faut maintenant une page « à propos » et tu passeras de derrière ton téléphone à devant ton écran. Les internautes vont apprécier je pense.

  12. Sincever

    Article très intéressant. Cependant, je me situe plus du côté des personnes qui ne sont pas faites pour l’entreprenariat. Je n’ai pas les aptitudes parce que je déteste rechercher des contrats et avoir affaires à l’argent! Avec un enfant et un mari entrepreneur, la stabilité financière est importante pour l’éducation et j’ai choisi d’avoir un emploi qui me plait, même si on peut prendre ça comme de l’esclavagisme!

    Par contre, à côté de cet emploi à temps plein avec 3h de transport par jour, j’ai tout de même toujours eu mes activités qui me passionnent. Ma petite activité secondaire. J’ai comme une double vie… Une pour manger et une autre ou l’argent n’a pas lieu d’exister car il ne faut pas se leurrer… Pour pouvoir manger, des fois, il faut prendre des décisions/contrats qu’on ferait autrement sans cette histoire d’argent! Est-ce que je me trompe?

    Réponse
    • Haydée

      J’ai travaillé longtemps pour me faire de l’argent correctement et en arriver là. Donc bien sûr je suis d’accord avec toi.
      Et puis si je n’ai pas d’enfants, c’est aussi parce que nous ne sommes pas assez stable financièrement pour le moment, je comprend donc ton point de vue.

      Tu as bien de la chance d’avoir un emploi qui te plaît, tout le monde ne peut pas en dire autant. Et pour ce qui est de ta double vie, je suis curieuse de connaître cette passion, tu travailles dans une association ? Est-ce en rapport avec ton blog ?

    • Sincever

      Des blogues, j’en ai plusieurs! Celui que tu as visité, c’est celui pour me faire plaisir sur les sujets du quotidien et pour mon « personal branding » ;)

      Mon plus beau voyage, c’est celui d’avoir quitté il y a 13 ans mon pays d’origine, la France pour le Canada et franchement, je ne regrette rien!

      Ma passion, c’est la musique et les bouleversements qui sont arrivés avec l’ère numérique. Ce que j’aime aussi, c’est rencontrer du monde qui a la même passion et le partage. Alors depuis plusieurs années, j’organise des conférences à Montréal. Le concept : trouver un passionné tous les mois pour nous partager sa passion. On apprend, on débat, on est d’accord ou pas, bref on partage… le tout décontracté et très convivial. Chaque mois, c’est la surprise car on ne sait jamais qui va être présent pour notre invité, c’est du suspens à chaque fois! Il y a ceux qui sont devenus habitués et les nouvelles rencontres. Ceci pourrait peut être devenir une entreprise rentable mais on perdrait beaucoup, je pense.

    • Haydée

      Ah… quitter la France, un sujet qui travaille beaucoup de monde en ce moment. Enfin, je dis ça mais ce n’est pas de Belgrade que je peux voir les états d’âmes des français.

      Donc en gros, tu recommanderais de partir ?
      J’ai écrit un article réflexion à ce sujet : Pourquoi être vous tant à désirer quitter la France ?

      Je viens de jeter un œil sur ton site qui si j’ai bien compris cherche à être un groupe d’influence vis à vis des décisions de l’industrie musicale prises au Québec. Beau challenge.

      J’imagine que les musiciens ont du mal à être reconnus et que tout ce qui tourne autour des droits d’auteurs doit être assez complexe.

  13. bruno

    Bonjour Haydee,

    Je t’ai déjà dit par mail tout le bien que je pense de ton eBook alors je le redis ici.
    D’abord écrire un livre c’est du boulot, beaucoup de boulot et les lecteurs ne s’en rendent pas toujours compte.
    Il est non seulement bien écrit mais le plus complet de tous ceux que j’ai lu. On ne fait pas que le lire en passant, on apprend beaucoup de choses, il est très riche en informations utiles pour monter son blog ou pour enrichir le sien lorsqu’on en a un.
    Bravo encore et bon voyage.

    Bruno

    Réponse
    • Haydée

      Merci Bruno.
      Une fois que les lecteurs ont fait le tour du guide, il y a des chances qu’ils se rendent compte du travail que cela représente, tout comme toi. Mais en effet, nous avons rarement idée du temps passé sur un produit fini.

  14. Voyage Nord du Perou

    Un autre article génial ! Merci Haydee pour tes articles toujours si pointus. J’aurais vraiment envie de les envoyer à toute ma famille et amis pour qu’ils se rendent compte – mais ce serait probablement peine perdue…

    Réponse
    • Haydée

      Mais si, envoie leur Martina, tu n’as pas grand chose à perdre et surtout, tu éveilleras sûrement quelques consciences.
      Bon ok… Je bénéficierai d’un peu de pub :)
      Merci pour ton retour et bises de Taïwan.

  15. Théophile Eliet

    J’étais surpris de lire que ça parlait de la vie sexuelle des entrepreneurs !

    Moi qui vit en Thailande j’oublierais pas ce point ahah.

    En tout cas ça fait du bien de lire du contenu vraiment différent des autres blogueurs sur le sujet.

    J’ajouterais que pour être heureux et se sentir libre nous pouvons totalement déléguer notre métier, ou du moins à 80%.

    J’en parle dans une vidéo dans une piscine en Thailande d’ailleurs pour ceux que ça intéresse: https://www.youtube.com/watch?v=eC1IQHDnscA

    A bientôt !

    Theo

    Réponse
    • Haydée

      Salut Théophile,

      Ayant regardé ta vidéo, je me demande si c’est bien toi qui m’écris :) = délégation oblige. Peu importe, tu as bien raison !

      Lorsque j’ai écrit cette article l’année dernière, j’avais remarqué que plus nous étions préoccupés par le travail, moins nous étions enclin à vivre une vraie relation de couple. L’amour était là mais pas le sexe !

      Mais comme tu dis, nous déléguons de plus en plus, malgré quelques mauvaises expériences. Aujourd’hui nous savons mieux à qui nous adresser pour nous aider dans nos tâches.

  16. Un peu d'air

    Bonjour Haydée,

    Merci pour ton blog et tous ces articles, conseils, expériences partagés. Et surtout, merci de prendre le temps de répondre à chacun d’entre nous aussi rapidement.

    J’ai aussi changé de voie en passant d’un statut salarié (10 ans à faire du contrôle de gestion en France et à l’étranger) au statut entrepreneur en rachetant une agence immobilière (métier plutôt commercial). Aujourd’hui, plus de patron, plus d’horaires imposés…et pourtant, une grosse déprime à la clef. Alors que je pensais toucher de plus prêt la liberté, j’ai l’impression d’être encore plus dépendant qu’avant : une équipe à accompagner chaque jour, des clients souvent exigeants (pour rester poli), le téléphone qui sonne en permanence, une routine insupportable (10 minutes de voiture, ouverture de l’agence, traitement des emails, rappel des clients, visites, estimations, ect…). Je n’ai plus q’un seul jour pour souffler, respirer, réfléchir, contempler : le dimanche, je ne voyage quasiment plus, je suis hyper irritable….bref ! Pas le moral.

    Toi qui a changé de métier et de parcours plusieurs fois, comment as-tu su quelle voie te comblerait ? Je veux dire, comment savoir si la déprime est liée à la phase nécessaire d’adaptation d’un nouveau mode de vie, ou liée à une activité qui ne correspond pas à tes aspirations profondes ?

    En tout cas, bravo pour ton aventure et tout le travail accompli.
    Plein de bonheur.

    Réponse
    • Haydée

      Déprime liée à la phase d’adaptation ou à une activité en inadéquation avec tes aspirations ? Pour être honnête, c’est difficile à juger dans ton cas.

      Depuis combien de temps t’es-tu investi dans cette agence et à quel point ? Aimes-tu vraiment ce travail de commercial ? Obtiens-tu assez de « petites victoires » quotidiennes capables de te motiver constamment ? Pourrais-tu déléguer davantage pour éviter le burnout inhérent à beaucoup d’entrepreneurs ? As-tu d’autres compétences liées davantage à tes aspirations profondes (et quelles sont réellement tes aspirations) ?
      Autant de questions qui me viennent en tête lorsque je lis ton récit.

      Pour ma part, pour savoir ce qui pouvait me combler, j’ai toujours changé de voies pour me permettre d’en expérimenter de nouvelles. Sachant que ce n’est pas évident à faire suivant la situation de chacun et qu’effectivement il y a souvent eu une phase d’adaptation nécessaire et parfois difficile.

      Après, la manière d’organiser ton travail pèse énormément dans la balance et t’octroyer des coupures est incontournable pour éviter d’avoir la tête dans le guidon, lâcher du lest et faire le point de temps en temps.

  17. Gilles Dunoyer

    Bonjour, tous les conseils ou retour d’expérience sont utiles pour un blogueur débutant mais pas seulement car lorsque vous passez vos journées à lancer votre blog, alors arrive un moment de fatigue, d’hésitation voire de renoncement. Je pense que le plus difficile n’est pas de se lancer mais bien de durer. Ne pas lâcher son projet pour aller jusqu’au bout malgré les difficultés. C’est pourquoi il est utile de lire certains articles comme celui-ci. Cela fait du bien au moral. Personnellement je n’ai pas encore réussi à faire de mon blog ce que je veux. La vie devient courte si l’on choisit de devenir blogueur. Bref il faut garder le moral et poursuivre coûte que coûte sinon à quoi bon et quelle déception de ce dire un jour « et si j’avais été jusqu’au bout ». Donc merci Haydée pour ces conseils pleins d’espoir.

    Réponse
    • Haydée Bouscasse

      Oui Gilles, c’est bien la durée le plus important. Surtout lorsqu’on parle de blogging en 2020. Il y a tellement de monde qui crée son blog pour promotionner son business qu’il est de plus en plus difficile de sortir du lot afin d’obtenir des résultats significatifs. Beaucoup de taf pour peu de retours… Cela peut parfois être décourageant. Mais avec de la persévérance et de bonnes pratiques, la récompense est toujours au rendez-vous. :)
      Lorsque tu dis que tu n’as pas encore réussi à faire de ton blog ce que tu veux, quel est ton objectif final ? Car je vois que tout est bien en place chez toi. Et tu proposes déjà pas mal de modules de formation.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Devenir entrepreneur : 3 raisons de franchir le pas ! - Business Itinéraire - […] https://travelplugin.com/11-choses-que-vous-devez-oublier-pour-devenir-entrepreneur/ […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This